Canada : Le 6e Forum parlementaire sur la liberté religieuse se focalise sur la Chine

Le 6e Forum parlementaire sur la liberté religieuse a eu lieu à Parliament Hill à Ottawa le 3 avril 2017, se focalisant sur la liberté religieuse en Chine. Le forum a été accueilli par les députés fédéraux David Anderson et Garnett Genuis, et comprenait un discours d'ouverture d'Anastasia Lin (Miss Monde Canada 2015), et les points de vue académiques du Dr Andrew Bennett et de M. David Mulroney. Environ 120 députés, des experts sur la Chine, des journalistes et des membres du grand public y ont participé.



Le 6e Forum parlementaire sur la liberté religieuse tenu à la colline du Parlement à Ottawa.

Le député fédéral David Anderson accueille le forum.


L’Ancien ambassadeur pour la liberté religieuse : Pas d'illusion sur la Chine

Le Dr Andrew Bennett, ancien ambassadeur canadien pour la liberté religieuse et principal chargé de recherche dans le Projet de Recherche sur la Liberté Religieuse au Centre Berkley pour la religion, la paix et les affaires mondiales à l'Université de Georgetown, a déclaré dans son discours que la Chine reste un des pires violateurs de la liberté de religion et de croyance au monde. Il a indiqué que, selon le Pew Forum, un des instituts de recherche les plus respectés dans le domaine de la liberté religieuse, la Chine est constamment placée en haut de la liste des pays qui ont le pire bilan en termes de restrictions gouvernementales sur les communautés religieuses. Dans le plus récent rapport de Pew Forum en 2015, la Chine figurait en tête de liste des pays avec les restrictions les plus importantes et les plus graves sur les communautés religieuses.

Le Dr Bennett a déclaré : " Nous ne devrions pas nourrir l'illusion que de plus en plus d'engagements de la Chine dans les cadres politiques, économiques et sociaux du monde, a un impact sur son bilan en matière de droits de l'homme. On pourrait espérer que plus ils s'engagent dans les forums internationaux, plus une pression est exercée sur la Chine pour lui faire améliorer son bilan en matière des droits de l'homme, son bilan en matière de liberté de religion, mais ils sont restés insensibles. "

M. Mulroney, ancien ambassadeur canadien et président & vice-chancelier de l'Université du Collège de St-Michael, a dit pendant son discours : " Quelque chose d'aussi simple que manifester un message canadien de préoccupation et de soutien peut devenir, comme mon collègue, l'ambassadeur d'Allemagne, l'a exprimé avec éloquence, comme une bougie dans l'obscurité pour les personnes qui sont autrement seules et abandonnées."


Dr Andrew Bennett (à gauche) et M. David Mulroney ont répondu aux questions après leur discours.

Un député : Utilisons notre influence

L'auditoire a commenté que le forum leur avait ouvert les yeux sur la persécution religieuse en Chine.


La députée Judy Sgro a dit au journaliste après le forum : " Le gouvernement doit être extrêmement prudent que le Canada ne soit pas naïf dans ses relations. Et il faut qu'il y ait des conditions lorsque nous avançons dans les droits. Assurer la liberté religieuse en est une. Ce doit être aussi une question de sécurité, lorsque vous parlez du Falun Gong par exemple. Les prélèvements d'organes, ces choses incroyablement graves que nous continuons d'entendre... Je pense qu'il est important que ceux d'entre nous qui vivent au Canada exercions nos responsabilités parlementaires. Il incombe à tous les Canadiens de se lever et de défendre cela. "


Le député David Anderson a déclaré lors d'une interview : " Une des choses qui m'a le plus frappé est que l'un de nos témoins a déclaré que le Canada peut être une bougie dans l'obscurité, ainsi en participant et en soulevant ces problèmes, il répand la lumière sur le sujet et encourage le gouvernement chinois à mieux faire que par le passé. Nous avons une influence importante et nous pouvons utiliser cette influence et nous espérons apporter de grands changements pour certaines de ces personnes en Chine qui sont simplement persécutées parce qu'elles ont une croyance."


Le député Harold Albrecht a déclaré lors d'une interview : "Nous devons continuer à nous opposer à ces injustices. Lorsque nous nous engageons dans des relations commerciales ou des relations politiques, il est important que nous ne craignions pas d'identifier le manque de liberté que connaissent nos frères et nos sœurs chinois et d'attirer l'attention de la communauté internationale sur ces injustices. Cela nous incombe en tant que Canadiens. Je pense que beaucoup de mes électeurs, probablement 90 % ou plus, nous exhorteraient en tant que pays à être plus fermes, quand nous exprimons nos préoccupations selon lesquelles les Chinois ont besoin des libertés fondamentales que nous prenons comme acquises au Canada. "


Le porte-parole de l'Association Falun Dafa du Canada aborde la persécution

M. Joel Chipkar, porte-parole pour l'Association du Falun Dafa du Canada, s'est exprimé au forum.

M. Joel Chipkar, porte-parole de l'Association du Falun Dafa du Canada, a déclaré que " le président de la Chine de l'époque, Jiang Zemin, a ordonné d'éliminer le Falun Gong après avoir découvert que 100 millions de personnes pratiquaient une discipline spirituelle qui n'était pas contrôlée par l'État et il a aussi créé une force policière extrajudiciaire, appelée le Bureau 610, avec un pouvoir absolu, qui traque, arrête et peut même tuer les pratiquants sans procès... Il a crié : ''Ne pensez-vous pas que notre marxisme, notre matérialisme et notre athéisme ne peuvent pas battre ces choses spirituelles diffusées par le Falun Gong ?'' Il a ensuite mobilisé toute la société pour persécuter le Falun Gong. Il a déclenché une campagne de propagande implacable de plusieurs milliards de dollars qui a recouvert le pays ".


M. Chipkar a utilisé l'expérience personnelle de son ami, M. He Lizhi, comme exemple pour illustrer comment le Parti communiste chinois (PCC) avait mené sa persécution d'innocents au cours des dix-sept dernières années.

M. Chipkar a souligné que le PCC avait également étendu sa campagne à l'étranger : " Le Parti communiste envoie des faux courriels irrationnels déguisés au nom des pratiquants de Falun Gong à nos élus pour les manipuler à penser que les pratiquants de Falun Gong sont bizarres et instables, et que la persécution du Parti communiste est justifiable. Ils visent la conscience morale des députés qui peuvent tourner le dos aux victimes de crimes graves en raison de ces courriels. C'est un plan diabolique qui attaque les représentants de notre gouvernement ici, en sol canadien, pour faire taire davantage la voix des victimes. "

Miss Monde Canada 2015 : Les persécuteurs " ne peuvent jamais porter atteinte à l'esprit humain "

Anastasia Lin prend la parole au forum.

Anastasia Lin, Miss Monde Canada 2015, qui a joué dans le film The Bleeding Edge, a prononcé un discours lors du forum. Pour mieux représenter un pratiquant de Falun Gong persécuté, Anastasia a rendu visite à plusieurs pratiquants qui ont été torturés en Chine. Parmi eux, il y avait deux sœurs qui ont été emprisonnées pendant treize ans, où elles ont reçu des décharges de matraques électriques et ont été gavées après avoir entrepris une grève de la faim de cinquante jours. Les geôliers les ont aussi forcées à se regarder l'une l'autre être brutalement gavées. Cependant, une telle torture n'a pas réussi à les faire renoncer à leur croyance.


Anastasia a déclaré : " Ils peuvent réussir pendant un temps, arrêtant les avocats des droits de l'homme et les croyants, interdisant les livres et bloquant les sites Internet, mais ils ne peuvent jamais censurer l'esprit humain, ils ne peuvent rien contre le pouvoir de l'imagination, l'esprit de créativité, l'espoir et la croyance qui est en nous. Ils ne peuvent porter atteinte à l'esprit humain."

The Bleeding Edge, un film qui a remporté le 51e Gabriel Awards, a été diffusé dans le monde entier.


Version anglaise :
Canada: 6th Parliamentary Forum on Religious Freedom Focuses on China

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.