Amnesty International publie une mise à jour d’action urgente: Les pratiquants de Falun Gong font face à l'emprisonnement en Chine

 
Chen Huixia(Amnesty International)

Amnesty International a publié, le 21 février 2017, une mise à jour d'action urgente, attirant l’attention sur la situation de la pratiquante de Falun Gong Chen Huixia, confrontée à un emprisonnement de trois ans pour être demeurée fidèle à ses convictions, et demandant au régime communiste chinois de libérer Chen immédiatement.


Amnesty International a également appelé à agir pour empêcher toute persécution ultérieure de Chen.

 
 
Mise à jour d'action urgente d'Amnesty International: Les pratiquants de Falun Gong font face à l’emprisonnement

" D'abord emmenée par la police le 3 juin 2016, Chen Huixia a été attachée à une chaise en fer dans un lieu non officiel de détention pendant plus d’1 mois avant d'être transférée au centre de détention municipal N°2 de Shijiazhuang, dans la province nord-est du Hebei le 15 juillet 2016 " déclarait la mise à jour d'Amnesty.


Ses membres de famille n’ont pas été autorisés à la rencontrer depuis son arrestation. Chen n'a pas eu d'avocat jusqu'en novembre 2016, " beaucoup des avocats que sa famille a approchés ayant refusé d’accepter le cas, persuadés que les autorités ne leur permettraient pas de défendre un pratiquant de Falun Gong. "


L'avis invite les gens à écrire une lettre, envoyer un courriel, un appel, un fax ou un tweet aux fonctionnaires concernés pour demander qu'ils " libèrent immédiatement et sans condition Chen Huixia, qui n’a été détenue que pour exercer son droit à la liberté de croyance et d'expression et, dans l'attente de sa libération, veiller à ce qu'elle dispose d'un accès rapide, régulier et sans restriction à sa famille et aux avocats de son choix ".


Amnesty International demande également à ce que Chen soit protégée contre la torture ou d'autres mauvais traitements pendant la détention. "


Selon sa fille, Chen Huixia a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998 pour soigner sa maladie chronique et sa mauvaise santé. Elle a été détenue en conséquence pendant environ trois mois en 2003 et après sa libération sa famille a été victime de harcèlement et d'intimidation persistants par les autorités " indiquait la mise à jour.


L'avis décrit en outre la torture, la détention et l'emprisonnement par le PCC de centaines de milliers de pratiquants de Falun Gong.


Contexte

Le Falun Gong a été enseigné pour la première fois au public en 1992 et s’est rapidement diffusé à travers la Chine en raison de ses effets positifs sur la santé et la moralité. Près de 100 millions de personnes le pratiquaient en 1999. Jiang Zemin, chef du Parti communiste chinois (PCC) à l'époque, a lancé la persécution du Falun Gong le 20 juillet 1999 par jalousie et paranoïa de perdre son contrôle sur la population.


La persécution a conduit à la mort de nombreux pratiquants de Falun Gong dans les 16 dernières années. Davantage ont été torturés pour leur croyance et même tués pour leurs organes.


Le 10 juin 1999, sous la direction personnelle de Jiang, le Parti communiste chinois a mis en place un organe de sécurité extralégale, le "Bureau 610" L'organisation a le pouvoir de passer outre les forces de police et le système judiciaire en exécutant la directive de Jiang s’agissant du Falun Gong: ruiner leur réputation, les priver de toutes ressources financières, et les détruire physiquement.


La campagne du PCC contre le Falun Gong s’étend même au massacre approuvé par l'État de pratiquants et au prélèvement de leurs organes pour des transplantations. En raison de la censure, le nombre exact de pratiquants tués sous la persécution n’est pas connu.


La fille de Chen Huixia, Lu Hongyan, une pratiquante du Canada, a déclaré dans une conférence de presse l'année dernière : " Ma mère a été torturée dans un centre de détention. Elle a été attachée à une chaise pendant une longue période de temps, elle n’était pas autorisé à se déplacer, lui causant une atrophie musculaire. Elle a à présent des difficultés à se tenir debout et marcher."


Lu s’inquiète du sort et de l'emprisonnement prolongé de sa mère. " Je crains que ma mère ne puisse devenir une victime de prélèvement forcé d'organes, " a-t-elle dit.


Pour secourir sa mère, Mme Lu et son mari ont entrepris un circuit en voiture d'Edmonton à travers l'Est du Canada, en demandant aide et soutien.


Version chinoise :
大赦国际呼吁制止中共非法监禁法轮功学员(图)

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.