Voice of America (VOA) : le Comité des Affaires étrangères des États-Unis soutient la résolution pressant le PCC de mettre fin aux prélèvements d'organes sur des prisonniers d'opinion

Le Comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis (HFAC) a inscrit la résolution présidentielle 343 le 16 mars 2016. La résolution invite le Parti communiste chinois (PCC) à mettre fin à la pratique de prélèvements d'organes, autorisée par l'État, sur les prisonniers d'opinion.

Selon les rapports des organisations des droits de l'homme, les pratiquants de Falun Gong composent la plus grande partie des prisonniers d'opinion en Chine et font face à un risque élevé de mourir ou d'être tués en détention.

Le 17 mars, La Voix de l’Amérique (VOA), a rapporté que la résolution 343 exprimait la préoccupation de la Chambre des Représentants concernant " les rapports persistants et crédibles de prélèvements d'organes systématiques ratifiés par l'État de prisonniers d'opinion non consentants en République populaire de Chine ". Ce qui suit est traduit du rapport en langue chinoise de VOA.

" Le membre du Congrès américain, Eliot Engel (Parti démocrate - NY), a fermement condamné les prélèvements d'organes des prisonniers d'opinion en Chine. Il a dit : ‘Les prélèvements d'organes sans consentement représentent une violation flagrante des droits de l'homme. Et, comme si cet abus horrible ne suffisait pas, nous entendons parler de victimes ciblées pour leurs croyances religieuses et de camps de prisonniers en Chine qui réalisent des bénéfices en prélevant ces organes.’

"La résolution indique que ‘Considérant que le consentement volontaire et informé est la condition préalable pour le don d'organe éthique, que les organisations médicales internationales indiquent que les détenus, privés de leur liberté, ne sont pas en mesure de donner librement leur consentement, et que la pratique de s'approvisionner en organes sur des prisonniers est une violation de la ligne de conduite éthique en médecine ;

"‘Considérant que le gouvernement de la République populaire de Chine et le Parti communiste chinois continuent de refuser d'admettre les rapports selon lesquels de nombreux organes sont pris sans le consentement des prisonniers, mais que dans le même temps, ils empêchent une vérification indépendante de son système de transplantation’ ;

" La résolution souligne également que les autorités chinoises ont annoncé que ‘la Chine mettrait fin à la pratique des prélèvements des organes des prisonniers exécutés pour le 1er janvier 2015, mais elle a omis de se pencher sur la question des prélèvements des organes des prisonniers d'opinion’ ;

" Un article du New York Times du 17 novembre 2015 rapporte que ‘La nouvelle répartition des prisonniers a permis aux responsables chinois de les inclure dans un nouveau système national de ‘don citoyen’ que la Chine met en place afin d'être moins dépendante des organes des prisonniers’. Le rapport cite le Secrétaire général de l’Association médicale mondiale qui a qualifié cela de ‘canular administratif’ car ‘il est impossible de savoir si ces dons sont vraiment volontaires.’

"La résolution 343 cite une enquête de 2006 qui se concluait ainsi : ‘les prisonniers du Falun Gong étaient la seule source plausible pour les 41 500 transplantations réalisées entre 2000 et 2005.’

" Une autre enquête montre qu'environ 65 000 pratiquants de Falun Gong pourraient avoir été tués pour leurs organes de 2000 à 2008 et qu'un certain nombre d'autres minorités religieuses et ethniques ont peut-être été également ciblées.

" La membre du Congrès américain, Ileana Ros-Lehtinen, ancienne présidente du Comité des Affaires étrangères, a présenté cette résolution et pressé le ministère des Affaires étrangères de fournir une analyse plus approfondie sur les prélèvements d'organes par le régime chinois dans son rapport annuel des droits de l'homme et de transmettre au Congrès les informations concernant les visas refusés aux fonctionnaires étrangers qui ont été impliqués dans des greffes forcées de tissus et d'organes humains.

" Elle a dit : ‘Les prélèvements d'organes macabres de la Chine n'ont pas cessé et quand les statistiques officielles de la transplantation chinoise ne correspondent pas aux faits sur le terrain, y compris aux comptes rendus de témoins et à l'augmentation spectaculaire de recrutements d'équipes de transplantation, il faut considérer les affirmations du régime pour ce qu'elles sont, c'est à dire, des mensonges et de la propagande.’

"Le membre du Congrès américain, Dana Rohrabacher (Parti républicain - Californie), a dit : ‘Nous avons tort de fermer les yeux, de permettre à nos médecins d’acheter le rein d'un prisonnier lambda en Chine qui s'avère être un membre du Falun Gong. Nous avons tort de permettre à un médecin, ici, de greffer cet organe, parce que c'est nous qui participons à un crime, un crime horrible qui ne devrait pas être excusé.’

" La résolution encourage la communauté médicale des États-Unis à aider à sensibiliser la population aux pratiques de transplantations d’organes contraires à l'éthique en Chine.

" Selon ‘Tourisme de transplantation en Chine : Le Conte de deux greffes’, un article publié dans le American Journal of Bioethics en février 2010, ‘l'extrême pénurie de greffons aux États-Unis fait que la Chine demeure une alternative intéressante pour obtenir une greffe d'organe pour certains patients souffrant de maladies en phase terminale.’

" Le président du Comité des Affaires étrangères du Congrès, Ed Royce, a dit que la résolution faisait appel aux médecins américains pour qu'ils éduquent les patients sur le danger du tourisme de transplantation.

" Actuellement, la résolution bénéficie du parrainage bipartite de 166 personnes. "


Version anglaise :
VOA: U.S. Foreign Affairs Committee Supports Resolution Urging CCP to Stop Organ Harvesting from Prisoners of Conscience

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.