Prix Nobel de la Paix 2016 : un groupe de défense contre les transplantations forcées d’organes en Chine nominé

Torsten Trey, docteur en médecine, directeur général de DAFOH (Médecins contre les prélèvements forcés d’organes) lors d'un événement autour des droits de l'homme à Los Angeles le 10 octobre 2013 (Epoch Times)

DAFOH (Doctors against Forced Organ Harvesting), en français Médecins contre les prélèvements forcés d’organes), un réseau de médecins et de chirurgiens qui se dévouent pour mettre fin à la pratique des prélèvements forcés d’organes, a été récemment nominé pour le Prix Nobel de la Paix, selon un communiqué de presse du groupe et une des personnes qui l’a nominé.


« DAFOH est heureux d’annoncer que nous avons été nominés pour le Prix Nobel de la Paix 2016 », a déclaré le directeur exécutif de l’organisation, le Dr Torsten Trey dans un courriel.


« Cette nomination, dont nous avons été informés il y a à peine quelques jours, est une reconnaissance de nos efforts pour protéger les normes éthiques en médecine et pour parler d’un sujet que peu ont osé aborder », a-t-il déclaré.


Les nominations au prix prestigieux ne peuvent être proposées que par les parlementaires, les professeurs, les juristes et autres personnes du même statut.

Ceux qui souhaitent nominer une organisation ou des personnes pour le prix doivent écrire au Comité Nobel norvégien, en mentionnant le nominé et en développant leur raisonnement.


Une des personnes à avoir nominé DAFOH était le Dr Liam Fox, Un député britannique représentant le nord du Somerset et ancien secrétaire d’État à la défense. Les autres personnes ayant nominé le groupe ont choisi de demeurer anonymes.


« Le Dr Fox pensait qu’il s’agissait d’une cause très très valable », a déclaré son cabinet lors d’un entretien téléphonique.


Dans sa lettre de nomination, le Dr Fox a écrit : « DAFOH demeure encore plus dévoué à mettre fin aux prélèvements forcés d’organes. Leurs recherches approfondies indiquent que le commerce d’organes opposé à l’éthique reste de façon inadéquate de mise en Chine. »


Suivait une liste des nombreuses activités que DAFOH a entreprises depuis sa création : le lancement d’une pétition auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les Droits de l’homme en 2013, qui a rassemblé deux millions de signatures ; devenir une base de référence où se documentent les médias qui abordent les questions des droits de l’homme ; les publications régulières abordant les abus en matière de greffes en Chine et dans le monde, y compris une lettre d’information trimestrielle complète.


La concentration des efforts de DAFOH et son expertise, réside dans sa volonté de faire la lumière sur le système coercitif et abusif des greffes d’organes en Chine. Ce système, dirigé par les hôpitaux militaires et civils en coopération avec l’appareil de sécurité, aurait fortement ciblé la population emprisonnée de pratiquants de Falun Gong, discipline spirituelle traditionnelle persécutée depuis 1999 par le Parti communiste qui vise son élimination.


« Les efforts de DAFOH pour éveiller les consciences et mettre fin aux prélèvements forcés d’organes sur des prisonniers de conscience et les pratiquants de Falun Gong constituent véritablement une contribution significative pour la paix et les droits de l’homme dans le monde », a déclaré le Dr Fox dans sa lettre de nomination.


« J’espère vraiment que vous envisagerez sérieusement DAFOH pour le Prix Nobel de la Paix 2016. »


Le Dr Trey, dans son courriel, a insisté sur le rôle que DAFOH a joué en éveillant les consciences sur les abus en Chine, qui dépassent de loin en portée et en termes d’implication de l’État tous les types d’abus que l’on trouve partout ailleurs.


« Depuis que des informations sur les prélèvements forcés d’organes en Chine sur des pratiquants de Falun Gong et autres prisonniers d’opinion ont circulé pour la première fois il y a dix ans, DAFOH a été en première ligne pour dénoncer ces crimes et appeler à une totale adéquation avec les normes internationales sur des opérations de greffes éthiques » a déclaré le Dr Trey.


« Le nombre de tous nos adhérents, médecins, infirmiers et autres professionnels de la médecine, de l’éthique et représentants du gouvernement dans le monde entier s’élève à plus de 7000, depuis que les faits de pratiques douteuses ont été révélées. »


Version anglaise :
Organ Transplant Advocacy Group Is Nominated for Nobel Prize

* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.