Au seuil de la mort en prison, j'ai été miraculeusement sauvée

En juillet 2002, un garçon de mon village a été empoisonné chez lui. Parce que ma famille et celle du garçon ne s’entendaient pas bien, la famille de ce dernier a soupçonné que je l’avais tué. Sans enquête ni preuve, la police m’a envoyée dans un centre de détention et je suis devenu une " meurtrière. "


Je n’avais pas tué le garçon, alors naturellement je ne pouvais pas expliquer à la police comment il avait été tué. La police m’a torturée pour tenter d’obtenir des aveux. Ils ont brisé mes jambes, et ma peau était couverte d’ulcères et de lacérations. J’ai eu de graves convulsions dans les membres, une hémiplégie et mon esprit était brumeux. Le traitement médical ne m’a pas aidé. J’étais au seuil de la mort.


Le centre de détention était plein de pratiquantes de Falun Dafa. La directrice du centre m’a demandé un jour de mars 2002 "d’aller pratiquer Falun Dafa avec elles." Elle avait peur, si je décédais, d’avoir à en assumer la responsabilité. Elle a donné à une pratiquante de Falun Dafa du nom de Liu Xinai, la permission de m’enseigner les exercices afin que je puisse me rétablir.


Liu m’a dit que Falun Dafa demande aux pratiquants de se conformer à un critère moral élevé et d’adhérer aux principes d’Authenticité-Bonté-Patience, et que nous devions être des personnes honnêtes et bonnes. Elle m’a dit de réciter sincèrement « Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao [Falun Dafa est bon, Authenticité-Compassion-Tolérance est bon] et que le Maître m’aiderait. A cette époque, je ne pouvais pas tenir debout, aussi m’a-t-elle enseigné à pratiquer la méditation assise et à émettre des pensées droites.


C’était aussi simple que cela, mais un miracle est survenu le lendemain. J’ai pu me lever et marcher à nouveau. La directrice du centre était très surprise. Elle a dit : " Je te permets de continuer à pratiquer avec elles. "Les pratiquantes m’ont enseigné à mémoriser les livres de Dafa et ma santé est devenue meilleure de jour en jour. J’exigeais de moi-même d’adhérer aux principes d’Authenticité-Bonté-Patience pour être une bonne personne. Je prenais soin des compagnes de pratique brutalement persécutées.


J’étais très heureuse pour les pratiquantes capables de quitter le centre de détention grâce à leurs pensées droites. J’ai parlé à chaque détenue de ma cellule de la bonté de Falun Dafa. J’ai partagé mon expérience personnelle avec elles Les détenues ont sincèrement récité : " Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao. " Elles ont reçu des bénédictions et leurs cas de litiges se sont résolus en douceur. De nombreuses détenues ont dit qu’elles pratiqueraient Dafa après leur libération de prison.


À la fin, les gardes et les détenues m’appelaient " celle qui pratique Falun Dafa" au lieu de m’appeler par mon nom. Elles ne m’ont plus battue. Une étudiante emprisonnée pour sa pratique de Falun Dafa a été envoyée dans le centre de détention. Elle m’a aidée à préparer une lettre d’appel, que j’ai envoyé à la cour intermédiaire. Après une enquête et un procès, il a été prouvé que j’étais innocente. Le 7 février, 2007, le tribunal a effacé toutes les accusations portées contre moi et m’a libérée immédiatement. Le tribunal m’a aussi octroyé 180 000 yuans (plus de 24 000 euros) de compensation.


Après être revenue chez moi, j’ai trouvé des pratiquants de Falun Gong locaux. Nous étudions maintenant les livres de Dafa et pratiquons ensemble les exercices. Nous parlons aussi de Dafa et de la persécution autour de nous.


Version anglaise:
On the Brink of Death in Prison, Saved by a Miracle


* * *

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.