Anticiper un renouveau inspiré par quelques maximes et histoires chinoises


Dans l'esprit du Nouvel An, en anticipation des changement positifs et du renouveau qui se profilent, nous aimerions partager quelques maximes et histoires chinoises inspirantes .


"Un grosse chute de neige recouvre [la terre] au petit matin; en ouvrant la porte, chaque manifestation de la nature apparaît fraîche et nouvelle."—Le Poète chinois Xue Neng.


Ce vers poétique décrit probablement une scène que de nombreuses personnes vivant dans la partie nord du globe ont expérimenté durant les dernières semaines hivernales, approximativement 1200 ans après que Xue Neng ait écrit ces mots durant la Dynastie Tang (618-907 après J.C).


Le pur manteau de neige nous fait penser au monde de pureté de la nature originelle de l'humanité et aspirer à retrouver ce potentiel.

L'image tranquille de la nature nouvellement enveloppée de neige décrite par Xue, où toute chose sous le ciel prend soudainement une apparence totalement différente, est à l'origine du proverbe chinois "toutes les manifestations de la nature apparaissent fraiches et nouvelles"


L'expression communique aussi l'idée de renouveau, de rétablissement, ou de revenir à sa pureté originelle. La couverture blanche et pure couvrant la terre nous fait penser au monde de pureté de la nature originelle de l'humanité et à la possibilité et l'aspiration de réclamer ce potentiel.


'Se corriger soi-même et prendre un nouveau départ'

Le proverbe chinois "se corriger soi-même et prendre un nouveau départ" trouve son origine dans l' appel éloquent d'une jeune femme courageuse de l'ancienne Chine pour sauver son père.


Ti Ying était la benjamine des cinq filles d'un docteur célèbre appelé Chunyu Yi. Chunyu Yi, initialement fonctionnaire du gouvernement, fût formé par la suite par un célèbre médecin et devint docteur. Il obtint une réputation remarquable pour ses capacités médicales et était très sollicité par ses patients et leurs familles. Comme docteur, il voyageait un peu partout et offrait ses traitements à beaucoup de gens.


Cependant, un jour, par une malheureuse tournure des événements, quelqu'un porta plainte contre lui au tribunal, affirmant qu'un patient était mort en conséquence de son traitement. Le plaignant était un homme influent, et ne tarda pas à ordonner que Chunyu Yi soit emmené dans la capitale pour faire face à son châtiment.


Cela se passait au début de la Dynastie Han (206 avant J.C-220 après J.C)—une période où une quantité de terribles châtiments corporels étaient utilisés, repris de la précédente Dynastie Qin (221-206 avant J.C). Les châtiments étaient très cruels et infligeaient de graves blessures corporelles, incluant des amputations du nez, des oreilles, des membres, et des tatouages sur le visage.


Ti Ying était déterminée à sauver son père. Elle le suivit tout du long jusqu'à la capitale, Chang'an, et une fois qu'ils arrivèrent, elle trouva un scribe pour l'aider à écrire une pétition pour l'empereur.


Elle déclarait dans sa lettre : "Mon père fut une fois un fonctionnaire de la cour, et tous louaient son honnêteté et son intégrité. Cependant, il est à présent condamné à subir un terrible châtiment corporel."


"Mon cœur est extrêmement affligé. Une fois qu'un homme est mis à mort, il ne peut plus revenir à la vie. De la même façon, une fois qu'un homme est handicapé par un châtiment corporel, il ne peut plus récupérer. Même s'il souhaite être réhabilité et recommencer à nouveau, ce sera impossible."


"Je suis prête à racheter le crime de mon père en devenant esclave pour le reste de ma vie. Je vous supplie d'épargner mon père et de lui laisser l'opportunité de prendre un nouveau départ."


En voyant la demande de Ti Ying, l'Empereur Wen fut profondément touché par sa piété filiale et réfléchit. Non seulement il pardonna à son père, mais il déclina sa proposition de devenir esclave. De plus, il abolit les cruels châtiments corporels.


'Que le renouveau soit quotidien'

En remontant plus loin dans le passé, on trouve un autre proverbe à propos de renouveau qui nous donne l'opportunité de redécouvrir la figure centrale de la tradition confucéenne—le modèle classique de l'étudiant confucéen, ou "junzi". Une telle personne, souvent érudit officiel, est quelqu'un qui se consacre entièrement à cultiver la vertu et à poursuivre un apprentissage diligent.


"Junzi" est souvent traduit par "homme de bien", "homme de vertu", ou "noble personne", et signifie littéralement le "fils d'un dirigeant" ou le "fils d'un roi". Cependant, cet idéal confucéen d'étude consciencieuse et de constant raffinement moral concerne toutes les personnes qui aspirent à aller de l'avant.


Les anciens Chinois accordaient une importance particulière à cultiver le caractère moral. Cela peut être illustré par une histoire au sujet de Tang, le fondateur de la Dynastie Shang (1600-1046 avant J.C). qui dura plus de 600 ans.


Tang, le fondateur de la Dynastie Shang, se rappelait constamment à lui-même les strictes exigences qu'une personne de noble caractère doit atteindre chaque jour. (Catherine Chang/Epoch Times)


Le "Classique des Rites", ou "Lijing", l'un des textes principaux du Confucianisme, rappelle que Tang avait ces mots d'avertissement gravés sur sa baignoire: "Si vous pouvez vous régénérer un jour, alors faites le tous les jours, et que le renouveau soit quotidien."


Ces mots peuvent certainement être appliqués au bain, qui élimine toute la saleté du corps et nous fait nous sentir rafraîchis et régénérés. Cependant, à un niveau plus profond, ils sont en fait un avertissement qui transmet un principe sérieux, conseillant aux gens d'élever continuellement leur caractère moral en faisant le bien et en éliminant les vices.


Faire cela permet à une personne de faire des progrès continus dans sa propre amélioration et de rester sur le droit chemin pour atteindre des niveaux de plus en plus élevés. Tang utilisait ces mots pour se motiver constamment et se rappeler les exigences strictes qu'une personne de noble caractère doit atteindre.


Comme l'énoncé original se focalisait sur "la régénération quotidienne", par la suite, les gens ajoutèrent l'idée de "changement mensuel" formant ainsi l'expression "régénération quotidienne, changement mensuel". Le proverbe est utilisé pour décrire un changement constant de l'environnement où des progrès rapides peuvent être vus à travers de nouvelles réalisations qui se concrétisent chaque jour et chaque mois.


Aller positivement de l'avant

La culture traditionnelle chinoise offre aussi nombre d'autres proverbes qui parlent de sujets tels que le progrès, l'inventivité, et l'innovation.


L'un d'eux fait par exemple référence à "se débarrasser du vieux et amener le nouveau".


Un autre proverbe évoque le cas de figure selon lequel "les deux oreilles et les deux yeux expérimentent un plaisant/nouveau changement."


Encore un autre proverbe commente le fait de "commencer quelque chose de nouveau et de différent", se référant au déploiement d'une particularité et d'une originalité qui se démarquent du reste.


Comme la société se développe, il y a en effet de nouvelles activités qui apparaissent et qui sont séduisantes en terme d'évolution de la qualité de vie. En même temps, il est bon d'être capable d'avoir une vision large et de contempler les problèmes à partir de différents points de vue de manière à façonner ses choix.


L'un des Huit Immortels légendaires de la mythologie chinoise, Zhang Guo Lao, avait une façon judicieuse et plutôt unique d'exprimer ses points de vue sur les développements du monde.


D'après la légende, Zhang Guo Lao était un ermite taoïste du temps de la Dynastie Tang, et était connu pour être une personne excentrique qui chevauchait son âne à l'envers.


L'immortel Zhang Guo Lao, avait une façon judicieuse et plutôt unique d'exprimer ses points de vue sur les développements du monde. (Yeuan Fang/Epoch Times)


Souvent, il voyageait dans tout le pays avec son tambour en peau de poisson, chantant des chansons taoïste. Ses textes parlaient de la façon dont les gens se perdaient et devenaient de plus en plus corrompus en vivant pour la réputation, le profit, et la satisfaction de l'intérêt personnel et des divers désirs.


Il se lamentait sur le fait que tant de gens considéraient ces comportements comme "un progrès" ou comme étant "bons", alors qu'ils étaient à l'opposé du chemin qui était vraiment fait pour les êtres humains.


On pensait que Zhang Guo Lao chevauchait son âne à l'envers pour montrer que ce que beaucoup de gens pensent être un progrès est en fait une régression, et que suivre un chemin droit pour retourner à sa nature vertueuse originelle signifiait véritablement aller positivement de l'avant.


Version anglaise :
A New Year Ignites New Beginnings

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.