Le conseil sincère d'un esprit famélique : On doit se repentir tant qu’on est encore vivant



Seuls les morts connaîtront la vérité

Une personne à l'esprit romanesque était en quête de nouvelles expériences. La pluie venait de cesser et la lune brillait une nuit. Apportant une jarre de vin de riz au cimetière, il regarda tout autour et déclara : " Quelle belle nuit ! Mais je suis tout seul ici. Qui des enfers aimerait se joindre à moi pour boire quelques verres ?"


Peu après, des scintillements furent perceptibles parmi l'herbe sauvage. Les fantômes, une dizaine d'entre eux comme l'indiquait leurs ombres, tournaient en cercle à 10 mètres de lui. Il fit le tour du cercle, et versa sur le sol devant chaque ombre un grand bol de vin de riz. Les fantômes baissèrent tous la tête et reniflèrent le vin. Émerveillé par la qualité du vin, l'un d'eux se hasarda à en demander plus.


L'audacieux demanda en versant davantage de vin : "Pourquoi ne vous êtes-vous pas réincarnés? " Un d’eux répondit : " Ceux qui avaient fait de bonnes actions se sont déjà réincarnés. Ceux qui ont commis des crimes monstrueux sont coincés en enfer en châtiment. Sur les treize d'entre nous, quatre sont en train de purger leur peine pour leurs péchés et une fois payés, ils pourront se réincarner. Les neuf autres, en raison de dettes karmiques, ne peuvent plus se réincarner. "


" Pourquoi ne vous repentez-vous pas, en échange du salut? " demanda-t-il curieux ? Le fantôme répondit : "On doit se repentir de son vivant. Une fois mort, on ne peut plus le faire ! "


L'audacieux renversa alors la jarre pour leur montrer qu'il avait versé tout le vin. Le groupe de fantômes partit en titubant.


L’un d'eux se retourna et murmura : " En tant qu'esprit famélique, je vous remercie de votre excellent vin. Il n'y a rien que je puisse faire en retour, si ce n’est offrir un conseil, combien de vérités ne connaîtra-t-on qu'après la mort - si on a besoin de se repentir, on doit le faire de son vivant"!


Adapté des Notes de Yuewei Caotang


Sima Guang se corrige

Sima Guang, 1019 - 1086 AJC, était un historien, érudit et grand chancelier de la dynastie des Song. Il était l'auteur principal de Miroir complet pour aider à la gouvernance, un ouvrage de référence pionnier de l'historiographie chinoise, publié en 1084 AJC, sous la forme d'une chronique.


Il racontait souvent aux autres une histoire de son enfance:


" Quand j’étais petit, ma sœur et moi avions essayé de casser des noix qui avaient encore une coquille verte. Aucun de nous ne pouvait retirer la coquille. Quand ma sœur fut partie, une servante m'a aidé à peler la coquille en la trempant dans l'eau bouillante. Après que ma sœur soit revenue, elle était curieuse de savoir qui l’avait ouverte. Je lui ai dit que je l’avais fait. Mon père s’est trouvé l'entendre. Il m'a grondé :


"Comment un petit enfant peut-il dire des mensonges? Depuis je n’ai jamais osé dire de mensonges".


Adapté de Anciennes réflexions sur l'éducation morale


Version anglaise :
Heartfelt Advice from a Hungry Spirit: One Has to Repent While Still Alive

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.