“Si j’ajoute les yeux, les dragons s’envoleront.” – Histoires à propos du peintre légendaire Zhang Sengyao

Zhang Sengyao était un peintre légendaire de la dynastie Liang du Sud (502-557) en Chine. Bouddhiste dévot, Zhang aimait peindre des Bouddhas, des êtres divins et des dragons dans ses œuvres. Il s’efforçait au réalisme dans son travail et a laissé derrière lui un arsenal impressionnant de techniques pour recréer la réalité.


On pourrait même dire que son art était si réaliste qu’il lui arrivait parfois de prendre vie.


Zhang était un des rares artistes de l'époque qui comprenait la perspective, l’ombre et la lumière. Il était expert dans la création des peintures en faux relief, technique connue sous le nom du style Autu.


Dans Rapport de Santé, l’auteur Xu Hao a consigné l’histoire du "Temple Autu", une des œuvres de Zhang.


Le prince Zhaoling de la dynastie Liang visitait le Temple Yicheng, un peu en dehors de la ville de Nanjing, lorsqu’il remarqua un motif floral en trois dimensions sur la porte peinte par Zhang. Les fleurs comprenaient différentes nuances de rouge et de vert. De loin, elles semblaient être en trois dimensions.


Le prince fût si impressionné qu’il surnomma le temple d’après la technique utilisée par Zhang.


Une autre histoire figurant dans le livre Chaoye Qianzai montre combien les peintures de Zhang étaient réalistes. Dans le temple Xingguo de Runzhou, des centaines de pigeons venaient quotidiennement se poser sous le toit de la salle principale et leurs déjections souillaient la statue de Bouddha.


Zhang fût chargé de peindre un faucon sur le mur est et un aigle de Harrier sur le mur ouest. Les deux oiseaux peints avaient leurs têtes tournées et leurs yeux fixés sur le toit de la salle principale. Jamais les pigeons ne réapparurent.


C'est dans Les volumes de la peinture classique qu'on peut lire la plus célèbre des histoires concernant Zhang. L’histoire raconte que Zhang peignit quatre dragons sur les murs du Temple Anle, dans l'agglomération de Jinling. Cependant, ces dragons n’avaient pas d’yeux. Lorsque les gens l’interrogeaient à ce sujet, il expliquait : " Si j’ajoute les yeux, les dragons s’envoleront."


Les gens ne le croyaient pas et insistèrent pour qu’il achève les peintures. Il ajouta des yeux à deux des quatre dragons. Quelques minutes plus tard, à leur stupéfaction, un éclair frappa les murs—les deux dragons devenus vivants s’envolèrent dans le ciel, alors que les deux autres restèrent peints sur le mur.


Voilà d’où vient l’expression chinoise : "Ajouter les yeux aux dragons comme touche finale", Bien qu’elle tire son origine d’un événement miraculeux dans l’histoire, l’expression est devenue colloquiale dans le langage moderne et décrit quelque chose d’ajouté à un essai ou à un discours, pour le rendre plus vivant.


On trouve aussi deux autres histoires concernant Zhang dans Les Volumes des Peintures Classiques L’une parle de personnes de Wucai, qui n'utilisaient jamais de dragons dans leurs décorations. Zhang, qui adorait les dragons, en peignit un grand nombre sur le pavillon Longquan, dans cette même région.


Les gens ne s'intéressèrent guère à la question jusqu’à des années plus tard, lorsqu’à l’époque de Taiqing, il y eut un énorme orage au-dessus du pavillon. Tous les dragons peints disparurent des murs. Les gens furent stupéfaits en réalisant que les dragons avaient pris vie durant l’orage et s’étaient envolés.


Une autre histoire concerne deux moines indiens peints par Zhang. Deux peintures de moines indiens furent séparées durant la guerre de Houqing. Une d’entre elles fût obtenue par un fonctionnaire gouvernemental du nom Lu Jiang .


Une fois où Lu tomba gravement malade, il rêva d’un moine indien lui disant : " J’ai été séparé de mon compagnon. Il se trouve à présent dans la famille de Li dans la ville de Luoyang. Si vous le trouvez et nous réunissez, je vous aiderai à guérir de votre maladie."


Après avoir cherché quelque temps, Lu trouva l’autre peinture dans l’agglomération de Luoyang et guérit peu après.


Si l'on en croit l'auteur des Volumes de la peinture classique “Il existe de si nombreuses histoires à propos de Zhang et de ses peintures magiques, qu'il est difficile de toutes les consigner.”


De nombreux miracles arrivaient aux artistes de l'antiquité, tels que Zhang, qui représentait essentiellement des êtres divins. En raison de leur foi, ils étaient gratifiés de talents au-delà du monde humain. Avec le développement de la société et de la technologie, les gens ont de moins en moins cru dans les êtres de hauts niveaux, et ont transformé ces miracles en mythes et en choses du passé.


Version chinoise :
画龙点睛成语的由来

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.