Louer la Vertu des Anciens [Histoires extraites de “Taiping guangji” (2)]

Taiping Guangji est une collection de livres compilés durant la Dynastie Song. Elle inclut 500 volumes et 10 volumes d'annales. Elle est composée principalement de légendes provenant de la Dynastie Han jusqu'au début de la Dynastie Song et d'écrits Bouddhistes et Taoïstes. En 997, l'Empereur Song Taizong ordonna à Li Fang et à 12 autres personnes de commencer à compiler les livres. Ils terminèrent en 998. Comme cela se passait durant la période de Taiping Xingguo de la Dynastie Song, le livre fût intitulé Taiping guangji.


Contrairement aux livres classiques d’histoire ou aux livres classiques religieux du Confucianisme, du Bouddhisme et du Taoïsme qui conseillaient les gens, Taiping guangji relatait les histoires d’empereurs, de généraux, de fonctionnaires et de romantiques qui avaient manifesté une vertu exemplaire ainsi que de hauts standards moraux. Les gens d'aujourd'hui peuvent admirer la vertu de nos ancêtres comme dans les exemples relatés ci-dessous.


Zhiyi aidait les autres à ses propres frais

Xiong Zhiyi se rendit à la capitale pour y passer l'examen impérial. C'était l'automne lorsqu'il arriva à Tongguan, et il pleuvait depuis plus d'un mois. Il dut interrompre son voyage et rester à l'hôtel. Un jour, il entendit son voisin soupirer inlassablement. Xiong Zhiyi sortit pour voir ce qui n'allait pas. L'homme dit, "Mon nom est Fan Ze. Je suis l'ancien magistrat du Canton de Yaoshan. Je me rendais à la capitale pour y passer l'examen impérial devant l'empereur. Lorsque je suis arrivé ici, mon cheval est mort et j'ai dépensé tout mon argent. Je ne pourrais jamais atteindre la capitale."


Xiong Zhiyi n'hésita pas à donner son propre cheval et tout son argent à Fan Ze. Xiong Zhiyi ne passa pas l'examen impérial cette année-là, mais Fan Ze arriva à temps, passa l'examen et fut admis.


Xiong Zhiyi est loué dans un poème :

Voulant passer l'examen impérial pour être un pilier de la nation. Il vit quelqu'un en difficultés et l'aida avec tout ce qu'il avait. Il sacrifia ses intérêts pour aider autrui, méritant les louanges. Les actions désintéressées seront récompensées par le bien et la prospérité.


Liyue accomplit sincèrement sa promesse

Liyue était le fils de Qiangong. Il était un officiel de haut rang du Ministère de la Guerre. Il était doté d'une connaissance exceptionnelle et d'une grande sagesse. Une fois, Liyue prit un bateau pour voyager sur le fleuve. Hu, propriétaire d'un commerce, voyageait dans la même direction.


M. Hu tomba très malade et invita Liyue à venir sur son bateau. Il lui confia ses deux jolies filles. Hu donna aussi à Liyue une pierre précieuse et lui confia de nombreuses choses ainsi qu'une grosse somme d'argent. Hu décédé, Liyue donna des dizaines de milliers de Guans (unité monétaire de l'époque) au gouvernement. Il trouva également de bons maris pour ses deux filles et arrangea leur mariage.


Avant que Hu ne décède, il demanda à Liyue de mettre la pierre précieuse dans sa bouche pour ses obsèques. Personne d'autre ne savait cela. Lorsque les membres de la famille vinrent par la suite s'occuper des effets personnels de M. Hu, ils demandèrent au gouvernement d'ouvrir sa tombe et constatèrent que la pierre précieuse était toujours là. Liyue aida beaucoup de gens comme cela sans que ses bonnes actions soient connues des autres.

Un poème louant sa vertu :

Chargé de s'occuper de la famille d'autrui, il remplit sincèrement sa promesse. Trouva de bons maris pour les filles et ne s'empara pas de l'argent qui lui avait été confié. L’accomplissement de sa promesse de garder le secret montre en particulier sa vertu. La lumière de la pierre précieuse ne saurait faire de l'ombre à la lumière de sa vertu.


Version anglaise :
Extolling the Virtues of Ancient People

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.