Un médecin chinois arrêté pour abus de transplantation d'organes

Condamnation internationale des crimes de prélèvement forcé d'organes
 

La semaine dernière, Zhu Yunsong, un médecin chinois spécialisé dans la transplantation d'organes et mentionné dans le rapport Prélèvements meurtriers, a été arrêté par les autorités chinoises pour abus de transplantations d'organes.


L'information a été révélée le 29 juillet par le célèbre avocat canadien des droits de l'homme David Matas, lors du forum " La médecine de la transplantation à la croisée des chemins", organisé par les Médecins contre le prélèvement forcés d'organes (en anglais DAFOH, Doctors against forced organ harvesting) au cours du Congrès mondial de la transplantation à San Francisco.

Bien que l'accusation ne visait pas spécifiquement le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong, l'arrestation de cet éminent médecin est une preuve de plus montrant la réalité du prélèvement forcé d'organes en Chine.


Zhu Yunsong, qui travaillait auparavant dans un grand hôpital, a effectué des transplantations d'organes depuis de nombreuses années et est l'auteur de nombreux documents sur le sujet.

D'après David Matas, un enquêteur spécial se faisant passer pour un patient aurait parlé au Dr Zhu au téléphone. La transcription de la conversation téléphonique montre que le médecin a admis avoir participé à des opérations de transplantations en utilisant les organes de pratiquants du Falun Gong.


Des informations détaillées sur l'enquête autour des atrocités de prélèvement d'organes en Chine sont disponibles dans le livre Prélèvements meurtriers co-écrit par David Matas et David Kilgour.


David Matas, éminent avocat canadien défenseur des droits de l'homme

Ethan Gutmann, écrivain et ancien chercheur pour un groupe de réflexion américain


Condamnation internationale des crimes de prélèvements d'organes en Chine

Le Congrès mondial de la transplantation 2014, qui a réuni 7 000 spécialistes et médecins de la transplantation d'organes, a rejeté 35 candidats chinois pour des motifs d'éthique médicale.


Joanna Matuszkiewicz-Rowinska, professeure à l'Université de médecine de Varsovie, a déclaré qu'elle s'était récemment opposée à la publication d'un document sur la transplantation d'organes dont l'auteur était chinois. En examinant le manuscrit, elle a constaté que les responsables n'identifiaient pas la source des organes.


D'après Pr. Matuszkiewicz-Rowinska, un grand nombre de ses collègues ont rencontré des problèmes similaires en révisant des documents provenant de Chine sur la transplantation d'organes.

Lors du forum, David Matas a souligné que le régime communiste chinois a essayé de 'booster' ses sources d'organes en accroissant les arrestations illégales de pratiquants de Falun Gong. Des responsables du régime et des policiers ont récemment fait irruption chez des pratiquants pour prélever des échantillons de sang et de salive. Une partie de ces prélèvements forcés a même eu lieu dans la rue.


D'après le site Minghui, la plupart des prélèvements forcés d'échantillons sur des pratiquants s'est produite dans les provinces du Guizhou et du Liaoning. Les policiers ont précisé aux pratiquants qu'ils ne faisaient que suivre les ordres des autorités supérieures.

Ethan Gutmann, écrivain et ancien chercheur pour un groupe de réflexion américain, a partagé ses connaissances et son analyse de la politique de prélèvement d'organes en Chine au cours du forum du 29 juillet. M. Gutmann soupçonne le régime d'avoir mis en place une base de données d'informations d'organes visant les pratiquants de Falun Gong.

Le Falun Gong est le plus grand groupe de victimes des prélèvements d'organes

Au cours du Congrès mondial de transplantation, les pratiquants de Falun Gong de San Francisco ont organisé une conférence de presse le 29 juillet et donné des interviews à des médias anglais et chinois. Les intervenants ont souligné que le Falun Gong est le plus grand groupe de victimes des prélèvements d'organes en Chine.

Selon un reportage de Radio Free Asia, le prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong a été l'objet d'une attention généralisée de la part des participants à la conférence. Personne n'a pu ignorer les grandes banderoles affichées par le groupe du Falun Gong à l'entrée du Centre des congrès de Moscone ouest où se tenait la conférence.

Des pratiquants de Falun Gong ayant été personnellement soumis à des prises de sang et des examens physiques au cours de leur emprisonnement en Chine ont révélé aux journalistes comment ils avaient échappé de justesse à servir de donneurs d'organes non-consentants.

L'une d'eux, Mme Li, a expliqué que les geôliers annonçaient aux pratiquants de Falun Gong que nul ne serait exempté de l'examen. Des policiers armés étaient mobilisés pour aider à effectuer les prélèvements sanguins et les examens physiques, deux étapes essentielles dans la recherche d'organes compatibles pour des patients potentiels.

Mme Li a dit au journaliste : " Tout patient dans un autre pays devrait attendre huit à dix ans avant de pouvoir trouver un organe compatible. Mais des annonces en Chine garantissent des greffes de reins en trois jours et de foie en une semaine. C'est parce qu'ils ont une grande banque d'organes de pratiquants de Falun Gong."


David Matas a annoncé à la conférence de presse qu'il était venu au Congrès mondial de la transplantation appeler les professionnels de la transplantation d'organes à aider à stopper ce crime en Chine. Il estime qu'ils doivent exercer des pressions sur leurs homologues en Chine avec des politiques promouvant une éthique des transplantations d'organes.

Effort international pour mettre fin aux prélèvements d'organes sur des pratiquants de Falun Gong

Récemment, la communauté internationale a lancé plusieurs actions positives pour aider à stopper ce crime en Chine.


Le 30 juillet, le Comité des affaires étrangères de la Chambre des États-Unis a approuvé une résolution demandant à la Chine de mettre fin immédiatement aux prélèvements d'organes sur des prisonniers, autorisés par l'État.

D'après Associated Press, la résolution soutient qu'il existe des " rapports persistants et crédibles " de prélèvement d'organes approuvés par l'État sur des prisonniers non-consentants, dont beaucoup issus du mouvement de méditation Falun Gong et d'autres groupes religieux et ethniques minoritaires.

Le 11 juillet, au cours du premier colloque sur l'éthique de la transplantation au Parlement italien, le sénateur Maurizio Romani a proposé un projet de loi visant à introduire dans le Code criminel le trafic d'organes pour la transplantation, avec une pénalité de huit à vingt ans d'emprisonnement.

Le 9 juillet, le Conseil de l'Europe a adopté la première convention pour lutter contre le trafic d'organes humains en encourageant " une étroite coopération internationale entre les États membres et non-membres."


Articles correspondants en chinois :

http://www.minghui.org/mh/articles/2014/8/1/美联社-美国会外交委员会谴责中共活摘人体器官-295464.html
http://www.minghui.org/mh/articles/2014/8/1/RFA-法轮功揭示中共活摘人体器官罪行-295461.html


Version chinoise

Version anglaise :
Chinese Doctor Arrested for Organ Transplant Abuse, Growing International Condemnation of China's Organ Harvesting Crimes (Photos)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.