Des touristes chinois trouvent des façons discrètes de démissionner du PCC sur les sites touristiques européens

Les touristes Chinois affluent en masse vers l’Europe comme ils le font normalement en été durant la haute saison, et de plus en plus de pratiquants de Falun Dafa se portent volontaires pour les aider à démissionner du Parti communiste chinois(PCC) et de ses organisations affiliées.


Mme Pan est volontaire au Centre des Démissions en Suisse, où elle enregistre en moyenne plus de 50 démissions par heure.


"En période d’affluence, plusieurs autocars peuvent arriver en même temps. Plus d’une centaine de touristes chinois peuvent passer devant moi. " " Habituellement, ils ne résistent pas à l’idée de démissionner du PCC. Après une courte conversation, souvent ils acceptent de le faire. Occasionnellement, une personne peut tenter de dire que le PCC est bon, mais il y en a toujours d’autres qui la contredisent. "


De façon à ne pas prendre le risque de se faire dénoncer aux autorités communistes, beaucoup de touristes chinois trouvent des façons discrètes de démissionner.


À Rome, une dame Chinoise a expliqué en anglais, à un pratiquant Falun Dafa occidental qu’elle souhaitait démissionner, mais que les autres membres de son groupe ne le comprendraient pas.


Sur un autre site touristique de Rome, un Chinois a baissé la voix et a dit à un volontaire du Centre des Démissions : " Je suis d'accord mais je ne peux pas faire de signe avec ma tête. Il y a beaucoup d’yeux qui me regardent. J’ai peur que l’un d’entre eux me vende aux autorités. " Le volontaire lui a chuchoté en retour : " Dites simplement oui si vous voulez démissionner ", ce que l’homme a immédiatement fait.


Un jeune homme a avoué qu’il était un membre du PCC à un volontaire du Centre des Démissions du Lac Titi en Allemagne, puis il a dit : " De nos jours plus personne ne croit plus en l’idéologie communiste."


Quand on lui a demandé s’il voulait démissionner du PCC, il a jeté un regard alentour et a chuchoté que ses collègues n’étaient pas loin. Le pratiquant a répondu de la même manière : " Je peux vous aider à démissionner en utilisant un pseudonyme. Vous n’avez qu’à faire un signe de la tête pour accepter." Il a fait signe de la tête et a remercié. Puis il est reparti d’une démarche nonchalante.


À Londres, un groupe de touristes chinois, est passé rapidement devant un volontaire, pratiquant de Falun Dafa. Une femme a délibérément ralenti le pas se laissant distancer par le groupe. Elle a dit au pratiquant : "Pouvez-vous m’aider à prendre une photo de moi avec ce qu’il y a en arrière-plan ? "Quand le pratiquant lui a pris son appareil photo des mains, elle a rapidement chuchoté : " Je veux quitter le PCC."


Ce n’est pas inhabituel que des gens se séparent de leur groupe pour parler aux volontaires et démissionner du PCC.


Mme Zhou, une pratiquante du Falun Dafa volontaire à un Centre de Démission en Angleterre, a décrit la tendance dont elle a été témoin :


En 2009 et 2009, je ne pouvais aider que quelque chinois à démissionner en une année. En 2010, le nombre est passé à environ un millier par an. Après 2012, il a doublé et triplé, jusqu’à plusieurs milliers par an. Depuis le début de cette année, c’est environ un millier par mois."


Version anglaise :
Chinese Tourists Find Covert Ways to Quit the CCP at European Tourist Sites

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.