La famille d’un pratiquant décédé gagne un procès qui a duré quatre ans

Le 6 mai 2014, a été un grand jour pour la famille de M. Peng Mingsheng qui a finalement gagné un procès crucial contre l’Hôpital du Peuple de Tengzhou dans la Province du Shandong. Il a fallu à la famille quatre années d’efforts constants pour démontrer que l’hôpital avait été responsable de sa mort, en suivant la politique omniprésente du régime traitant les pratiquants du Falun Gong comme des cibles de persécution, plutôt que comme des êtres humains.


Au début de l’année 2010, deux agents du Bureau 610 ont tenté d’arrêter M. Peng qui était en train de distribuer des documents à propos du Falun Dafa et de la persécution. M. Peng a essayé de s’échapper, mais il a eu accident avec sa voiture alors qu’il était pris en chasse par les agents.


Il était dans un état critique, mais l’hôpital a refusé de lui prodiguer un quelconque traitement afin de lui sauver la vie ou de le transférer dans un autre hôpital. Résultat, M. Peng, âgé de 47 ans, est décédé le 7 février 2010.


Une tragédie due à une tentative d’arrestation

Quand les deux agents du " Bureau 610 " se sont précipités pour l’arrêter, des témoins leur ont demandé la raison de tout ce remue-ménage: "Qu’est-ce qu’il a fait de mal ? Pourquoi voulez-vous l’arrêter? " À ce moment-là, M. Peng a saisi l’opportunité pour monter dans sa voiture et s’enfuir.


Il a pris un virage serré à trop vive allure et sa voiture s’est encastrée dans un camion garé sur le bas-côté de la route. Il était inconscient et dans un état critique, alors les agents se sont discrètement éclipsés. Un passant a appelé une ambulance et M. Peng a été emmené à l’Hôpital du Peuple de Tengzhou.


L’hôpital lui a refusé des soins après l’avoir identifié comme étant un pratiquant de Falun Gong

Un personnel de l’hôpital a découvert que M. Peng était un pratiquant du Falun Gong, et il l’a rapporté au directeur de l’hôpital. Au lieu de prendre des mesures immédiates pour soigner les blessures mortelles de M. Peng, le directeur a donné des instructions à son personnel de garder M. Peng en Unité de Soins Intensifs, mais sans aucun traitement.


Le personnel de l’hôpital a alors attaché les mains et les pieds de M. Peng à un lit et lui a introduit
un tube respiratoire dans la bouche. Ils ont également averti sa famille de son état.


N’ayant pas vu son frère depuis quatre ans, la plus jeune sœur de M. Peng a quitté le 4 février Melbourne, en Australie, avec sa fille de trois mois et s’est précipitée à l’hôpital. Quand elle est arrivée, elle a essayé de réconforter son frère, mais tout ce qu’il pouvait faire était de hocher la tête en signe de reconnaissance.


Sa sœur a demandé pourquoi ils l’avaient attaché au lit, et le personnel a desserré ses liens. M. Peng a alors demandé un stylo et une feuille, et il a écrit dessus " Falun Dafa Hao !" (Falun Dafa est bon !)


La sœur de M. Peng a réclamé un transfert dans un autre hôpital, mais le directeur a refusé. Sa sœur a alors répondu : "Vous êtes en train de délibérément retarder les soins qui pourraient lui sauver la vie. Je vous poursuivrai en justice." Elle a alors pris quelques photos de son frère; Cependant, le directeur a attrapé son appareil photo et l’a fracassé en le jetant violemment par terre. Il s’est fâché et lui a hurlé dessus : "Allez-y. C’est un pratiquant du Falun Dafa, donc allez-y—vous ne gagnerez jamais."


Le 7 février 2010, M. Peng est décédé suite à la tentative d’arrestation et au refus de l’hôpital de lui prodiguer des soins. Il laisse derrière lui, ses parents, sa femme et trois enfants. Dans les 48 heures qui ont suivi sa mort, les responsables de l’hôpital ont offert une compensation de 10 000 yuans et ont fait pression sur sa femme pour qu’elle signe un accord stipulant qu’elle n’engagerait aucune action en justice.


Chercher justice

La sœur de M. Peng est diplômée en science médicale, donc quand elle a senti que quelque chose ne collait pas dans le décès de son frère, elle a demandé son dossier médical. Du fait de son insistance, l’hôpital lui a fourni un dossier des soins altéré dans l’optique de couvrir les agissements criminels des agents du Bureau 610 et protéger leur propre réputation.


Le dossier modifié indiquait que M. Peng avait été victime d’un accident et qu’il avait subi trois opérations chirurgicales en un an à l’hôpital avant sa mort. De cette façon, l’hôpital prétendait qu’il avait fait tout son possible pour sauver la vie de M. Peng.


La sœur de M. Peng a fait une photocopie du dossier fabriqué de toute pièce et a engagé une agence accréditée d’une autre ville pour vérifier sa validité. L’agence a conclu que le dossier médical était un faux, et cette expertise s’est avérée plus tard un élément crucial qui a permis à la famille de gagner son procès.


Peu de temps après son décès, la famille de M. Peng a porté plainte de nombreuses fois contre l’hôpital, mais à chaque fois, la plainte n’a pas aboutit. Plus tard, la famille a décidé de porter plainte pour mort injuste contre l’hôpital, avec pour plaignants les parents de M. Peng, sa femme et ses trois enfants.


Avec l’aide de M. Song, un des plus éminents avocats en Chine, la famille a finalement gagné le procès après quatre ans.


Faire connaître les bénéfices du Falun Dafa

M. Peng, anciennement chauffeur de taxi, était sujet à de sérieuses migraines. Cependant, il a recouvré la santé après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa en 2005. Il a mis en pratique les principes d’Authenticité-Bonté-Patience, et il était très populaire parce qu’il aimait aider quiconque il pouvait aider.


En outre, M. Peng allait souvent dans d’ autres villages avec les compagnons de pratique du Falun Dafa parler aux gens des bénéfices de la pratique du Falun Dafa ainsi que des atrocités de la persécution.


À cause des activités de M. Peng, des agents du Bureau 610 local et des fonctionnaires de police ont souvent fouillé son domicile et harcelé sa famille. Ses parents étaient inquiets et craignaient qu’il puisse être emmené dans un camp de travaux forcés. De plus, sa femme et ses enfants ont dû aller vivre en 2007 dans la maison d’un parent pour échapper au harcèlement.


Version en anglais :
Deceased Practitioner's Family Wins Four-Year Lawsuit

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.