Un maître d’échecs démissionne du Parti communiste chinois

Les échecs chinois sont un passe-temps très populaire en Chine. Certains jouent pour le plaisir ; d’autres jouent pour gagner de l'argent. Un groupe de personnes jouant aux échecs dans la rue ou dans des restaurants est une scène courante dans les villes, les faubourgs et les villages. C'est aussi une façon courante de se faire des amis et de développer des amitiés.

Ce qui suit est l'histoire d’un pratiquant de Falun Gong, propriétaire d’un magasin, qui a aidé un maître d'échecs chinois à démissionner du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations affiliées en le battant à son propre jeu.

Le maître d'échecs a fait une entorse à sa règle de " pas d'argent, pas de jeu "et a décidé d'aider le pratiquant à améliorer ses compétences. En retour, il a été exposé à la sagesse d'un pratiquant et en est venu à croire le conseil de son nouvel ami de démissionner du PCC.

Des gens jouant aux échecs chinois, un spectacle courant en Chine


Les affaires dans mon magasin battent de l'aile depuis le Festival de Qingming (5 avril, 2014). De nombreux habitants ont quitté la ville pour des contrats à court terme.

Pendant quelques jours d’affilée, plusieurs personnes sont venues à la boutique pour jouer aux échecs chinois avec moi. En tant que commerçant, je ne peux pas décliner les invitations de mes clients bien que mes compétences soient loin d’être exceptionnelles. Cependant, le plus souvent je clarifie les faits au cours de la partie. La plupart des gens acceptent de démissionner des organisations du PCC à la fin de trois parties, qu’ils aient gagné ou perdu.

Début mai, un homme dans la soixantaine a lentement poussé son vélo jusqu’à mon magasin.

Je me suis approché "Vous êtes bon aux échecs, non ?" Il a été surpris : "Comment le savez-vous" J'ai dit : "Je vous connais depuis longtemps. Je vous ai vu relever les défis de candidats dans la rue. Je sais que vous êtes un maître ! "


L'homme a commencé à me raconter comment il avait remporté de grandes parties et ne garait jamais son vélo plus d’une demi-heure. Ma femme et moi avons écouté ses histoires et appris qu'il avait grandi dans un village de maîtres d'échecs. Il avait gagné quantité de récompenses et ne rencontrait guère d'adversaires dignes de lui ces temps ci. Quand je lui ai suggéré de jouer une partie, il a répondu : "Pas d'argent, pas de jeu."


Quelques jours ont passé

Le 6 mai, il est de nouveau passé par mon magasin. Je l'ai invité à jouer une partie. Il a fait une entorse à sa règle et a accepté de jouer : "OK. Je vous ai vu jouer il y a deux jours. Aujourd'hui, je veux seulement vous aider à améliorer vos compétences. " Probablement qu’à son niveau, il avait de bonnes raisons d'être arrogant. J’ai rapidement mis en place l'échiquier dans mon magasin.

Il a insisté pour que je commence le premier. Je lui ai fait plaisir, pensant que probablement il ne tarderait pas à me mettre dans sa poche de toute façon. Comme je faisais le premier mouvement, j'ai demandé : "Êtes-vous un membre du PCC ? " Il a dit : " Oui, les cotisations sont déduites de ma retraite."


Tandis que lui clarifiais les faits sur la persécution et lui disais que le PCC aurait à faire face à la rétribution pour ses crimes en persécutant les pratiquants de Falun Gong, sans mentionner des générations de chinois, il secouait la tête et répondait à chaque fois : "Absurdités."

J'ai perdu la première partie rapidement. L'homme passait un bon moment et a commencé à me donner des indications pour chaque déplacement des pions, comme à un débutant. Je ne pouvais rien répondre. Après tout, j'avais perdu.


À mi-parcours de la deuxième partie, je ne pouvais plus continuer ma clarification de la vérité. Chaque fois que je faisais un commentaire, il disait : "Absurdités."


J'ai réalisé ce qu'il avait en tête. Il pensait : "Vos compétences dans les échecs sont si médiocres. Comment puis-je faire confiance à votre jugement ? Si un maître d'échecs comme moi se fait avoir par un bleu comme vous, ne vais-je pas devenir la risée de tout le monde ? Sauf si vous pouvez me battre, tout ce que vous dites est absurde."


Une idée m'est venue à l'esprit : "Pour ton bien, je souhaite que tu démissionnes des organisations du PCC. Maître, veuillez m’aider à le battre à son propre jeu. " Je suis immédiatement devenu lucide, comme si mon cerveau avait été plongé dans de l'eau froide.

La deuxième partie s'est terminée par un match nul

L'homme a commencé la troisième partie et a joué le premier. J'ai réalisé qu'il était déterminé à gagner cette fois-ci. Je suis resté calme et l’ai battu avec un léger avantage.

Il a commencé la quatrième patrie avec beaucoup d'empressement. Cette fois, soutenant sa tête de sa main gauche il a touché sa poitrine de sa main droite : " J’ai plus de 60 ans. J'ai peut-être une maladie cardiaque. "


J'ai senti que son ton avait changé. J'ai continué la conversation : " C'est vrai. Une bonne santé est plus importante que toute autre chose. Je pratique le Falun Gong depuis plus de 10 ans. J’ai l’air jeune, et je suis fort. La force physique est mon avantage. Les choses vont changer pour le mieux si vous démissionnez des organisations du PCC. "


J’en suis venu à lui expliquer que tous les membres du PCC seraient impliqués au moment où le PCC ferait face à la rétribution.

" Absurdités," a-t-il répondu à mes commentaires, reprenant encore une fois le même mot.

J'ai arrêté de parler pendant le reste de la quatrième et la cinquième partie. En fin de compte, j'en avais gagné trois, perdu une et la dernière s'était soldée par un match nul.

Il était déjà aux alentours de midi. Comme le vieil homme était sur le point de partir avec son vélo, je l'ai accompagné jusqu'à la porte et lui ai encore demandé : " Démissionner ?"Il a souri et a dit : "Démissionnez ! Démissionnez ! Démissionnez des trois [organisations du PCC] pour moi ! "


J’ai poussé un soupir de soulagement et j’ai remercié le Maître de m’avoir donné la sagesse et la concentration pour gagner les parties. J’ai pensé : " Le Maître est le véritable maître d'échecs ! "


J'étais heureux pour lui qu’il ait pris la bonne décision et heureux pour moi de l'avoir aidé dans son intérêt.


Version en anglais : l
A Chess Master Quits the Chinese Communist Party

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.