Des avocats détenus pour avoir défendu des pratiquants de Falun Gong

Les avocats des droits de l’homme en Chine continentale (de gauche à droite) Jiang Tianyong, Tang Jitian, Wang Cheng, et Zhang Junjie devant un centre de lavage de cerveau avant leur arrestation. (Avec l’aimable autorisation des sujets)


Quatre célèbres avocats des droits de l’homme ont été arrêtés le 21 mars en Chine pour avoir essayé de libérer des pratiquants de Falun Gong détenus dans un centre de lavage de cerveau.


Les avocats Jiang Tianyong, Tang Jitian, Wang Zheng et Zhang Junjie ont été arrêtés par des agents de sécurité après avoir été suivis jusqu’à leur hôtel et ont été placés en détention à Jiamusi, province du Heilongjiang. Plusieurs parents des pratiquants de Falun Gong emprisonnés ont été arrêtés avec les avocats.


Deux des avocats, Jiang Tianyong et Tang Jitian, ont été condamnés à 15 jours de détention administrative (détention sans procès ni audience) pour avoir «utilisé les activités d’une secte afin de mettre en danger la société». On ne sait pas où ils sont détenus.


Après le début de la persécution du Falun Gong en 1999, les autorités chinoises ont attaqué la pratique en lui attribuant de mauvaises étiquettes dans le but d’inciter à la haine. Durant les années 1990, la pratique était devenue extrêmement populaire. On comptait 70 millions de pratiquants attirés par ses exercices lents et souples, ainsi que par les principes d’authenticité, bienveillance et tolérance.


Les quatre avocats ont été emmenés par plus d’une dizaine d’agents de la sécurité le jour précédant un procès au Parquet de Jiansanjiang au cours duquel ils devaient dénoncer la détention illégale de pratiquants au centre de lavage de cerveau de Qinglongshan, une prison clandestine aussi appelée Bureau des réclamations foncières du Heilongjiang. Les avocats et les proches se rendaient pour la troisième fois au centre de lavage de cerveau pour essayer d’obtenir la libération des pratiquants. Cet établissement extrajudiciaire n’est supervisé par personne et se trouve derrière le bureau local de la sécurité publique.


En réaction à l’enlèvement des avocats, plus d’une centaine d’avocats des droits de l’homme et des centaines de citoyens ont publié une déclaration circulant sur Internet et condamnant leur incarcération.


Selon l’avocat Li Fangping, les avocats qui défendent des causes liées au Falun Gong sont traités de la même manière que les pratiquants qu’ils cherchent à défendre. «C’est un nouveau phénomène et un nouveau défi», a t-il dit, selon un article publié sur le blog de Joshua Rosenzweig, un spécialiste des droits de l’homme de Hong Kong. Li Fangping a affirmé que plusieurs avocats s’étaient rendus à Jiamusi pour y intercéder auprès des responsables de la sécurité publique.


Ce n’est pas la première fois que des avocats des droits de l’homme essaient de libérer des pratiquants de Falun Gong détenus dans des centres de lavage de cerveau. L’an dernier, un groupe d’avocats, dont faisaient partie Jiang Tianyong et Tang Jitian, ont été roués de coups au centre d’éducation juridique d’Er’ehu dans la province du Sichuan et ont passé une nuit en détention.


"Nous venions d’arriver au centre d’éducation juridique et nous ne nous attendions pas à ce qu’ils soient si agressifs et si violents. Ils se sont rués sur nous et ont commencé à nous ruer de coups. Plus tard, ils nous ont emmenés dans la cellule de la police locale où il y avait de nombreux policiers en civil et agents de sécurité intérieure. Pendant tout ce temps, ils ont été extrêmement violents", a déclaré Jiang Tianyong dans un entretien avec Epoch Times.


Jiang Tianyong s’est spécialisé dans les cas de persécution religieuse. Il a été détenu, interdit de voyager et radié du barreau en Chine. En 2009, il a témoigné devant la Commission des droits de l’homme de la Chambre des représentants des États-Unis des «harcèlements, de la répression et de la persécution, car nous conseillons la défense de causes concernant la préservation de la liberté de croyance».


Tang Jitian a également été détenu et a perdu sa licence pour avoir travaillé avec des pratiquants de Falun Gong, des victimes du lait contaminé à la mélamine et d’autres cas de violation des droits de l’homme. En 2011, il a été détenu et torturé, puis placé en résidence surveillée.


Wang Cheng a contribué au lancement d’une campagne de signatures en ligne appelant Pékin à ratifier le Pacte international des Nations Unies relatif aux droits civils et politiques. Il a aussi été détenu pour ses activités de plaidoyer.


Zhang Junjie de la province du Shandong, a travaillé avec Jiang Tianyong sur le cas du militant Xue Mingkai, dont le père est décédé dans des circonstances suspectes.


«Ce coup monté évident est un exemple avéré de grave abus de pouvoir et de violation de la loi – une grave violation de l’état de droit qui bafoue les droits humains», ont accusé les auteurs de la déclaration.

Version en anglais:
Lawyers Detained in China for Attempting to Free Falun Gong Practitioners

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.