Une clef ouvre toutes les portes

Toutes les statues de Bouddhas se sont brisées en mille morceaux

Je cultivais auparavant en tant que bouddhiste laïque sans avoir obtenu aucun éveil crucial. En 1995, ma mère m'a donné le livre Zhuan Falunen me disant que ce livre pouvait sauver les gens. Elle a dit qu'aussitôt que je déciderais d'apprendre le Fa (Ndt : Loi ou principes) du livre, le Maître prendrait soin de moi. J’ai compris que plus aucune divinité céleste ne s’occupait des êtres humains; qu'aucune des religions dans ce monde ne prenait plus soin des gens. Seul le Maître avait le pouvoir de prendre soin de moi. J'ai sincèrement pris le livre et ai commencé à le lire attentivement. Le jour où j'ai fini de lire le livre en entier, le Maître a nettoyé mon corps. Un jour que je faisais les exercices, mon esprit est soudain devenu vide et je ne pouvais me souvenir de rien du tout. Quand je me suis finalement réveillée, j'ai immédiatement compris que toutes mes maladies avaient disparues. En effet, le Maître avait enlevé toutes mes maladies en me mettant dans un état de coma.


Je n'aimais pas trop marcher. Quand je sortais, je prenais toujours mon vélo. Toutefois, j'ai perdu deux vélos en deux jours consécutifs. Je ne me suis pas mis en colère; j'ai pensé que le Maître me donnait peut-être un indice que je ne devais plus compter sur les vélos, aussi j'ai décidé de marcher pour aller au travail. J'ai découvert que lorsque je marchais dans la rue, c'était presque comme si je volais; mon corps était aussi léger qu'une feuille, comme s'il n'y avait rien dans mon corps. Je voyais des Falun tournoyer partout sur mon corps. Un jour, alors que je faisais le deuxième exercice, j'ai clairement vu une image yin et yang sur mon ventre (c'était une partie du Falun); il s'affairait à ajuster mon corps. J'ai aussi vu beaucoup de Falun tourner dans ma maison.


J'ai décidé de pratiquer uniquement le Falun Dafa, j’ai donc rendu toutes mes écritures bouddhistes au temple. Cette même nuit, j'ai fait un rêve. Dans le rêve, j'étais assis sur un avion, volant à travers de longues distances. Il y avait d'innombrables statues de Bouddhas sur l'avion. Soudain, toutes les statues se sont brisées en mille morceaux, se transformant en poussière inutile. Ceci m'a aussitôt fait penser à la phrase "Les quatre grands éléments sont dispersés au loin / Et l’ancien Fa est désintégré" tirée de l'un des poèmes de Maître dans "Hong Yin II".


Je voyais partout les Fashen de Maître

En 1996, un compagnon de pratique m'a donné un billet pour regarder les conférences de Fa du Maître en vidéo dans un auditorium local. Dès que je suis rentré dans l'immeuble, j'ai vu un rayon de lumière brillante se précipiter au milieu de mes yeux. Après avoir fini de regarder les vidéos et être sorti de l'auditorium, j'ai soudain vu partout les Fashen du Maître. Ils étaient sur le plafond et sur les murs. Sur la photo de Maître Li, j'ai également vu de nombreux Fashen qui étaient placés couche après couche les uns contre les autres. En même temps, j'ai vu une échelle céleste. J'ai même grimpé sur l'échelle, et quand j'ai regardé en bas de l'échelle, j'ai découvert que le monde humain était rempli de saleté et de perversité.


Cultiver à travers les épreuves

Je travaillais dans une usine de manufacture, à la cafétéria. Je préparais et fabriquais tous les pains et les nouilles pour la cafétéria. Il y avait une directrice du nom de Chen dans mon unité de travail dont le mari était assistant du directeur de l'usine. Chen dirigeait tout dans la cafétéria. En raison de l'étroite collaboration de son mari avec l'équipe dirigeante, Chen avait un très fort caractère et tout le monde avait peur d'elle. Avant ma cultivation dans Falun Dafa, j'avais une relation très proche avec Chen; nous avions l'habitude de parler ensemble de presque tout, à propos de nos familles et des choses de cette nature.


Juste après avoir commencé à pratiquer Falun Dafa, tout est devenu très simple pour moi. Toutefois, un jour, sans crier gare, Chen a piqué une crise terrible, m’appelant de tous les noms et autre chose de ce genre. Aussitôt que j'essayais de réfuter, ma gorge semblait si épaisse que je pouvais à peine parler. Je me suis immédiatement souvenue des mots du Maître sur la façon dont les pratiquants devaient considérer les conflits, que nous ne devions pas rendre les coups pour les coups, ou les insultes pour les insultes. Je me suis dit en moi-même: Je ne dois pas m'abaisser au même niveau qu'elle; je vais me refréner afin de ne pas répliquer. J'ai commencé à réciter les articles du Maître "Qu'est-ce que le Ren (Patience)?" et "La véritable cultivation" (les deux articles se trouvent dans le livre "Points essentiels pour un avancement assidu"). J'espérais que Chen cesserait sa crise si je continuais à réciter les articles. Cependant, Chen est devenue encore plus en colère contre moi. La situation a même empiré et il était clair que cela allait s’intensifier, et que Chen allait me créer encore plus de problèmes.


Chen a commencé à me demander de faire des tâches ne faisant manifestement pas partie de mes devoirs. Quand des personnes m'offraient leur aide, Chen refusait qu'on m'aide; elle me plantait simplement là et exigeait que je finisse seule ces travaux. On me demandait de nettoyer les affaires sales, et tous les travaux physiques m'étaient assignés. Etrangement, durant ces jours où j'étais sous une pression déjà énorme, il y avait encore plus de personnes venant à la cafétéria pour manger. Même des travailleurs d'autres secteurs venaient en visite à l'usine principale et dînaient à la cafétéria. Il y avait tellement de vaisselle à laver, et on me demandait de ramasser chaque plat de la cafétéria et de les laver un par un. Je travaillais continuellement sans aucune pause.


Quelques employés me connaissaient et quand ils ont remarqué que mon emploi du temps était aussi chargé, ils rapportaient leur plat jusqu'à l'évier de la cuisine afin que je n'aie pas à les ramasser dans la salle à manger. Chen l'a remarqué et a dit à ces gens d'arrêter de le faire. Elle a dit à ces employés que j'étais en réhabilitation et que personne ne devait m'approcher. Après avoir mangé une pomme, Chen jetait le trognon par terre devant moi, et se mettait à me crier dessus avec tous les mauvais mots qui lui passaient par l'esprit. Quand j'essayais de rentrer chez moi après le travail, Chen tentait même de m'arrêter à la porte. Quand je sortais, Chen me suivait et continuait à me crier dessus et me demandait de m'arrêter. Puis, elle courait derrière moi, agrippait mes longs cheveux, et commençait à me battre. À travers toutes ces tribulations, je persistais à lui sourire; je n'ai jamais dit un seul mot ni n'ai rendu les coups.


J'avais très peur des petits insectes. Chen le savait. En plusieurs occasions, Chen s’est procurée un couple de grandes chenilles et les a mises dans la pièce où je préparais les farines afin de me faire peur. J'avais aussi très peur de tuer des poulets; je suis particulièrement effrayée à la vue du sang qui gicle d'un poulet à peine tué. Chen jetait alors dans ma pièce un poulet à moitié mort qui bougeait encore dans le but de me faire mourir de peur.


Dans mon usine, beaucoup de travailleurs volaient souvent du papier et l'emportait chez eux. Tout le monde le savait; tout le monde s'était déjà habitué à cela. Chen m'a une fois demandé d'aller à l'atelier et de voler du papier pour elle. J'ai refusé et Chen a commencé à me punir pour mon refus. Elle m'a demandé d'utiliser un chariot pour déplacer des journaux sous un soleil de plomb, un travail que je n'étais pas du tout supposée faire. Chen a aussi demandé de préparer de la farine supplémentaire. Elle vendait alors toutes les crêpes que j'avais préparées avant l'heure du dîner. Quand les travailleurs arrivaient pour manger, il n'y avait plus de crêpes et je devais en refaire. Je devais en faire plus, presque le double que la quantité habituelle, et ce genre de travail mettait une pression énorme sur moi. Chaque fois que l'usine donnait des choses gratuitement, la plupart du temps on ne me donnait rien. D'un autre côté, si j'obtenais quelque chose, ce n'était jamais bon.


Aussi, de cette façon, Chen m'a fait vivre des moments difficiles pendant plus d'un an. Peu à peu, je me suis débarrassée de toutes les plaintes—mes sentiments d'être injustement traitée. Je n'ai développé aucune haine envers elle. D'un autre côté, j'ai commencé à me sentir désolée pour elle et à éprouver de la compassion. Un jour, Chen a saisi mes cheveux et m'a battu sans aucune raison. Le lendemain, Chen a été gravement blessée sur le chemin du travail. Elle a marché sur une pile de verre brisé, qui lui a coupé la plante des pieds; ses pieds étaient couverts de sang et elle a dû rester chez elle. Beaucoup de gens ont dit que Chen avait reçu finalement sa punition pour son traitement brutal envers moi. Cependant, je ne me suis pas du tout réjouit de l'incident de Chen. Je me suis dit: "Chen, je te suis réellement reconnaissante; je te remercie beaucoup!" Après avoir développé cette mentalité, j'ai commencé à remarquer que Chen avait changé complètement son attitude envers moi. Elle a cessé de me crier dessus et ne m'a plus fait vivre des moments difficiles. Un jour en route vers notre travail, Chen m'a pris la main et m'a dit: "Tu es une si bonne personne. Je ne comprends pas pourquoi je t'ai traitée si méchamment. Je ne comprends vraiment pas pourquoi. Je suis vraiment désolée de tout cela!" Elle a fondu en larmes et j'ai pleuré également. Quelques jours après, Chen a été transféré dans une autre unité de travail.


Une seule clef peut ouvrir toutes les portes

Les gens disent souvent qu'une clef ne peut ouvrir qu'une seule porte. Cependant, j'ai vécu une expérience où j'ai utilisé une seule clef pour ouvrir toutes les portes. Après le transfert de Chen, mon chemin de
cultivation
est de nouveau devenu paisible. Je sentais que mon énergie de cultivation s'élevait chaque jour. J'arrivais toujours très tôt au travail le matin. Un jour, je suis arrivée un peu plus tôt que d'habitude à la cafétéria et je me suis rendue à l'entrepôt de nourriture afin d'essayer de prendre du riz pour préparer le petit déjeuner. Il n'y avait encore personne à l'entrepôt. Comme je n'avais pas la clef de l'entrepôt, j'ai pensé: "Pourquoi ne pas essayer la clef de chez moi pour voir si elle peut ou non ouvrir la porte de l'entrepôt." À ma grande surprise, j'ai ouvert la porte avec ma clef. Quand j'ai pénétré dans l'entrepôt, il y avait encore d'autres pièces à ouvrir, et j'ai utilisé la même clef pour les ouvrir toutes. Il y avait toutes sortes de matériels dans l'entrepôt; on pouvait facilement prendre tout ce que qu'on voulait. Toutefois, je n'avais aucunement l'intention d'agir ainsi; je suis juste allée chercher le riz et je suis repartie.


Chaque chose possède sa propre spiritualité

Pendant une période de temps, j'ai remarqué que les objets sur les photos ainsi que les fleurs sur mes couettes de lit semblaient tous vivants. Ils ne semblaient pas du tout être d'une seule dimension. Ils apparaissaient tous en trois dimensions, paraissaient de vraies fleurs, qui en fait étaient encore plus belles que les fleurs peintes dans les tableaux ou tissées sur les couettes de lit. Bien sûr, les gens ordinaires ne pouvaient voir de telles choses. J'ai aussi remarqué que l'eau à l'intérieur d'une image pouvait couler librement, que l'oiseau pouvait chanter, que les gens pouvaient parler et je pouvais aussi sentir la brise sous l'arbre.


J'ai aussi remarqué qu'à chaque fois que nous effleurons de nos pinceaux le papier, le trait bougeait de lui-même. La couleur du trait était différente selon les gens. Certains traits apparaissaient plus sombres—ceci indiquait toujours que la personne qui traçait le trait portait beaucoup de karma. Ceux qui avaient moins de karma faisaient des traits plus brillants, mais ces traits étaient également grisâtres. Quand un pratiquant traçait un trait, ce dernier apparaissait très lumineux—certains des traits étaient extrêmement lumineux.


Maître Li dit dans Zhuan Falun: "…peu importe que votre écriture soit belle ou non, elle aura du gong!" Maître Li mentionne aussi dans Zhuan Falun: "Il y a des gens qui ne parviennent toujours pas à élever leur sens de l'éveil, certains prennent mon livre et font des marques dessus à leur gré. Ceux d'entre nous qui ont l'œil céleste ouvert peuvent voir que ce livre scintille de toutes les couleurs et brille comme de l'or, chaque idéogramme porte l'image de mon Corps de Loi. Si je disais quelque chose de faux, cela voudrait dire que je suis en train de vous tromper; ces traits que vous avez tracés sont tout noirs, comment osez-vous faire des marques de façon aussi désinvolte?" Vraiment, chaque mot du Maître dans le livre est vraie.


Les arbres m'ont saluée

Il y avait autrefois plusieurs très grands arbres devant la maison de mon père. Des gens ont demandé à mon père de couper les arbres et ont promis de lui donner 20 yuans par arbre coupé. Quand j'ai entendu cela, je me suis précipité chez mon père et je lui ai dit de ne pas faire cela. Il a tout arrêté, et quand j'ai regardé de nouveau les arbres, j'ai vu que ces arbres me saluaient tous avec entrain et me souriaient, applaudissant de leurs branches. Cependant, plus tard, ces arbres ont été coupés et enlevés par le PCC pervers.

Version anglaise :
One Key Unlocks All Doors

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.