De se valider soi-même à pleurer de gratitude

Quand j’ai vu mon article de partage d’expériences publié dans l'hebdomadaire Minghui dernièrement, je me suis mis à pleurer. J’ai mis mes mains en position de Heshi et j’ai dit au Maître : " Merci pour votre encouragement ! J’ai tout à coup réalisé : j’ai changé !


J’ai grandi dans un environnement où je m’en sortais bien et j'étais toujours l'objet des louanges et des compliments des autres. Plus tard, mes compétences et mon travail intellectuels étaient aussi remarquables et j'étais encore félicité. C’est ainsi que la renommée est devenue quelque chose d’important à mes yeux.


Après avoir commencé à cultiver, je pris conscience de cet attachement. Je savais que c’était quelque chose dont je devais me débarrasser. Cependant, je ne m'en suis pas vraiment défait.


Mon travail consiste à promouvoir la culture traditionnelle chinoise. Je participe à des activités liées à la promotion de la culture traditionnelle chinoise. Je pensais que je marchais sur le chemin de la rectification de Fa, mais, en réalité, je recherchais la renommée. Les forces anciennes ont saisi cette faille et m’ont persécuté.
.

J’écrivais souvent des articles et les envoyais au site Minghui. J'avais une forte tendance à rechercher la renommée. Une fois que j’avais envoyé un article, je me connectais rapidement sur le site pour voir s’il était publié. J’étais très impatient de le voir publier.


Si j’étais satisfait de l’article, avant même qu’il soit publié, je commençais à parader devant les autres pratiquants, leur parlant de l’article et leur demandais s’ils voulaient le lire.


Après la publication de l’article, j’étais content et je partageais la bonne nouvelle avec les autres pratiquants ; si plusieurs de mes articles étaient publiés à la fois, j’étais extrêmement fier de moi. Si mon article n’était pas publié, j’étais abattu. Si plusieurs de mes articles d'affilée n’étaient pas publiés, j’étais mécontent et restais longtemps incapable d’écrire un autre article.


Je pensais que je regardais à l’intérieur et que j'examinerai les commentaires de l’éditeur, mais avec de telles notions humaines, je ne pouvais pas identifier mes attachements.


En destinant mes articles à la publication, j’avais un fort attachement à la renommée, je voulais me valider moi-même, et j’avais le désir de parader. J'avais aussi une jalousie profondément ancrée.


Après que le Hong Yin III du Maître a été publié, je l’ai étudié puis j’ai écrit plusieurs articles de partages et les ai envoyés au site Minghui. J'étais persuadé que mon point de vue était original et qu'ils seraient assurément publiés; mais aucun ne l'a été.


J’ai cherché à l’intérieur ; j’ai modifié les articles, et les ai de nouveau proposés. Mais ils n'ont toujours pas été publiés. Puis je les ai envoyés sur un autre site tenu par des pratiquants de Dafa. Mais ils n'ont pas été publiés non plus. J’ai relu les originaux de mes articles et j’ai cherché de nouveau à l’intérieur.


Ce que j’ai découvert, c’est que j’expliquais les images du Maître ! N’était-ce-pas saboter le Fa ? N’étais-je pas en train de me valider moi-même ? De me placer au-dessus du Fa ? Sans nul doute, j’avais chuté et j’étais dans un état dangereux.


J’étais choqué par ce que j’avais réalisé. Je n'ai rien écrit pendant longtemps. Je comprenais que mon problème était devenu sérieux, et que j’avais besoin de rectifier mon cœur.


Un cœur humain ne peut pas être rectifié par un cœur humain ! C’est uniquement si nous étudions le Fa et si nous nous assimilons au Fa que notre cœur humain peut être rectifié par le Fa et remplacé par des pensées droites.


Après des mois d’étude approfondie du Fa, j’ai ressenti une amélioration ; j’ai ressenti une élévation de mon xinxing. En me remémorant mon chemin de cultivation, c’était le Maître qui me tenait par la main à chaque pas du chemin . Sans la protection et l’inspiration de Maître, je ne pouvais rien accomplir, y compris les articles que j’écrivais. Pourquoi ce besoin de parader ? Pourquoi rechercher la renommée ?


Je suis un disciple de Dafa de la période de la rectification de Fa . N’est-ce-pas la plus grande et la plus noble des positions ? Maître nous a tout donné, y compris la sagesse. Votre seul devoir est de valider le Fa, et non de nous valider nous-même ; ce qui serait un péché.


Quand j’ai lu l'hebdomadaire Minghui l’autre jour, il y avait un article intitulé : "Orgueil " Il disait que, dans les religions, l’orgueil est un péché. Je me souviens avoir demandé à un pratiquant pourquoi il en était ainsi. L’orgueil ne causait aucun tort à la société : pourquoi était-ce un péché ?


Après avoir étudié le Fa, j’ai fini par comprendre : Dieu a créé l’homme et contrôle tout de l’homme. Dieu vous accordera la sagesse et vous aidera à réussir si vous travaillez selon la volonté de Dieu. Si vous ne respectez pas la volonté de Dieu, vous obtiendrez moins d’aide et vous subirez davantage d’échecs.


Les Anciens avaient un dicton : “L’homme propose, Dieu dispose.” Quand l’homme réussit, c’est grâce à la sagesse de Dieu. Quand l’homme essuie un échec ,c’est parce qu’il n’a pas respecté la volonté de Dieu. Puisque tous nos succès viennent de Dieu, si on devient orgueilleux, c’est comme si on se plaçait au-dessus de Dieu ou comme si on s’accordait le mérite du travail de Dieu. N’est-ce-pas un péché très grave ?


En me remémorant mon chemin de cultivation, j’ai constaté que toutes les fois que je réussissais quelque chose, je voulais me valider moi-même. N’étais-je pas en train de revendiquer le mérite du travail de Dieu ? Comme c’était dangereux !


Depuis plus d’un an maintenant, à chaque fois que j’émet des pensées droites, j’ajoute une pensée pour éliminer mon attachement à la renommée et au gain et à la validation de moi-même. C’est en agissant de la sorte et avec une solide étude du Fa que mon xinxing s’est amélioré, mes pensées droites sont devenues plus fortes, et nombre de mes attachements ont disparu.


À présent, après avoir soumis un article à Minghui, je ne me demande plus s'il sera publié ou non. Je suis détendu ; après tout, j’ai fait mon compte-rendu au Maître.


Je ne cherche plus mon article sur le web ; en fait je n’y pense plus à partir du moment où il est soumis. S’il m’arrive de le voir en ligne, je me souviens alors que je l’avais envoyé, mais je ne ressens plus le besoin de m'en vanter auprès de mes compagnons de pratique.


J’ai changé ! Cela s’est produit tout doucement, de façon si naturelle et normale que j’ai l’impression qu’il en a toujours été ainsi. Je sais que j’ai changé mais je ne sais pas exactement quand. Cependant, je sais que j’ai changé au cours de l’étude du Fa. J’ai ressenti la compassion de Maître et le pouvoir de Dafa pendant l’étude du Fa.


Je me sens si privilégié d’être un pratiquant de Dafa ! Je ressens aussi l'insignifiance d'un être humain.


L’étude du Fa m’a aussi permis de réaliser mes insuffisances et d’être conscient de mes lacunes. J’ai alors été capable de forger ma volonté afin d’être plus diligent, d’affermir mes pensées droites afin de faire confiance au Maître et au Fa , et d’éliminer l’attachement à me valider soi-même.


Le cœur enclin à se valider soi-même s’est transformé en larmes de gratitude. Merci Maître ! Merci Dafa ! Merci également compagnons de pratique de Chine continentale et d’outre-mer pour toute votre aide !

Quand je suis finalement sorti du brouillard, j’ai réalisé à quel point c’était pitoyable et misérable lorsque j’y étais pris au piège. J’ai aussi réalisé que je n’aurais pas dû me perdre dans ce brouillard pendant de si nombreuses années.


Le Fa du Maître est comme un phare allumé haut au-dessus de ma tête, mais j’avais les yeux fermés et me heurtais contre les murs. C’était comme ce que dit le vieux dicton : " Tenir un bol d’or et mendier sa nourriture. " J’ai laissé tomber le Maître et je ne me suis pas conformé aux exigences du Maître.


Dorénavant, si je vois des compagnons de pratique à la recherche de solutions dans le monde humain pour résoudre des problèmes de cultivation, je leur rappellerai : " Dafa est sans limite ! Etudiez le Fa et recourez aux pensées droites ! "


J’ai écrit ce partage d’expériences comme un rappel à moi-même ainsi qu’à mes compagnons de pratique qui pourraient s'être perdus dans un brouillard comparable au mien.


Veuillez indiquer toute insuffisance.


Version anglaise :
From Validating Self to Tears of Gratitude

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.