Raconter l’histoire de Zheng Banqiao: Une fois réalisée, il a réparé son erreur.

Dans sa jeunesse, Zheng Banqiao était affligé par la pauvreté. Une année, lors du Nouvel An chinois, il acheta une tête de porc à crédit chez un boucher. Alors qu’il était sur le point de la cuisiner, le boucher avide profita de sa pauvreté et se précipita pour demander à récupérer la tête de porc pour la vendre à d’autres à un prix plus élevé. Par la suite, Zheng Banqiao garda toujours dans son cœur de la haine à l’encontre du boucher.


Plus tard, lorsque Zheng Banqiao devint un fonctionnaire du canton de Fan dans la province du Shandong, afin de prendre sa revanche sur le boucher, il émit un règlement spécial selon lequel les bouchers n’étaient pas autorisés à vendre des têtes de porc. Lorsque son épouse apprit cela, elle réalisa que la solution de son époux n’était pas appropriée, et pensa alors à un moyen de convaincre celui-ci d’annuler la loi.


Un jour, elle attrapa un rat, y attacha une corde et le suspendit dans une pièce. La nuit, le rat continuait à se débattre, perturbant le sommeil de Zhang Banqiao. Son épouse expliqua que quand elle était petite, elle s’était donnée beaucoup de mal pour coudre un vêtement neuf, mais celui-ci avait été mangé par un rat, ainsi, suspendre ce rat était sa punition pour les rats. Zheng Banqiao se mit à rire et déclara: " C’est le rat de Xinghua qui a mangé ton vêtement, pas ceux de Shandong. Alors pourquoi éprouves-tu du ressentiment à leur égard ? " L’épouse répondit: " N’éprouves-tu pas aussi du ressentiment pour le boucher du canton de Fan ? "Soudain, Zhang Banqiao réalisa son erreur et promit de la réparer en annulant la loi. Il récita aussi un poème : " Les paroles sincères d’une épouse sont précieuses, Banqiao ne travaille pas de façon suffisamment raisonnable. Même si le snobisme d’un boucher est abominable, un fonctionnaire ne devrait pas éprouver de ressentiment dans les conflits personnels. "


Les anciens lisaient des livres vertueux et érudits et aspiraient à devenir des personnes vertueuses et nobles. Ils suivaient les personnes ayant des principes élevés et s’examinaient eux-mêmes dès qu’ils rencontraient des conflits ou des problèmes. Selon un dicton populaire : "En voyant un homme vertueux, efforcez vous de devenir son égal ; en voyant un homme sans vertu, examinez-vous vous-même pour voir si vous n’avez pas les mêmes défauts. "


Version anglaise
Recounting the Story of Zheng Banqiao: He Fixed His Mistake Once He Realized It

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.