Xu Shen, concepteur du premier dictionnaire chinois

Xu Shen, le créateur du premier dictionnaire chinois. (Zhiching Chen)

Xu Shen (58-147 ap. J.-C.), philologue chinois de la dynastie des Han orientaux, fut à l’origine de la conception du premier dictionnaire.


Sous la dynastie des Han orientaux, beaucoup de lettrés appréciaient la modification ou la création de nouveaux styles de caractères, souvent par simple vanité intellectuelle. Ils provoquaient des changements antinomiques qui se trouvaient parfois être à l’origine de grandes confusions. Pour remédier à ce contexte chaotique, au cours de l’année 100 ap. J.-C., Xu Shen commença à rédiger le premier dictionnaire chinois, appelé Shuōwén Jiězì (Explication des pictogrammes et analyse des idéo-phonogrammes).


Xu Shen analysa la structure des caractères chinois sur la base des enseignements du Li-Jing et des cinq éléments. Il divisa ces caractères en six catégories.


Les pictogrammes "qui représentent directement" l'apparence

Ces derniers affichent le sens en représentant directement l’apparence. Par exemple, 山 pour montagne, 人 pour homme, 木 pour l’arbre, la forme d’un petit carré 口 pour la bouche, cet élément pouvait se référer aussi à une passe, un trou, un port; alors qu’un un gros carré 囗 était employé pour une enceinte ou encercler, etc.


Les idéogrammes "qui soulignent les faits"

Ils sont comme des pictogrammes conceptuels, en ce sens qu’ils représentent une idée abstraite par une illustration. Par exemple, 一 qui représente "un", 二 pour "deux" , 三 pour "trois" , 上 pour "haut" et 下 pour "bas".)


Les idéogrammes composés "qui combinent des significations"

Les caractères se composent de deux ou plusieurs idéogrammes avec des significations similaires ou différentes, dont les contenus sont combinés pour créer de nouveaux caractères. Par exemple, 從 qui représente deux hommes marchant l’un derrière l’autre, signifie "à suivre" ou "suiveurs"; 眾 trois hommes partageant le même objectif pour un groupe de personnes, et 囚 signifiant un homme entouré de murs, par conséquent un prisonnier; deux arbres 林 signifiaient une forêt et trois森 une pleine croissance. 安 "la paix" est une combinaison de "toit" 宀 et de "femme" 女, ce qui signifie "tout est calme avec la femme à la maison".


La phono-sémantique comprend "la forme et le bruit". Les caractères se composent d’un élément phonétique et d’un élement de sens. Par exemple 媽 mā signifie "mère", le volet de droite 馬 se prononce mǎ et signifie "cheval". Il indique l’élément phonétique, tandis que le volet de gauche est 女 nǚ, au sens de "femme", ce qui donne du sens. Le composant de sens est souvent un "radical": l’un des près de 200 "éléments constitutifs" des caractères qui composent le chinois en langue écrite. Environ 90% de tous les caractères chinois entrent dans ce groupe.


Les emprunts phonétiques "qui utilisent le faux nom"

Le raisonnement qui sous-tend ces caractères est légèrement plus complexe et se rapporte à l’évolution historique du chinois écrit. Dans la Chine ancienne, un caractère véhiculait souvent plus d’un sens. Mais comme le caractère était souvent utilisé autour du sens, le caractère plus commun finissait par "emprunter" le précédent. Par exemple, 來 était le pictogramme pour "blé", mais il était également utilisé pour le verbe "à venir". Le plus commun "à venir" devint le sens par défaut du caractère et un nouveau caractère pour le "blé", 麥, a été mis en place.


Le sens réciproque "ce qui va et vient"

C’est une catégorisation purement historique qui se réfère à des idéogrammes qui ont la même racine étymologique, mais qui ont divergé à la prononciation et dans le sens. 老 lǎo "vieux" et 考 kǎo "test" est un exemple commun.


Il fallut à Xu Shen plus de vingt-et-un ans pour terminer le Shuōwén Jiězì qui contenait un total de 9 353 caractères chinois de base et 540 radicaux. Le Shuōwén Jiězì est le premier dictionnaire à organiser les caractères par l’analyse des composants, approche qui a été largement adoptée pour les dictionnaires lors des générations suivantes.


Le caractère chinois est le plus important véhicule pour le développement et l’héritage de la culture chinoise. Shuōwén Jiězì a préservé les anciens manuscrits chinois comme les écritures sur les os de divination, les écrits sur les supports en bronze, etc. et a donc accordé une importance aux styles et à l’authenticité de la signification des caractères chinois.


Shuōwén Jiězì est considéré comme la première philologie monumentale bien connue dans l’histoire chinoise.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.