Mme Li Ya est illégalement emprisonnée ; sa famille fait face à une bien sombre situation

Mme Li Ya, une pratiquante de Falun Gong, et sa mère de la ville d'Anguo, Baoding, province du Hebei affichaient des documents clarifiant la vérité le 16 juillet 2012, quand elles ont été arrêtées et illégalement emprisonnées au centre de détention de Baoding. Le mari de Mme Li était très déprimé et est allé chercher du travail dans le canton de Li le 16 novembre. En chemin, il a eu un accident de voiture, a été gravement blessé à la tête avec une fracture du crâne. Il a subi une opération crânienne à deux reprises, qui a coûté plus de 100 000 yuan. Pendant ce temps, leur fils était sans surveillance et toute la famille se trouvait dans une situation extrêmement difficile.


Mme Li, la trentaine, vivait dans le village de Ma, bourg de Shifo, ville d'Anguo. Elle était frêle et en proie à des maladies depuis son enfance. Elle éprouvait des maux de tête fréquents et des douleurs aux jambes. Elle avait déjà subi une intervention chirurgicale à l'hôpital militaire de Pékin pour des ulcères d'estomac. Après l'opération, le médecin avait dit qu'elle aurait besoin d'une deuxième intervention chirurgicale pour guérir complètement les ulcères. Plus tard, elle a contracté une maladie rare, une maladie de peau parfois incurable. Ces maladies étaient toutes incurables avec les traitements de l'hôpital et Mme Li ne pouvait que souffrir dans sa douleur.

En 2004, quand elle avait 23 ans, Mme Li a commencé à pratiquer le Falun Gong. Peu de temps après, elle a vraiment fait l'expérience des miracles de Dafa et elle n'avait plus de maladies et était pleine d'énergie. Grâce à son expérience personnelle, son esprit s'est élevé par l'étude de Fa et elle a vite réalisé que le Falun Gong n'est pas seulement une pratique pour garder un corps sain, il enseigne aussi aux gens comment être vraiment de bonnes personnes. Mme Li a découvert que la chose la plus juste qu'une personne peut faire est de suivre les principes Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Elle sentait qu'elle devait parler de splendeur de Dafa à tout le monde, elle est donc sortie pour expliquer les faits et distribuer des documents clarifiant la vérité quand Dafa était calomnié irrationnellement par le régime communiste.


Mme Li et sa mère ont été arrêtées par la police du poste de police de Xicheng au marché du village de Pangge et emmenées au poste de police de Shifo le 16 juillet 2012. Plus tard, elles ont été emmenées au Département de police d'Anguo. Li Baoru, le chef du poste de police de Shifo, et le personnel de la Division de la sécurité intérieure ont emmené Mme Li chez elle et ont confisqué ses livres de Dafa, des documents, un ordinateur et une imprimante. Ils l'ont ensuite emprisonnée avec sa mère au centre de détention de la ville d'Anguo.

La famille de Mme Li a paniqué après l'arrestation et a donné 8 000 yuan à Li Dongpu, le directeur adjoint du Département de la police d'Anguo pour les aider à obtenir la libération de Mme Li et de sa mère (plus tard, Li Dongpu a remboursé 5 000 yuan après que son acte de corruption ait été exposé).

Le 31 juillet, Li Dongpu a dit que la mère de Mme Li serait libérée dans la matinée et Mme Li dans l'après-midi. Cependant, plusieurs jours plus tard, elles étaient toujours détenues et leur famille n'était toujours pas autorisée à leur rendre visite au centre de détention. La famille est allée trouver Li Dongpu et lui ai demandé pourquoi ce retard. Cependant, on leur a seulement dit que Mme Li avait été emmenée au centre de détention de Baoding dans l'après-midi.

Xu Yawei, le chef de la Division de la sécurité intérieure, qui a fait fortune en persécutant le Falun Gong pendant des années, avait demandé le transfert après avoir été contrarié de ne pas recevoir de pots de vin dans le cas de Mme Li. Après que Xu ait soumis la cause de Mme Li au parquet de la ville d'Anguo et ait obtenu le transfert à son centre de détention, la famille de Mme Li a de nouveau été forcée de payer 4 000 yuan pour demander l'aide du parquet.


Mme Li vivait à la campagne et se trouvait dans une situation financière précaire. Sa belle-mère était malade et il n'y avait personne pour prendre soin de son fils de 6 ans. Après son arrestation, son mari a lutté contre la dépression. Le centre de détention lui interdisait de rendre visite à sa femme. Pour gagner sa vie, il est allé dans le canton de Li pour le travail et a été impliqué dans un accident. Le devant de son crâne a été écrasé et il est tout de suite tombé dans le coma. Il a ensuite été transporté aux soins intensifs.

Après avoir subi une première opération chirurgicale, il en a subi une autre un mois plus tard. Le coût total de son séjour de deux mois à l'hôpital totalisait plus de 100 000 yuans. Comme sa famille ne pouvait pas payer les frais d'hospitalisation et comme il n'y avait pas de compensation de l'accident pour lui, il n'avait pas d'autre choix que de rentrer chez lui peu de temps après la deuxième opération.

Comme le traitement n'était pas terminé, il a eu des séquelles (un trouble psychologique résultant d'un traumatisme) après l'opération et il se sentait souvent comme s'il avait perdu la raison. Parfois, quand il pensait à sa femme, il tentait de quitter le domicile. Sa famille devait fermer à clé l'entrée principale pour l'empêcher de sortir. Alors il escaladait un mur pour sortir. Ses parents étaient très affligés par la situation de la famille et la famille entière ne savait plus quoi faire.

À ce moment-là, Mme Li était emprisonnée depuis plus de sept mois et elle n'était pas au courant de la situation familiale. Les membres de sa famille ont tenté de lui rendre visite plusieurs fois mais ils ont tous été refoulés. Ils leur étaient seulement permis de déposer quelques vêtements.


Le 7 décembre 2012, le directeur de la Cour municipale d'Anguo, Yuan Jingzhou et Zhang Li ont tenu un procès illégal de Mme Li sans en avertir sa famille. Sa famille a quand même entendu parler du procès par d'autres voies et est allée à la Cour. Arrivée après le procès, ils ont découvert que celui-ci avait été mené à la hâte et avait seulement couvert les formalités judiciaires. Les juges avaient passé la plupart du temps à diffamer le Falun Gong tandis que Mme Li déclarait calmement comment elle avait bénéficié de la pratique du Falun Gong. Les juges ont ensuite ajourné le procès, disant qu'ils allaient proclamer un verdict lors du deuxième procès. Cependant, il y avait déjà des rumeurs que Mme Li devait être condamnée à plusieurs années de prison.

La famille de Mme Li était dans un état de panique en entendant cette rumeur et la famille a embauché un avocat pour la défense de Mme Li. L'avocat a plaidé que les actions de Mme Li ne constituaient pas un crime et qu'elle devrait être libérée selon la loi. Cette déclaration a été soumise à la défense devant la Cour municipale de Anguo mais Yuan Jingzhou a refusé de répondre. La famille de Mme Li est allée au tribunal pour demander sa libération et le personnel du tribunal n'a pas réussi à offrir une excuse légitime pour sa détention. Ils ont même répondu : "Vous venez si souvent. Est-ce parce que vous pensez pouvoir facilement prendre avantage de nous ? "


Dans l'espoir que l'état de santé fragile de son mari serait une raison suffisante pour sa libération, la famille de Mme Li a amené son mari à l'hôpital numéro 1 du peuple de Baoding pour un examen médical. Le rapport disait : "de graves blessures crâniennes et cérébrales incluant : 1. Blessure à deux lobes du cerveau ; 2. Hémorragie intracrânienne traumatique, 3. Fracture du crâne. Nécessite une hospitalisation et une opération chirurgicale."


Les membres de la famille ont présenté le rapport médical aux juges et ont demandé la libération de Mme Li pour qu'elle puisse prendre soin de son mari et de son enfant. Les juges ont toutefois refusé. Yuan Jingzhou a même affirmé : "Nous ne pouvons pas la libérer. Son cas n'est plus entre nos mains. Il a été soumis à la Cour Intermédiaire. " Zhang Li a alors dit à la famille d'obtenir les documents appropriés de l'administration du village. Cependant, après que la famille ait obtenu les documents, Mme Li n'a toujours pas été libérée. Ensuite la famille a signalé en vain la situation à l'administration municipale.

L'expérience de Mme Li et de sa famille au milieu de la persécution effrénée n'est pas unique. La persécution du Falun Gong a touché tous les aspects de la nation chinoise et a endommagé toute la société. Mais son règne est en train de s'effondrer. Son élimination est la volonté du ciel et son destin irrémédiable, en raison de sa persécution de bonnes personnes innocentes, arrive à grand pas.


Les pratiquants de Falun Gong révèlent aux gens la vérité et comment rester en sécurité en cas de catastrophe. Si quelqu'un choisit d'exister avec la perversité en persécutant de bonnes personnes, il fera face à la rétribution karmique tout en étant enseveli avec le PCC.

Information sur les personnes concernées :

Cour d'Anguo :
Chen Fuxing, président du Tribunal +86-312-3593398, +86-13582226968
Yuan Jingzhou: +86-13931363828
Zhang Li: +86-13833214899
Wei Zhenjie, la chambre criminelle de la Cour: +86-13833214899

Département de police d'Anguo :
Gan Jianhu, directeur adjoint +86-13933212998
Xu Yawei, capitaine d'équipe +86-13931360166
Wang Guoshen +86-13932251868
An Shujie+86-13103220068
Jiao Zhiyong +86-13503328386
Li Baoru, directeur du poste de police de Shifo : +86-13931398025
Liu Zengjun +86-13831256896
Wang Zheng +86-13582088001
Song Jinchao, procureur +86-312-3551588, +86-312-5990355 (domicile), 86-13303223636
Centre de détention de Baoding
Adresse: 238 Qiyi East Road, ville de Baoding, code postal: 071000
Téléphone: +86-312-5027634, +86-312-5015804, +86-312-5028774
Zhen Guoqing, Ruan Xiwei, Yu Dehui, Zhang Fuyu, Jiming Cui, Lu Hong, Cao Guoqiang Cai Ling Ji Yixia, Zhao Dan, Ding Jianping, Li Jianxin


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2013/4/2/138737.html

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2013/3/9/270771.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.