Mme Jiang Zhaofang de la province du Henan, décède après des années de persécution

Nom : Jiang Zhaofang (蒋照芳)
Genre : Féminin
Âge : 47 ans
Adresse : Puyang, province de Henan
Profession : Employée du gisement de pétrole de Zhongyuan
Date du décès : 2 mars 2013
Date de la dernière arrestation : 17 mai 2009
Dernier lieu de détention : Prison de Xinxiang (新乡监狱)
Ville : Puyang
Province : Henan

Persécution infligée : Chocs électriques, privation de sommeil, travaux forcés, lavage de cerveau, condamnation illégale, injections/administrations forcées de drogues, tabassages, emprisonnement, confinement en isolation, torture, gavée de force, renvoyée de son lieu de travail, hôpital psychiatrique, mise à sac du domicile, interrogatoire, détention


Mme Jiang Zhaofang, a été envoyée une première fois dans un hôpital psychiatrique en 1999, pour avoir refusé d’abandonner la pratique de Falun Gong. Elle a ensuite été persécutée dans un camp de travaux forcés jusqu’à devenir handicapée. Elle a été à nouveau arrêtée le 17 mai 2009 et condamnée à trois ans de prison. Elle a été libérée pour traitement médical en mars 2012 et est décédée le 2 mars 2013. Elle était âgée de 47 ans.


Mme Jiang Zhaofang

Santé retrouvée

Avant de pratiquer le Falun Gong, Mme Jiang avait une très forte personnalité et se plaignait souvent d’avoir froid. Elle évitait la nourriture froide et les endroits froids. Mme Jiang a pris des herbes médicinales chinoises et essayé de nombreux traitements traditionnels mais sans succès. Elle a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1994 et suivi les principes d’Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Elle a recouvré la santé et n’a plus eu besoin de prendre de médicaments.

Deux ans de traitement sauvage dans un hôpital psychiatrique


En 1999, le régime chinois a lancé une persécution nationale du Falun Gong. Les employeurs et les communautés ordonnaient aux employés et résidents qui pratiquaient le Falun Gong d’écrire des déclarations de garantie pour dénoncer la pratique. Mme Jiang a refusé de mentir. Elle s’est exprimée en faveur du Falun Gong et a expliqué que les vidéos à la TV étaient des mises en scène. Pour avoir dit la vérité, Mme Jiang a été envoyée dans un hôpital psychiatrique par le Bureau 610 du gisement de pétrole de Zhongyuan. Han Qing, du Bureau 610 a menacé les collègues de Mme Jiang, leur ordonnant de fournir de faux témoignages et d’affirmer que Mme Jiang avait souffert de problèmes psychologiques dans le passé. L’employeur de Mme Jiang a convoqué une réunion de toute la compagnie et a annoncé que Mme Jiang souffrait de problémes psychologiques. Elle a été envoyée à l’hôpital psychiatrique de l’usine hydroélectrique du gisement de pétrole de Zhongyuan.


Simulation de torture: Gavage


À l’hôpital psychiatrique, Mme Jiang a refusé de prendre les drogues qu'on voulait qu’elle prenne. Le Bureau 610 du gisement de pétrole de Zhongyuan a ordonné aux médecins de la gaver par un tube gastrique nasal. Plusieurs personnes l'ont maintenu au cours de processus. Mme Jiang refusant de coopérer, elle a reçu des décharges de plusieurs matraques électriques jusqu’à ce que sa peau fasse des cloques. Elle a perdu conscience à plusieurs reprises, après avoir reçu des injections de drogues inconnues. Mme Jiang a expliqué de façon répétée la vérité aux médecins à propos du Falun Gong. Ils lui ont "diagnostiqué " de graves troubles psychologiques et injecté quotidiennement de force de fortes doses de drogues neurotoxiques


Mme Jiang a reçu pendant deux ans, des drogues antipsychotiques tout en endurant la peine d’être séparée de sa famille et renvoyée de son emploi.

Handicapée suite aux tortures dans un camp de travaux forcés

In March 2005, chief Zhu Yanqun of the Domestic Security Team arrested Ms. Jiang at home. She was detained in the Puyang Detention Center and later sentenced to one-and-a-half years of forced labor.
En mars 2005, Zhu Yanqun chef de l’équipe de la sécurité intérieure a arrêté Mme Jiang chez elle. Elle a été détenue dans le centre de détention de Puyang, et plus tard, condamnée à un an et demi de travaux forcés.


Dans le camp de travaux forcés de Zhengzhou, Mme Jiang a été témoin de la torture brutale que les gardes utilisaient sur les pratiquants de Falun Gong. Elle a écrit une lettre aux autorités du camp appelant à mettre fin à de telles activités illégales. Les gardes ont enfermé Mme Jiang dans une petite cellule froide et humide : le sol sur lequel elle dormait était couvert d’une couche de glace. Des droguées ont reçu l’ordre de battre Mme Jiang. Elles ont saisi ses cheveux et ont frappé sa tête contre le mur ; elles l’ont rouée de coups, elles hurlaient : e Nous ne perdons rien à frapper les gens du Falun Gong, nos peines peuvent même être réduites." Ces mauvais traitements l’ont laissé handicapée. Elle ne pouvait prendre soin d’elle-même et était incapable de marcher ou de s’accroupir.


Après avoir passé un an et demi dans le camp de travail, elle est rentrée chez elle en boitant et n'ayant plus que la peau sur les os. Son époux n’a pu endurer ses incarcérations répétées et a divorcé.


Moins d’un an plus tard, en octobre 2007, Mme Jiang a été arrêtée à nouveau par le département de police du gisement de pétrole de Zhongyuan. Elle a été détenue dans le centre de détention de Puyang et devait effectuer plus de dix heures de travaux épuisants par jour. Mme Jiang avait une blessure ouverte sur sa cuisse suite à son séjour dans le camp de travail. Dans le centre de détention, elle s’est infectée, et du pus nauséabond en suintait. Mme Jiang n’a pas été libérée et plus tard, a été condamnée à un an et demi de travaux forcés. Elle a été autorisée à effectuer sa peine à l’extérieur du camp.

Trois ans de prison

Dans la soirée du 17 mai 2009, Mme Jiang a été à nouveau arrêtée pour avoir collé des affiches de clarification des faits. Son domicile a été fouillé et la police a confisqué plus de 20 000 yuans, un ordinateur, une imprimante et autres biens personnels. Elle a été condamnée à trois ans de prison par le tribunal du district de Hualong, Puyang.


Mme Jiang a été envoyée dans la prison de Xinxiang. Elle a subi un lavage de cerveau, a dû s’asseoir sur un petit tabouret pendant de longues périodes de temps et endurer d'autres formes de tortures physiques et psychologiques. La torture et les conditions de vie précaires, ont fait que la blessure chronique, non soignée, sur sa jambe gauche s’est rouverte. Elle éprouvait des difficultés à marcher et ne pouvait prendre soin d’elle. Elle n’a été libérée pour raison médicale qu’en mars 2012 après qu’une tumeur de la taille d’un poing ait été découvert du coté gauche de sa poitrine.


Mme Jiang a été emmenée à l’hôpital après être rentrée chez elle. Le diagnostique était un cancer de la poitrine et des os. Elle était extrêmement faible et sa condition a empiré. Elle souffrait d’ascites, d’œdème dans les jambes et était incapable de manger. Elle éprouvait aussi des difficultés à respirer.
Mme Jiang est décédée le 2 mars 2013.


Agences directement responsables de la mort de Mme Jiang:

Bureau 610 du gisement de pétrole de Zhongyuan
Groupe de la sécurité intérieure du gisement de pétrole de Zhongyuan
Communauté N° 9 du gisement de pétrole de Zhongyuan
Hôpital psychiatrique du gisement de pétrole de Zhongyuan
Hôpital psychiatrique de Xinxiang
Camp de travaux pour femmes de Shibalinhe à Zhengzhou
Prison pour femmes de Xinxiang à Zhengzhou


Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2013/3/25/河南中原油田蒋照芳被迫害致死-271334.html

Traduit de l'anglais
http://en.minghui.org/html/articles/2013/3/29/138668.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.