Révélation de prélèvements d’organes à grande échelle dans la province de Guizhou (Photos)

En 2009, le magazine de Chine continentale ‘’Finance et économie’’ a révélé un cas de prélèvement d’organes sur une personne en vie, meurtre commis par le médecin chef adjoint, Zhang Junfeng, et deux autres médecins de la section des greffes d’organes de l’hôpital N°3 affilié à l’université médicale de l’agglomération de Guangzhou (aussi connu sous le nom de Hôpital N°3 de Zhongshan). Ils ont emmené une personne sans domicile fixe de Xingyi, province de Guizhou à l’hôpital pour des tests et des compatibilités sanguines, pris tous les organes utiles du corps, puis jeté le cadavre dans le lac.

Des prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie, par le Parti communiste chinois (PCC) ont été largement rapportés hors de Chine, et pendant de nombreuses années les Nations Unies ont demandé à ce que le PCC reconnaisse publiquement la pratique largement répandue de collecte d’organes. Pendant de nombreuses années, rapporter quoi que ce soit relatif à la collecte d’organes a été le principal domaine interdit par le PCC. À moins d’un mois de la publication de l’article susmentionné, ‘’Finance et Economie’’ a reçu l’ordre de suspendre ses publications pendant trois mois afin de se réorganiser et le département de la propagande n’a pas autorisé les médias à embrayer sur le rapport.

Une fois rendu public, l’évènement a causé l’ émoi en Chine et à l’étranger et dés que le ‘’prélèvement d’organes’’ était mentionné, l’attention revenait vers le Falun Gong. Dés le 22 décembre 2000, le site Internet Minghui a rapporté des preuves que le PCC collectait des organes sur des pratiquants de Falun Gong. D’autres médias ont davantage exposé la conduite perverse massive du PCC récoltant les organes de pratiquants de Falun Gong, pratique qui a atteint son apogée aux alentours de 2003.

En entendant parler pour la première certains auront peut-être le choc de leur vie. Comment une chose si inhumaine peut-elle se produire dans notre civilisation moderne ? D’autres penseront peut-être que c’est inconcevable, même incroyable ; cependant la persécution de Falun Gong par le PCC a vraiment atteint une inhumanité extrême. Même si le PCC a dissimulé la vérité pendant de nombreuses années dans le but d’éviter l’indignation publique, ces actes pervers ont été conduits sur de nombreuses personnes, y compris des non pratiquants.


1. Utilisation d’un véhicule exécution
Selon le ‘’ Guizhou Metropolis ’’, le 20 février 2004, le tribunal intermédiaire du peuple de l’agglomération de Zunyi a commencé à utiliser le premier véhicule d’exécution à grande échelle du pays, qui coûte plus de 600,000 yuans. Les gens étaient exécutés dans ce véhicule avec une injection médicale. Depuis lors, ce ‘’véhicule de la mort’’ s’est répandu dans chaque région de Chine.

Véhicule d’exécution
Véhicule d’exécution

Extérieurement, le véhicule ressemble à un bus ordinaire, mais le compartiment intérieur ressemble à la salle d’opération d’un hôpital. 60 ans plus tôt, les Nazis ont ouvert la voie en utilisant une méthode d’exécution similaire. Dans le but de gagner du temps en transportant les criminels et les juifs, les scientifiques Nazis ont développé un camion clos qui pouvait diffuser du monoxyde de carbone dans le véhicule via un tuyau extérieur, et assassiner 50 personnes en une seule fois.

Aux yeux des fonctionnaires du PCC, l’avantage le plus important du véhicule d’exécution est la possibilité de prélever les organes sur des criminels pour le profit : leurs yeux, reins, foies, pancréas, poumons et autres parties corporelles utiles, sont collectées. Ces organes sont alors emmenés très vite dans les hôpitaux de Pékin, Shanghai et Guangzhou, vendus aux personnes riches attendant des greffes, ou à des ‘’touristes de greffes d’organes’’ venant de l’étranger.

En raison des coutumes traditionnelles chinoises, très peu de personnes donnent des organes. La plupart des gens veulent avoir un corps entier après la mort d’une personne aimée. Presque aucun chinois ne souhaite, dans son testament, donner ses organes, ni discuter de ce sujet avec les membres de leur famille. Cependant, au cours des récentes années, le nombre de greffes d’organes en Chine a monté en flèche. Prenons les apparitions de greffes de foie, par exemple. Selon les statistiques officielles du PCC, seules 78 greffes se sont déroulées dans le pays aux cours des huit années précédant 1998, mais dés 2003, il y a eu une augmentation drastique allant jusqu’à plus de 3000 greffes. Au cours de la seule année 2005, la Chine a effectué prés de 4000 greffes de foie et 10.000 greffes de reins, cependant seuls 300 de ces reins provenaient de donneurs volontaires. La Chine a de nombreux grands hôpitaux qui garantissent les périodes d’attente les plus courtes au monde, pour les organes. Au cours des six à sept années après 2000, certains hôpitaux ont publiquement déclaré que le temps d’attente pour des organes était de une à quatre semaine, ou même de quelques jours seulement. De nombreux grands hôpitaux effectuaient de multiples greffes en même temps, toute la journée.

Ces quantité et vitesse stupéfiantes dissimulent en réalité une question: En Chine, d’où proviennent ces grands nombres d’organes humains ? Afin de garantir une si grande quantité et la disponibilité constante d’organes humains, il doit exister une banque de personnes donneuses d’organes vivants. Ces personnes doivent être strictement contrôlées, puisqu’elles doivent subir des tests sanguins et autres examens médicaux à n’importe quel moment, et alors, pour maintenir la fraîcheur et le fonctionnement des organes, ils doivent être prélevés en fonction de l’arrivée des patients. Alors quelles sont les personnes qui constituent une telle banque de donneurs d’organes en vie ?

En juillet 2006, des chercheurs canadiens ont publié un rapport d’enquête de 49 pages sur le ‘’Prélèvement meurtrier d’organes de pratiquants de Falun Gong en Chine’’. Les auteurs de cette enquête indépendante, David Kilgour, secrétaire d’état canadien pour l’Asie et le Pacifique et David Matas, avocat renommé des droits de l’homme, ont indiqué qu’au cours des cinq années passées, il a été déterminé qu’au moins 41.500 greffes venaient d’une source d’organes non définie. Il est très probable qu’elles provenaient de pratiquants de Falun Gong. Le rapport fournissait 33 types de témoignages indéniables.


2. Banque d’organes
Fin août, le PCC a admis pour la première fois que les organes avaient été pris sur des détenus exécutés, et reconnu que plus de 650 greffes d’organes en Chine proviennent de prisonniers exécutés. Le PCC avait auparavant nié vigoureusement prendre des organes sur des prisonniers exécutés, déclarant un tel acte, impitoyable, cruel et barbare. Cette attaque flagrante des droits humains élémentaires n’appartient pas au monde. Maintenant que le PCC a bel et bien reconnu ce point en public, son but principal est de dissimuler la collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie. Les prélèvements d’organes sur personnes en vie est devenu partie intégrante du système de santé établi par le PCC.

Ce dernier déclare qu’il y a prés de 1800 exécutions chaque année; cependant, au cours de la persécution de Falun Gong, de 1999 à 2005, les greffes d’organes ont augmenté jusqu’à 60.000 cas. Des dizaines de fois plus que le nombre de prisonniers exécutés, alors d’où proviennent ces organes ? Après que les prélèvements d’organes par le PCC ont été rendus publics en 2006, le nombre de greffes de foie a soudain chuté. Le nombre de greffes de foie en 2007 était de seulement la moitié de ce qu’il était en 2005.

Le 8 mars 2006, un ancien journaliste du PCC au Japon a révélé au journal Epoch Times aux Etats-Unis, ‘’il existe un endroit spécial’’ dans la région de Sujiatun, agglomération de Shenyang, province du Liaoning, en Chine, où un nombre important de pratiquants de Falun Gong ont été détenus. Ils ont été finalement assassinés et leurs organes prélevés pour des greffes. La collecte criminelle d’organes sur des pratiquants de Falun Gong dans les camps de travaux forcés et les camps de concentration en Chine a débuté fin 2000. C’était une circonstance commune et qui persiste encore dans les camps de travaux forcés, les prisons, les camps de concentration secrets et les hôpitaux concernés en Chine. Sur certains sites Internet Chinois, vous pouviez même trouver une garantie de trouver des donneurs compatibles pour des foies et des reins en une courte période de temps. Nous savons tous que même aux Etats-Unis, pays ayant une tradition de donations d’organes très développée, le temps d’attente moyen pour un organe est de deux à sept ans du fait de la difficulté à trouver un organe totalement compatible. Cependant, dans les hôpitaux en Chine, des foies et des reins compatibles peuvent être trouvés en moins de 24 heures. Ce témoin a ajouté que de nombreuses personnes basent les données des greffes d’organes sur les informations officielles du PCC, mais en fait l’activité clandestine privée de transplantation d’organes est de nombreuses fois plus importante que ne le pense le public. Le système de gestion des transplantations d’organes est l’armée ; ainsi, il est nécessaire de prêter une attention spécifique à de nombreuses installations militaires, où ont été découvert de véritables camps de concentrations.

Le professeur de philosophie, Christopher Martin du centre d’études thomistiques, Université de St. Thomas a déclaré à un journaliste: Ce n’est pas seulement un crime commis par un pouvoir politique contre sa population, mais aussi un crime extrême contre l’humanité. En Chine, tant de personnes sont assassinées pour leurs organes soi-disant pour sauver des gens. Il s’agit d’un crime énorme ; de plus, étant le résultat d’une politique gouvernementale ; c’est en fait un crime gouvernemental.

Lorsque la persécution du Falun Gong a commencé en 1999, la politique coordonnée de Jiang Zemin et du PCC en ce qui concerne la persécution des pratiquants de Falun Gong était de : ‘’Diffamer leurs réputations, les ruiner financièrement, et les détruire physiquement.’’ Falun Gong a été discrédité et diabolisé par les média du PCC et les pratiquants ont souffert d’arrestations arbitraires, de détention et de mauvais traitements. Jiang a émis un ordre secret contre les pratiquants de Falun Gong : ‘’Ce n’est pas un crime de les battre à mort, accusez-les simplement de s’être suicidés, ne rapportez pas les morts et incinerez-les. ’’La persécution a été alors élevée jusqu’au niveau de l’hystérie. Dans les prisons, les camps de travaux forcés, les centres de détention, les hôpitaux psychiatriques, et les centres de lavage de cerveau du PCC, les pratiquants de Falun Gong qui ont refusé d’abandonner leur croyance en ‘’Authenticité-Compassion-Tolérance’’ ont enduré des tortures mentales et physiques cruelles, des viols, et le préjudice de drogues endommageant le système nerveux central. Bien que le PCC n’ait pas publiquement condamné de pratiquants de Falun Gong à mort jusqu’à présent, les statistiques incomplètes publiées sur le site Internet Minghui indiquent qu’il a été vérifié que 3336 pratiquants de Falun Gong sont morts suite à la torture. Prélever les organes est la méthode d’exécution directe de la politique de Jiang de ‘’les détruire physiquement.’’

La collecte d’organes a commencé à partir des ordres secrets de Jiang et du comité central du PCC. Des ordres ont été envoyés dans chaque région militaire, et l’armée est deveneu la principale organisation responsable du système de gestion des prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant du PCC. L’armée, les départements médicaux, les Bureaux 610, la police, les centres de détentions et le système pénitentiaire ont coordonné et mené des tests sanguins sur les pratiquants de Falun Gong dans le monde. Ils ont été enregistré dans un système informatique, en tant que banque d’organes vivants unifiée. Ils ont œuvré ensemble pour emprisonner les pratiquants, désigner ceux dont les organes étaient nécessaires, les transporter, prélever les organes, puis incinérer les cadavres pour dissimuler les preuves. Du fait que les prélèvements criminels d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en vie ont été exposés, l’attention de la communauté internationale a été attirée et le PCC a mené ses prélèvements sauvages d’organes de façon clandestine et détruit les preuves sur une large échelle. Cependant, les prélèvements d’organes continuent.

Début mai 2006, un journaliste d’enquête de la radio internationale Sound Of Hope a interrogé des médecins de l’hôpital 404 de la marine de Weihai de Shandong au sujet d’une greffe. Un médecin a promis au parent d’un patient demandant une greffe de foie, que beaucoup d’organes arriveraient mi-mai, tous provenant de prisonniers adultes en bonne santé, condamnés à la peine de mort. L’hôpital 404 traite principalement les greffes de foie. L’hôpital a indiqué qu’un foie vivant était situé à Guizhou, prélevé à l’hôpital de Shanghai, puis assigné à l’hôpital 404. A la question de savoir si la source des organes impliquait quelque chose d’illégal, le médecin a garanti que tout du coté de Guizhou était parfaitement légal, ainsi, le patient n’avait aucune raison de s’inquiéter.

En se basant sur ce que les médecins de l’hôpital 404 de la marine ont révélé, on peut en déduire que Guizhou détenait une banque d’organes vivants. Comme le témoin qui a exposé les complots se déroulant en arrière-plan dans les camps de concentration l’a affirmé, ils se fraient un chemin à travers les procédures légales. Du fait de la topographie unique de Guizhou, l’installation militaire est complexe. De nombreuses montagnes abritent des bases militaires secrètes que le PCC a utilisé pour la préparation à la guerre dans le passé. Si un grand nombre de pratiquants de Falun Gong y sont emprisonnés, ce ne serait pas découvert aisément par le monde extérieur. Il est donc important d’exposer les manigances qui se déroulent derrière la scène, couche par couche, et empêcher l’assassinat imminent de plus de pratiquants de Falun Gong.


3. Deux pratiquants de Falun Gong de Guizhou ont eu leurs organes prélevés et leurs cadavres éliminés
En août 2006, les medias étrangers ont classé de nombreux reportages concernant les pratiquants de Falun Gong de Guizhou, Fu Keshu du canton Kaiyang et Xu Genli, du canton de Jinsha. Ces pratiquants ont eu leurs organes prélevés et leurs cadavres ont été jetés dans la nature sauvage. Les photos des cadavres étaient horribles à voir et ont choqué de nombreuses personnes en Chine et à l’étranger. Dans le même temps, cela a permis à la population de Guizhou de voir clairement pour la première fois la perversité et la terreur du PCC

Fu Keshu
Xu Genli

Fin avril 2006, après avoir été portés disparus pendant une demi année, les corps des pratiquants de Falun Gong Fu Keshu du canton de Kaiyang et Xu Genli du canton de Jinsha ont été découverts au Pic des Cinq Doigts, dans la montagne Jinggang. Il était évident pour ceux qui les ont vu que leurs organes avaient été prélevés. Les globes oculaires avaient été extraits et les viscères de Xu Genli avaient été ôtés du jeune homme. Le Dr Xu Jianchao, de la section hépatique de l’université de Yale, a analysé les photos et découvert de nombreux signes indiquant que leurs organes avaient été prélevés alors qu’ils étaient en vie. Cependant, la police du PCC a déclaré que tous deux s’étaient suicidés, ainsi, les demandes des familles d’ une enquête plus poussée ont été refusées

Après avoir appris cette atrocité, l’auteur de cet article, également résident de Guizhou, a appelé un hôpital militaire de la capitale Nanchang, Jiangxi, où est situé la montagne Jinggang, affirmant qu’un membre de sa famille avait besoin d’une greffe d’organe et demandant quel serait le délai d’attente. L’hôpital a été prompt à répondre : ‘’Si vous pouvez réunir 60.000 yuans, vous aurez rapidement un donneur et votre parent pourra être opéré d’ici une semaine.’’

Les enquêteurs indépendants canadiens, Kilgour et autres ont déclaré dans ‘’Rapport sur les allégations de prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine :’’ Le prélèvement criminel d’organes pratiqué par le PCC sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant est une forme grotesque de mal nouvelle sur cette planète.’’ Chaque petit élément d’information donne, à partir de différents aspects, une explication macabre de la réalité et l’immense échelle de cette affaire.

4. Les Nations Unies demandent une enquête
À présent, sous l’énorme pression de la communauté internationale, les politiques de18 pays ont demandé aux Nations Unies de prendre des mesures. Le comité contre la torture des Nations Unies a émis un rapport, demandant une enquête sur le prélèvement d’organes de pratiquants de Falun Gong, et que les responsables soient traduits en justice.

Récemment, un tribunal espagnol a pris une décision historique et inculpé l’ex-dirigeant, Jiang Zemin et quatre autres hauts fonctionnaires du PCC sur les accusations de génocide et de torture pour leur rôle dans la persécution de Falun Gong. La notification du tribunal indiquait que si les accusés sont déclarés coupables, ils feront face à au moins 20 ans d’emprisonnement. Les accusés ont de quatre à six semaines pour contester les accusations. Sans réponse, le tribunal émettra un mandat international pour leur arrestation.

Carlos Iglesias, un avocat représentant les plaignants a déclaré : ‘’Cette décision historique par un juge espagnol signifie que les dirigeants du Parti communiste chinois responsables de crimes brutaux sont maintenant à un pas plus prés d’être traduits en justice. Ceux qui commettent des crimes monstrueux doivent savoir que le jour de leur comparution devant les tribunaux approche. Les pratiquants de Falun Gong pacifiques et innocents sont cruellement persécutés pour leur seule croyance ; ce n’est ni autorisé par la loi, ni la volonté des gens. On n'échappe pas à la justice. Personne n’échappera à ce juste procès. Le peuple de Chine, les chinois ayant 5000 ans d’histoire et de culture précieuses, ne peuvent permettre au PCC de piétiner leurs valeurs. J’espère sincèrement que la lumière de la justice brillera sur la grande terre de Chine, dés que possible.’’

La collecte d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant est le plus grave des nombreux crimes commis par le PCC à l’encontre des pratiquants de Falun Gong.

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/12/2/213386.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.