Le système scolaire de la ville de Fuzhou empoisonne l’esprit des élèves

En vue d’obtenir des avantages politiques, certains systèmes scolaires au sein du régime communiste en Chine ont empoisonné l’esprit des élèves en leur inculquant des mensonges concernant le Falun Gong et en les poussant à dénoncer les pratiquants du Falun Gong aux autorités.

Un exemple est la soi-disant campagne "anti-culte" lancée au début du mois de juillet par les autorités dans la 2nde Ecole Secondaire de Fuzhou pour diffamer le Falun Gong et son fondateur. La campagne a également utilisé la mise en scène de l’évènement de "l’auto-immolation de la Place Tiananmen" pour tromper les élèves.

Les fonctionnaires de l’Ecole Secondaire ont dit aux étudiants de ne pas répondre aux appels téléphoniques des pratiquants du Falun Gong, de ne pas lire les dépliants ou visionner les CD des pratiquants du Falun Gong et de dénoncer les pratiquants du Falun Gong aux autorités, mettant en application la soi-disant politique, à l’usage du Falun Gong, qui est "ne pas 'écouter', 'ne pas croire', ou 'ne pas propager'". Selon des sources, il est dit que le Comité de la ville de Fuzhou a donné des ordres à tous les élèves des écoles élémentaires et secondaires, et ces ordres ont incité certains élèves du secondaire à dénoncer aux autorités les pratiquants du Falun Gong.


Ci-dessous deux exemples illustrant ce fait :

L’année dernière, alors qu’un pratiquant du Falun Gong était en train de distribuer des documents de clarification de la vérité devant l’Ecole Elémentaire Qiantang de la ville de Fuzhou, certains élèves de cinquième année ont pris ses dépliants et tranquillement sont allés faire un rapport à leurs enseignants. Un des élèves a même pris une photo de ce pratiquant avec son téléphone portable. Avant cela, l’école avait également rapporté un cas similaire. Le Parti communiste chinois (PCCP) est dépourvu de conscience humaine et pousse d’innocents enfants à commettre malgré eux des actes criminels contre les pratiquants du Falun Gong.

L’année dernière, un collégien ayant eu son diplôme a été admis dans une université du fait de son remarquable dossier scolaire. Pendant les vacances scolaires, il a fait la connaissance d’un pratiquant du Falun Gong lors d’un chat sur Internet et a ainsi appris la vérité concernant le Falun Gong. Il a ensuite passé l’information à ses camarades de classe. A cause de cela, il s’est vu refuser son admission à l’université.

L’école est un lieu dédié à l’éducation, mais le PCC l’a transformée en complice pour assassiner d’innocentes personnes dans sa violente persécution contre le Falun Gong. En agissant ainsi, le PCC détruit la bonne nature des enfants. Y a t-il plus sinistre que cela ? Étant un pratiquant, quel crime commet on à dire la vérité?

Tout le monde est en train de choisir son futur dans cette bataille entre le bien et le mal. Heureusement, toutes les personnes prédestinées peuvent user de leur compassion et de leur conscience pour discerner le bien du mal mal et comprendre la vérité concernant la persécution, et ne pas devenir malgré soi complices des horribles crimes du PCC.

Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2009/8/30/207399.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.