Méthodes de torture utilisées dans le camp de travaux forcés pour femmes de Jurong, province de Jiangsu

(Correspondant de la province de Jiangsu) Dans le camp de travaux forcés pour femmes de Jurong, province de Jiangsu, les gardes ont impitoyablement torturé les pratiquantes de Falun Gong illégalement arrêtées. Ils usent de méthodes de tortures extrêmement brutales, sans respect élémentaire pour la loi ou les droits humains. Ils ont essayé différentes sortes de tortures atroces dans le but de forcer les pratiquantes à renoncer à Falun Gong.

Matraques électriques
Il est commun pour les gardes des camps de travaux forcés d’utiliser des matraques électriques pour choquer électriquement les pratiquants de Falun Gong. Ils choquent n’importe qui, même les personnes âgées. Par exemple, Mme Du Mingliang, qui était plutôt âgée, a été torturée de cette façon de nombreuses fois pendant une longue période de temps.

Gavage forcé
Lorsque les pratiquantes de Falun Gong protestent contre la persécution par une grève de la faim, les gardes les soumettent à des gavages brutaux. Ils leur insèrent un tube en caoutchouc dans le nez qu’ils font entrer et sortir à répétition, provoquant chez certaines des saignements abondants. La nourriture dont elles sont gavées est similaire à celle des porcs. Pire, ils y ajoutent des substances pharmaceutiques inconnus. Après un moment, ils détiennent ensemble ces pratiquantes en grève de la faim, les séparent en groupes et les surveillent étroitement.

Forcées de s’asseoir pendant une longue période
Les pratiquantes sont forcées de s’asseoir sur un petit tabouret de forme carrée, depuis leur réveil jusqu’à ce qu’elles soient autorisées à aller se coucher, habituellement 22 heures. La peau de leurs fesses éclate et saigne suite à l’assise prolongée.

Forcées de rester debout pendant une longue période
. En hiver, les pratiquantes sont forcées de rester debout dehors dans le froid et le vent. En été elles sont exposées au soleil. Elles doivent rester debout pendant plus de 48 heures sans sommeil ni pauses toilettes. Si les pratiquantes protestent contre ce traitement, elles sont privées de sommei, ne sont pas autorisées à se laver, se laver les dents ou aller aux toilettes. Les gardiens les soumettent à des décharges électriques à volonté.

Torture et agression sexuelle
La gardienne Jiang Dongmei se vantait souvent devant les pratiquantes que sa matraque électrique était chargée. Elle a forcé une pratiquante à rester seule dans une cellule et ordonné à la prisonnière Xie Lifang et d’autres, dans le camp pour usage de drogues et prostitution, de la battre brutalement. Elle a été battue au sol. Une des autres prisonnières a piqué ses parties intimes avec un bâton jusqu’à ce qu’elle saigne abondamment. Ses parties intimes et ses cuisses étaient couvertes de bleus et elle ne pouvait pas bouger du tout. Après la torture, elle a été incarcérée seule dans une ‘’petite cellule’’, une autre forme de torture.
Il y avait une pratiquante de Xinghua. Cinq gardes ont choqué ses parties sensibles avec des matraques électriques et de l’eau en même temps. Ses cheveux en sont tombés et son visage était couvert de bleus. Mme Chen Yujie de Nanjing a été gravement torturée et était fortement émaciée. Certaines pratiquantes soumises aux décharges de matraques électriques sont devenues infirmes.

Les gardes ont recouru à toutes sortes de méthodes de tortures répréhensibles et impitoyables pour torturer les pratiquants de Falun Gong, dans le but de les forcer à renoncer à leur croyance en Authenticité-Compassion-Tolérance. Agir ainsi leur permet de revendiquer des mérites, réclamer des gains matériels et des bénéfices au PCC. Cependant, ils ont toute humanité et sens moral élémentaire.

Veuillez aider les pratiquants de Falun Gong en dénonçant le PCC et sa persécution inhumaine et en empêchant tous ces crimes de se produire.


26 août 2009
Version chinoise disponible à : http://minghui.ca/mh/articles/2009/8/27/207239.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.