La femme d’un fermier persuade onze ouvriers de quitter le PCC

La pratiquante Daqu est la femme d’un fermier. Elle m’a racontée sa toute récente experience de clarifier la vérité à des ouvriers de la ville en les persuadant de renoncer au PCC et à ses organisations affiliées et j’ai trouvé cela très rafraîchissant.

Un jour de l’été dernier vers les midis, alors qu’il faisait très chaud, Daqu et son mari (non pratiquant) étaient rentrés chez eux après avoir travaillé dans les champs. Son mari donnait à manger aux animaux domestiques et elle préparait à manger. Soudainement, un groupe de gens est arrivé dans sa cour. Daqu a pensé que la police venait la harceler encore une fois. Il s’est avéré que c’était un groupe d'ouvriers portant des casques et ayant des pinces, des couteaux et d’autres outils.

Daqu a reçu les onze visiteurs imprévus avec un sourire et elle leur a demandé d’où ils venaient. En fait, ils n’étaient pas de la région et étaient ici pour installer des lignes électriques dans le champ. Ils n’avaient plus de fil électrique donc ils recherchaient un endroit ombragé pour faire une pause jusqu'à ce que le camion revienne avec plus de matériels. Un jeune ouvrier s'est excusé avec tact : « Madame, nous sommes vraiment désolés de vous déranger. » Daqu a dit : « Pas de problème. Vous êtes tous venus de loin par une journée aussi chaude. » Elle a vite apporté des bancs et de l’eau minérale fraîche de la source pour les rafraîchir. Ils étaient très contents.

Lorsque Daqu est retournée à la cuisine, une pensée lui est soudainement venue à l’esprit: « Il y a tellement d’endroits ombragés dans le village. Pourquoi ont-ils choisi ma cour ? Ce doit être la volonté du ciel ; Maître a dû emmener jusqu’ici ces personnes prédestinées pour être sauvées. Je dois clarifier la vérité à ces citadins et leur demander de renoncer au PCC et à ses organisations affiliées. Bien que les malfrats pervers et la police du village viennent souvent ici pour nous harceler, je dois sauver les gens ayant des relations prédestinées. Avec le Maître qui veille sur nous, tout ira bien. Mais je dois d’abord envoyer des pensées droites.»

« Vous autres avez travaillé très dur », a dit Daqu, cherchant à commencer la conversation. Un jeune homme a souri et a dit avec humour : « Oui. Il y a un dicton, ‘ Sous le soleil ardent, comme de la soupe chaude, les travailleurs suent, s’épuisant pour gagner leur vie, pendant que le Parti et les officiers du gouvernement sont assis dans des pièces climatisées. » Daqu a ri : « Pouvez-vous la chanter encore une fois ? » Et le jeune homme s'est exécuté. Daqu a dit : « Bien dit. De nos jours, le Parti et les officiers du gouvernement dilapident des centaines de milliard de yuan par an des fonds publics pour faire la fête, pour se saouler, jouer , fumer et aller voir des prostituées. Les officiers corrompus s’enfuient à l’étranger, prenant des centaines de milliards de yuan avec eux. Tout cet argent vient du travail dur des gens ordinaires comme nous. Si tout cet argent nous etait donné à nous les travailleurs, nous pourrions probablement gagner plus. » Ils firent un signe de la tête et commencèrent à discuter jusqu’à quel point les officiers étaient corrompus et que les travailleurs travaillaient très dur pour des salaires aussi bas. De plus, tout ne cesse d’augmenter alors que les salaires demeurent les mêmes. C’est vraiment difficile de joindre les deux bouts! Daqu a dit: « Ceux qui sont licenciés ont encore plus de difficultés. Certains comptent sur une petite indemnité de quelques centaines de yuan pour vivre. En ce moment, 45 kilogrammes de riz coûtent presque 200 yuans. Une telle compensation peut seulement couvrir le coût du riz mais il y a encore l’électricité, l’eau, le loyer etc. à payer. »

Un autre jeune homme a demandé : « Madame, comment vous, les gens de la campagne avez-vous entendu parler de ça ? » Daqu a dit : « Par Internet, en utilisant des logiciels pour briser le blocus Internet. On peut y trouver beaucoup d’informations. Je sais également que le secrétaire du Parti de votre ville, aussi bien que le secrétaire du parti du comité politique judiciaire dirige la persécution des pratiquants du Falun Gong et la police torture ces pratiquants en utilisant beaucoup de méthodes violentes. » Daqu a alors donné les noms des policiers et dit ce qu’ils avaient fait et où. Les travailleurs étaient stupéfaits. Le jeune homme a dit : « Je connais les gens dont vous parlez, ils sont vraiment mauvais. Il y a un dicton. « Dans le passé, les bandits et les voleurs étaient dans les montagnes, maintenant ils sont dans les postes de police. » C’est très bien dit. La police ne se dérange pas pour des cas criminels mais ils se hâtent d’extorquer l’argent pour eux-mêmes. Nous sommes impressionnés que les gens de la campagne sachent autant de choses sur ce qui se passe à la ville. »

Daqu a dit : « Ces mauvaises personnes ont été dénoncées sur les sites étrangers. Si vous êtes une bonne ou une mauvaise personne, les gens le sauront et le ciel s’en chargera le moment venu. Les malfrats pervers qui persécutent ceux qui pratiquent « Vérité-Compassion et Tolérance » ont déjà reçu des rétributions les uns après les autres. » Un autre jeune homme sortir sa langue et dit : « Pas étonnant que je les voyais aller sans cesse à l’hôpital. Le ciel sait tout. Je suis content que nous travaillions dans la construction, moi-même, je suis presque devenu un policier. »

Daqu sentait que ces gens pouvaient être sauvés, donc elle changea de sujet et parla de comment la pratique du Falun Gong aide les gens à rester en bonne santé. Et aussi de comment une personne ordinaire pouvait bénéficier en récitant sincèrement : Falun Dafa est bon ; Vérité-Compassion et Tolérance est bon. » Elle expliqua que le Falun Gong est pratiqué dans 70-80 nations du monde entier et elle leur parla des Neuf commentaires sur le Parti communiste, de renoncer au PCC, d’enlever la marque de la bête, etc.

Les travailleurs étaient fascinés. Bien que certains d’entre eux avaient entendu la vérité ou lu auparavant des documents clarifiant la vérité, c’etait la première fois, en fait que quelqu’un leur en parlait face à face avec des exemples et des histoires vraies. Ils devinrent très sérieux, comme si ils étaient arrivés dans un lieu sacré pour écouter un sage expliquant une doctrine religieuse. Soudainement, un jeune homme a dit : « Pourriez-vous m’aider à renoncer au PCC en utilisant un pseudonyme ? » Daqu a dit : « Bien sûr ». Alors un jeune homme a immédiatement dit: « Je veux aussi y renoncer! » Les autres neuf personnes ne voulaient rien rater et elles se sont précipitées pour écrire leurs noms afin de renoncer au PCC.

A ce moment là, leur camion revint et klaxonna dans la cour. Quelqu’un a dit : « Le camion est ici. Retournons travailler » et les travailleurs repartirent.

Daqu les a regardés parti jusqu’à ce que le camion disparaisse dans les montagnes. Depuis elle ne les a plus revus. Ils sont repartis comme ils sont venus. Daqu savait que tout cela avait été arrangé par le Maître pour qu’elle les sauve.

Le 7 juin 2007

Date de l'article original : 7/7/2007

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2007/6/8/156481.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.