Rappelez-vous du nom de : Sujiatun, Il sera un jour aussi tristement célèbre qu’Auschwitz et Dachau.


Le centre national de médecine traditionnelle chinoise dans le traitement des thromboses à Shenyang. Selon une ancienne infirmière qui y a travaillé, le camp de la mort de Sujiatun est dans un complexe souterrain relié à cet hôpital.

Le four crématoire est situé sur le côté sud-ouest de l'hôpital. Il y a deux portes menant au complexe souterrain du camp de la mort de Sujiatun. Selon les témoins, les restes des pratiquants de Falun Gong sont incinérés dans ce four après le prélèvement de leurs organes.
Le 8 mars 2006, un ancien journaliste du régime communiste chinois a révélé aux pratiquants de Falun Gong des États-Unis une nouvelle effroyable : l’existence du camp d’extermination secret de Sujiatun, dans la ville de Shenyang, province du Liaoning en Chine.

Selon ce journaliste, plus de 6.000 pratiquants de Falun Gong sont détenus à Sujiatun. " Je crois qu'une fois qu'ils sont envoyés à Sujiatun il leur est impossible d’en sortir. " Le journaliste a également révélé qu'il y a des chambres d'incinération et un grand nombre de médecins. " Pourquoi est-ce qu’un four crématoire a été construit ? Pourquoi autant de médecins y sont logés ? Certainement pas parce que le PCC veut bien traiter ses prisonniers. C’est quelque chose que vous ne pouvez tout simplement pas imaginer… "

" Le parti communiste ne nourrira certainement pas gratuitement et indéfiniment ses prisonniers. Alors pourquoi sont-ils là ? (…) En fin de compte, les pratiquants de Falun Dafa sont tués pour leurs organes, qui sont alors envoyés dans divers établissements médicaux. Actuellement la vente d’organes est une affaire très lucrative en Chine. "

Les pratiquants de Falun Gong ne sont pas les seules victimes de tels crimes. Une semaine après la révélation du journaliste, une ancienne infirmière dont l'ex-mari a participé au prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong a également fait des révélations :

" Je travaillais au centre de traitement de thrombose de Liaoning, qui était à côté du camp de concentration. Mon ex-mari a participé aux prélèvements de cornée sur les pratiquants de Falun Gong. Ceci a brisé notre famille. "

" Début 2001, l’hôpital a affecté mon mari au prélèvement secret de cornées des pratiquants de Falun Gong. Il me l’a caché au début, mais j’avais remarqué qu’il était en détresse, avait très souvent des cauchemars et était toujours stressé. Après mes questions répétées, en 2003 il m'a enfin avoué la vérité. "

" Il savait que c’était des pratiquants de Falun Gong. Chaque docteur qui participait à cette opération le savait. On leur a dit que l'élimination du Falun Gong n'était pas un crime et qu’ils aidaient le parti communiste à faire le " nettoyage ". Ceux qui passaient sur la table d’opération étaient anesthésiés. La cornée était prélevée la plupart du temps sur les personnes âgées et les enfants."

" À l’époque, quand mon ex-mari m'a révélé cela, il ne pouvait plus supporter de faire de telles choses et décida de quitter la Chine pour fuir cette horreur. Il m’a dit : tu ne peux pas imaginer mon désespoir, parce que ces pratiquants de Falun Gong étaient encore vivants. Ce serait différent si ces organes étaient prélevés sur des personnes mortes, mais elles étaient vivantes. "

"Je sais qu'il y a beaucoup de pratiquants de Falun Gong qui sont actuellement détenus à hôpital ". À la fin, cette infirmière a déclaré : " Je voudrais exposer ceci à la communauté internationale, pour que ceux qui ne sont pas encore tués puissent être sauvés. De plus, je voudrais exposer ceci comme expiation pour ma famille. "

Les victimes ne se limitent pas seulement aux Chinois. Il est bien connu que la Chine est devenue la capitale mondiale dans la transplantation d'organes, et expédie les organes humains aux pays voisins tel que la Thaïlande. Des dizaines de milliers de régions différentes du monde ont bénéficié de greffes d'organe en Chine et en Thaïlande, croyant que les organes étaient légalement obtenus. Comment réagiront les chirurgiens qui ont été trompés lorsqu’ils sauront de quelle façon ont été prélevés ces organes et d’où ils proviennent exactement, même si les organes prélevés sur des pratiquants de Falun Gong s'avèrent n’être qu’une partie de tous les organes humains utilisés dans des opérations de greffe ? Comment pourront-ils enlever ce doute ? Voudront-ils découvrir la vérité ? Ou est-ce qu'ils supporteront cette épreuve en silence et éviteront désormais la mention "transplanté en Chine " ?

Un autre docteur a récemment déclaré qu’extraire des organes à partir de prisonniers vivants est chose courante en Chine. Combien de camps comme Sujiatun existe-t-il en Chine ?

C’est précisément parce que nous ne pouvons plus supporter de tels crimes que l'humanité a déclaré "Plus jamais ! " après le choc de l'holocauste. Cependant, alors que cette déclaration résonne encore dans les oreilles des survivants de l'holocauste, sommes-nous prêts pour un autre choc ? – où en sommes-nous ? Comment pourrons-nous expliquer à nos enfants et à nous-mêmes que nous avons observé passivement l’extermination des pratiquants de Falun Gong pendant plus de six ans et l’avons même laissée s’intensifier jusqu’à ce qu’apparaisse des usines de prélèvement d’organes comme Sujiatun ?

Ce n’est pas faute de manque d’information. Depuis juillet 1999, les pratiquants de Falun Gong en Chine ont pris d’énormes risques pour rassembler quotidiennement des informations détaillées sur les graves violations des droits de l'Homme commises par le régime communiste chinois afin de les envoyer à l’étranger. Les pratiquants de Falun Gong outre-mer ont travaillé d’arrache-pied pour diffuser ces informations aux gouvernements, aux médias, aux leaders de l'opinion, aux Nations Unies, au grand public et ont lancé un appel pour attirer leur attention.

Ce n’est pas que l’information n’ait pas été confirmée. Ces dernières années, plusieurs Rapporteurs spéciaux de la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies ont décrit dans leur rapport annuel de nombreux cas de torture et de meurtre de pratiquants de Falun Gong par le régime communiste. Le Rapporteur spécial, Asma Jahangir, a écrit dans son rapport de 2003 : " La cruauté et la brutalité des actes de tortures cités défient toute description ". Le 15 octobre 2004, sept Rapporteurs spéciaux ont envoyé une lettre à la Chine pour exprimer leurs inquiétudes à propos de la persécution du Falun Gong. Ces Rapporteurs spéciaux représentent les autorités les plus respectées dans le domaine des droits de l’homme. Les résultats de leurs recherches et leurs opinions sur la persécution du Falun Gong par le régime chinois ont été publiés et republiés des milliers de fois et soumis aux gouvernements du monde entier ainsi qu’aux médias.

Malheureusement, l’histoire se répète. Tout comme l’information sur l’holocauste fournie par les groupes juifs a été écartée ou prise à la légère, à cause de " sa nature non confirmée " et de ses "sources partiales" , l’information provenant des pratiquants de Falun Gong a reçu le même sort. L’histoire a aussi démontré que les pires atrocités ont eu lieu quand il n’y avait pas suffisamment de dénonciation médiatique, quand les signes avant-coureurs étaient ignorés parce qu’" incomplets " ou "non confirmés " ou venant de " sources partiales" - quand la tromperie des criminels prévaut, quand le silence leur permet de continuer, inaperçus et sans obstacles.

Cependant, l’histoire ne se répète jamais exactement de la même façon.

Dans le monde en ce moment, il n’y a pas de confrontations militaires ou idéologiques majeures. Même si les Alliés n’avaient pas pour objectif de sauver les victimes de l’Holocauste, au moins ils se battaient contre les Nazis et étaient déterminés à gagner la guerre. Nous n’avons pas cette excuse maintenant. Au contraire, nous sommes apparemment déterminés à gagner notre part du marché chinois.

La technologie est bien plus avancée qu’elle ne l’était durant la 2e Guerre Mondiale et il n’est pas nécessaire d’avoir été à Auschwitz ou Buchenwald pour savoir ce qui se passe dans ces camps. Si 6.000 personnes ont été emprisonnées à Sujiatun et qu’aucune d’entre elles n’en est ressortie vivante, pourquoi est-il si difficile de détecter ces activités suspectes avec les satellites de surveillance pour déduire que c’est bel et bien un camp d’extermination ?

Il existe aujourd’hui plusieurs lois internationales, qui protégent les droits humains, qui n’existaient pas avant les procès de Nuremberg. De plus, des mécanismes de surveillance et de protection ont été mis en place par les Nations Unies. Pourquoi est-il si difficile qu’une enquête internationale soit menée sur l’importante découverte de l’existence de ce camp de la mort ? Pourquoi ces lois sur la protection des droits humains ont-elles été établies ?

Toutefois, nous n’ignorons pas toujours d’emblée toute information incomplète ou non confirmée provenant de la Chine. Lorsque le Dr Jiang Yanyong a dévoilé les falsifications meurtrières du régime chinois concernant l’épidémie de SRAS, la lettre aux médias du docteur retraité ne contenait que ce qu’il avait entendu dire de ses collègues. Est-ce que le monde entier a hésité une seconde parce que l’information était " incomplète " ou " non confirmée " ? Pourquoi est-ce que la nature incomplète de l’information n’a pas empêché la communauté internationale de prendre une action décisive ? En fait, sa lettre ne s’adressait qu’aux médias chinois, cependant les médias occidentaux ont mis la main dessus et l’ont publiée. Pourquoi le monde réagit-il si différemment à la nouvelle du SRAS et à celle de Sujiatun, toutes deux étant une affaire de vie ou de mort ? N’est-ce pas parce que Sujiatun implique la vie des autres ?

Si ce n’est pas assez pour nous faire réaliser le côté égoïste de notre humanité, considérez ceci : si Sujiatun avait eu lieu dans n’importe quelle autre partie du monde que la Chine, soit dans un pays démocratique ou dans un pays comme la Corée du Nord, le Soudan ou Cuba, cela aurait soulevé un véritable tollé. Seule l’avidité humaine d’obtenir des gains économiques de la Chine a empêché le camp d’extermination de Sujiatun de devenir une cause internationale.

"Les crimes que nous cherchons à condamner et punir ont été si calculés, si cruels et si dévastateurs que la civilisation ne peut tolérer qu’ils soient ignorés parce qu’elle ne survivrait pas à leur répétition. " Le juge Jackson savait, en prononçant son discours d’ouverture, l’héritage que les procès de Nuremberg laisseraient derrière eux. S’il avait vécu suffisamment pour être témoin des crimes post-Nuremberg, peut-être aurait-il été plus introspectif et mis en examen la conscience humaine lui demandant comment elle a pu permettre à de tels crimes de continuer à se produire.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.