La cour de Shuangta de la ville de Chaoyang, province de Liaoning a fabriqué des preuves pour condamner les pratiquants du Falun Dafa M. Qiao Zhongjin et M. Zhao Hongli (Photos)

Les pratiquants du Falun Dafa M. Qiao Zhongjin et M. Zhao Hongli du comté de Jianping, province de Liaoning font présentement une grève de la faim dans le centre de détention Wujiawa de la ville de Chaoyang. Leur vie est en danger. Les fonctionnaires illégaux ont planifié de les condamner à la prison. M. Qiao de 90 kilos n'en pèse plus à présent que 40. Il est au seuil de la mort.

Après que M. Qiao Zhonglin et sa femme Fu Minling ont été forcés à devenir sans abri pour éviter d’être illégalement arrêtés chez-eux, les policiers de la sous-station de Wanshou et l’agent Jiang Jie de la sécurité de l’état Yebaishou se sont rendus à leur demeure pour harceler et terroriser leurs parents et leurs enfants.

La fille et les parents de M. Qiao Zhongjin

Abusant de la règle de la Loi et intensifiant la persécution en prenant avantage du système légal

Le 3 avril 2004, les pratiquants du Falun Dafa M. Zhao Hongli et M. Qiao Zhongjin et Mme Fu Minling ont été arrêtés par la police de la station Longchen à leur appartement loué dans la ville de Chaoyang province de Liaoning. Ils ont été détenus pendant plusieurs jours dans le centre de détention du comté de Jianping. M. Qiao Zhongjin et M. Zhao Hongli ont été amenés au centre de détention Wujiawa. M Qiao Zhongjin et M. Zhao Hongli ont ensuite été amenés au centre de détention Wujiawa. La femme de M. Qiao, Fu Minling a été condamnée au camp de travaux forcés et envoyée au camp de travail Masanjia.

Étant donné qu ils manquaient de preuves, la cour civile du district de Shuangta a rejeté la poursuite déposée par le procureur Shuangta contre M. Zhao Hongli et M. Qiao Zhongjin en 2004. Récemment, les fonctionnaires illégaux ont tenté de soumettre à nouveau le cas en utilisant des preuves fabriquées pour qu’ils soient condamnés.

La belle mère de M. Qiao Zhongjin a payé 1000 yuans pour engager un avocat pour le défendre. L’avocat, Me Sun Zhijun a dit : « Je ne peux pas défendre directement un pratiquant du Falun Gong. Je ne peux que visiter le défendant et le faire sortir que sous la garantie que c’est pour soins médicaux. » L’avocat a visité M. Qiao. Il a dit à la famille que M. Qiao est en très bon état physique mais n’a pas montré à la famille le rapport du médecin. L’avocat évite à présent la famille.

Le procureur, Tan Fujun, est chargé de ce cas. Le 6 janvier 2005, la mère de M. Qiao Zhongjin s’est rendue pour lui rendre visite et lui a demandé : « Vous voyez, ma famille éprouve des difficultés financières. Mon fils n’essaie que d’être une bonne personne. Il n’a jamais commis de crime de meurtre ou un délit, s’il vous plaît, laissez le partir. » Peu importe ses implorations, Tan a simplement répliqué : « Nous ne prenons aucune situation familiale en considération mais suivons strictement les règles. »

La fille de Qiao Zhongjin est forcée de quitter l’école – Son père a le coeur brisé et est malade et incapable de quitter son lit

Après que M. Qiao Zhongjin et sa femme, Fu Minling aient été forcés de devenir des sans abri pour éviter d’être illégalement arrêtés à leur demeure, la police de la sous-station de Wanshou et un agent, Jiang Jie de la sécurité d’état Yebaishou ont visite sans arrêt leur ancienne demeure pour y harceler ses parents et enfants. Ses parents en sont terrifiés.

Les enfants de M. Qiao Zhongjin ont également soufferts. Sa fille âgée de dix-huit ans, Qiao Ruiyue était une excellente étudiante de l’école élémentaire du comté de Jainping. Avant de passer son test pour entrer à l’école secondaire ou à vocation, les policiers de la sous-station Wanshou ont donné l’ordre à la direction de son école de la rencontrer. Ils l’ont interrogée, en lui demandant où se trouvaient ses parents et ils l’ont menacée de lui enlever son droit d’aller à l’école. Mlle Qiao Ruiyue faisant face à une pression extrême et étant financièrement dépourvue, a été forcée de quitter l’école. Le fils de neuf ans de M. Qiao, Qiao Guangsheng est en troisième année à l’école primaire de Songzhangzi. Ces deux enfants doivent maintenant vivre avec leurs grands-parents depuis l’arrestation de leurs parents.

M. Qiao Zhongjin et M. Zhao Hongli font une grève de la faim depuis leur transfert au centre de détention Wujiawa. Depuis le mois de mai 2004, M. Qiao Zhongjin a dû faire face à des symptômes de maladies et son corps est devenu enflé. Il pesait auparavant 200 livres et à présent ne pèse plus que 90 livres. Sa vie est en danger. Sa femme, Fu Mingling, est toujours en détention dans le 4e groupe, 2e équipe et 2e régiment de femmes du camp de travaux forcés de Masanjia. Les fonctionnaires du camp de travail lui ont refusé ses droits à toutes visites familiales.

Le père de M. Qiao Zhongjin, Qiao Shusong âgé de 72 ans est diabétique et marche à l’aide d’une canne. Le vieil homme s’ennuie beaucoup de son fils. Cela lui prend cinq heures pour se rendre au centre de détention de Wujiawa et il y est allé cinq fois pour visiter son fils avec l’aide de sa femme. Chaque fois, ils ont prié les gardiens de leur laisser voir leur fils mais chaque fois cela leur a été refusé. Les fonctionnaires dans le centre de détention les ont jeté dehors et les ont même menacés de les arrêter. M. Qiao Shusong était très fâché et craignait pour son fils. Il a eu un malaise cardiaque et a été amené à l’hôpital pour un traitement d’urgence. Son séjour de deux semaines à l’hôpital, lui a coûté 5000 yuans.

Qiao Shusong, le père âgé a le coeur déchiré

Après l’arrestation de ses parents, la famille de quatre, survit avec l’argent de sa belle fille. A présent, Qiao Ruiyue aide sa grand-mère à prendre soin de son grand père qui doit être alité. Leur source de revenu est épuisée et il est très difficile pour eux de joindre les deux bouts.

Téléphone de la mère de Mme Fu Minling: 86-421-7846626

Le retour d’un fils prodigue, M. Zhao Hongli, maintenant torturé pour être une bonne personne

M. Zhao Hongli souffrait auparavant d une maladie congénitale au coeur. Alors qu’il était employé, il a été trompé en faisant le commerce illégal de reliques culturelles. Il fut condamné à huit ans de prison sous d’autres accusations. Ses parents ont demandé aux policiers de les aider à secourir leur fils innocent et ils se sont fait volé sans qu’il ne leur reste un sou. M. Zhao Hongli a juré de tuer ce policier lorsqu‘il serait remis en liberté. Alors qu’il purgeait sa peine dans la prison de Lingyuan, un gardien en uniforme qui était un pratiquant du Falun Dafa lui a introduit la pratique. Il a par la suite tenté de se discipliner suivant les standards de « Authenticité, Bienveillance, Patience ». Il a essayé d’être une bonne personne et de délaisser l’idée de vengeance contre le policier qui avait ruiné ses parents. Sa maladie de coeur congénitale est disparue sans qu’il n’ait eu recours à aucun traitement. Il reçu plusieurs prix pour son bon comportement en tant que pratiquant du Falun Dafa et a une occasion il a été remercié par un prix alors qu’il avait sauvé des gens lors d’un accident sans s’être préoccupé pour sa propre vie. Tôt en 1999, il fut relâché suite à son excellente amélioration morale parce qu’il pratiquait le Falun Dafa.

Le 13 mai 2004, M. Zhao Hongli a souffert d’adhérence intestinale (1) et a dû se faire conduire à l’hôpital de toute urgence du centre de détention Wujiawa. Cela faisait longtemps qu’il faisait une grève de la faim. Après les traitements, il fut renvoyé au centre de détention Wujiawa. La femme de M. Zhao Hongli est femme au foyer. Elle élève seule leur fille de deux ans. Elle est très triste et à plusieurs reprises elle s’est vu refuser de voir son mari. M. Zhao Hongli est encore en grève de la faim et sa condition est critique.

Selon les autres rapports, le 26 septembre 2002, le pratiquant du Falun Dafa M. Li Hongwei de la ville de Chaoyang a également été arrêté et détenu au centre de détention Wujiawa. Il a été torturé à mort le 7 octobre 2002 durant sa détention de dix jours. Sa famille a pu être témoin des preuves que les policiers l’avaient battu. Ils ont photographié une large cicatrice sur son corps qui montrait les chocs ainsi que des marques d’étouffement fait par les bâtons électriques. Leur camera fut confisquée et endommagée par les policiers.

Numéros de téléphone pertinents:

Pour appeler les numéros de résidences ou des bureaux, composer avant tous les numéros: (86) Code du pays + code régional.

Pour appeler les numéros de téléphone cellulaire, composer: (86) Code du pays avant les numéros. Code regional: 421
Tan Fujun: 6682091 (bureau)
Liu Fei (homme), bureau du procureur de Shuanta: 2961575, x8418
Bureau de la présidence du procureur de Shuanta: 2817554
L avocat Sun Zhijun: 2662178 (bureau), 13504219229 (cell)
Sous-station de police de la paroisse de Wanshou: 7847421
Ren Guofan, directeur du centre de détention de Wujiawa: 3814329, 26129389 (résidence), 13504211978 (cell)

Note:

(1) Adhésion intestinale est une des complications les plus communes suite à une opération abdominale. Les patients atteints d’adhésion intestinale ont habituellement des symptômes cliniques tels que de la distension abdominale, des douleurs, de la constipation, un mouvement lent des intestines. L’obstruction intestinale est dangereuse s’il n’ y a pas traitement immédiat et approprié.

Traduit de l’anglais au Canada le 24 mars.

Version anglaise disponible à:
http://clearwisdom.net/emh/articles/2005/3/21/58648p.html
Version chinoise disponible à:
http://www.minghui.ca/mh/articles/2005/1/11/93261.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.