Wang Weihe et sa famille sont brutalement battus par la police et envoyés dans un hôpital psychiatrique pour y être torturés

Wang Weihe et trois membres de sa famille sont tous pratiquants du Falun Gong. Ils ont bénéficié de Falun Dafa phyisquement et spirituellement.. La femme de Mr. Wang, Fa Xiufang, était très malade avant de commencer à pratiquer, et souffrait de terribles douleurs dans tout le corps. Elle avait besoin d’assistance dans sa vie de tous les jours, et quelquefois elle ne pouvait même pas lever son bol de riz. Après avoir pratiqué Falun Dafa, toutes ses maladies avaient disparues, et elle pouvait même aller travailler. Après avoir dépensé beaucoup d’argent en vain pour trouver un traitement, elle avait récupéré sans aucun traitement médical, et commençait une nouvelle vie ! La famille entière a apprécie Dafa et Maître Li pour avoir apporté le bonheur à leur famille autrefois misérable, et ils avaient agi selon les principes de Vérité-Bonté-Tolérance, s’efforçant de devenir de meilleures personnes.

Après que la persécution ait commencé le 20 juillet 1999, Wang Weihe et les trois membres de sa famille sont allés faire appel à Beijing pour Falun Dafa en quatre différentes occasions.

La première fois qu’ils sont allés à Beijing, le 22 juillet 1999, ils n’ont pu dire un seul mot, et ont été arrêtés et envoyés au commissariat à Beijing. Tout leur argent a été confisqué, et ils ont été envoyés au commissariat de Madian. Ils ont été enchaînés à un lit sans manger ni boire, ni pouvoir utiliser les toilettes et dormir. Plus tard, ils ont été envoyés à un “refuge pour sans abris” – le village de Nandan a quelques salles délabrées, chacune de moins de 12 mètres carré. Dix sept personnes ont été enfermées dans ces salles, n’ayant aucun choix que d’utiliser le même espace comme toilette aussi bien que pour manger et dormir. Malgré tout, les les pratiquants devaient payer 50 yuan pour la salle [500 yuan équivaut le salaire moyen mensuel d’un travailleur urbain en Chine]. Les repas consistaient en un peu de pain et de légumes marinés. Souvent, ils étaient privés d’eau. Ils étaient souvent battus et abusés verbalement. Wang Weihe et sa famille ont été emprisonnés pendant trois mois de cette façon. Ils ont finalement été relâchés à la fin de janvier. La police avait pris des milliers de yuan à tout le monde. Le fils de Wang Weihe, Wang Mingjian, a été brutalement torturé le jour de sa remise en liberté. Il avait été enchaîné à un arbre et le policier de garde de Jiaozhou, Du Zhongxiang, l’a roué de coups de pied avec ses grosses bottes et l’a fouetté avec une ceinture .

Wang Weihe et sa famille sont encore allés à Beijing le 6 janvier de l’an 2000. Cette fois ils ont été ramenés au centre du village. Le secrétaire adjoint de la municipalité, Wang Xuehao, est allé à ce village, ainsi que le secrétaire du Village, Dong Fenggang. Ils ont amené la fille de Wang Weihe dans la salle d’à côté et l’ont battue. Après, ils ont traîné le père et la fille dans des salles séparées du commissariat. Wang Xuehao a battu M. Wang Weihe, tandis que le chef de police Zhou Wei a battu Wang Ping. Wang Xuehao a ordonné à Wang Weihe de s’asseoir sur le plancher de ciment et d’allonger ses jambes, avec les mains dans les airs, pour qu’ils puissent le frapper à coups de poing et à coups de pied plus facilement. Lorsque Wang Xuehao s’est fatigué, il s’est reposé sur la chaise et a repris les raclées jusqu’à temps que M. Wang perde conscience. Ne voulant pas prendre la responsabilité, Wang Xuehao a ordonné aux autres de traîner Wang Weihe au quartier général du centre de détention du village. La fille de Wang Weihe a souffert encore plus. Zhou Wei l’a forcée à se tenir comme un cheval, et a utilisé un tisonnier pour lui brûler toutes les jointures, jusqu'à temps que ses jointures et os enflent avec une douleur atroce. Sept jours plus tard, elle a été envoyée au commissariat municipal. Trois mois plus tard, Wang Weihe, sa femme et ses enfants, tous sans aucun passé de maladie psychiatrique dans la famille, ont été envoyés dans un hôpital psychiatrique pour être torturés et persécutés davantage, simplement à cause de leur croyance dans le Falun Dafa.

L’hôpital psychiatrique est censé être un endroit pour aider les gens avec des maladies mentales, cependant chaque jour des pratiquants du Falun Gong en pleine santé y reçoivent des drogues habituellement données aux vrais malades. Les drogues sont administrées par la force, nécessitant quelques personnes pour retenir le pratiquant au sol, et souvent lui causant la perte de dents lorsqu’ils essaient brutalement d’ouvrir sa bouche. Lorsque les pratiquants de Dafa leur clarifient toujours la vérité, disant, "Nous sommes de bonnes gens, vous faites une mauvaise chose!" un médecin au nom de Feng a hurlé, "Qu’importe! Je m’en fiche si c’est une bonne chose ou une mauvaise chose, le Parti me paie de l’argent, je pourrais même vous tuer!" Wang Weihe a reçu une piqûre de force aussitôt qu’il est arrivé à l’hôpital. Sa femme est détenue au premier étage, et sa fille au troisième étage. Un employé de l’hôpital, Yang Chenchao, a vu M. Wang étudier les enseignements du Falun Dafa, et l’a roué de coups de pied au sol, et l’a alors traîné par les jambes en allant et venant dans le corridor. Il a attaché M. Wang à un lit de métal, l’a battu et lui a donné de nouveau une injection. Il a alors continué à torturer M. Wang, lui donnant une autre injection, jusqu’à temps qu’il lui ait fait sept injections en moins de onze heures. Lorsque ce fut le temps de partir, ils ont finalement relâché M. Wang qui était dans un état végétatif, incapable de prendre soin de lui-même. Lorsqu’il ouvrait la bouche, il bavait. Même avec M. Wang dans cette condition, Yang Chenchao a continué à le battre trois fois en quelques jours. Les pratiquants de Dafa un après l’autre ont été torturés en recevant des piqûres de drogues inconnues jusqu’à temps qu’ils soient sans expression, se déplacent avec des cous raidis, avec le dos et les jambes tordus, et dormant avec les yeux et la bouche tout grande ouverte, bavant. Une telle persécution fait que ces pratiquants sont dans une condition encore pire que celle des vrais malades mentaux!

L’hôpital psychiatrique administre aussi des traitements d’électrochocs pour torturer les pratiquants de Dafa, utilisation de ce traitement en complète opposition aux règles internationales. Dans cette torture, un pratiquant est attaché à un lit, et relié à un courant électrique qui commence doucement et augmente graduellement, amenant le corps entier à e convulser. Les convulsions sont tellement fortes que les organes internes des pratiquants sont violemment attaqués, et font que la victime hurle de douleur. En réponse, les tortionnaires rient tout simplement. Au lieu de guérir les gens, sous l’influence de Zhang Yuanfu et de Liu Zhuojin, un hôpital a été transformé en enfer pour les pratiquants du Falun Dafa. C’est un endroit ou les médecins deviennent des meurtriers violents et irresponsables.

Pour persécuter davantage les pratiquants du Falun Gong, ils envoient les pratiquants détenus à la prison de Zhang Jiatun à l’hôpital psychiatrique pour être torturés. Puis ils ont renvoyé Wang Weihe devenu végétatif et d’autres pratiquants à la prison de Zhang Jiatun. La famille entière de Wang Weihe y est présentement détenue. En janvier de l’an 2001, le groupe criminel de Jiang Zemin venait juste de présenter le vidéo d’”auto immolation" à la Place Tienanmen, et cela était diffusé chaque jour dans la cellule. Les disciples de Dafa ont immédiatement vu les mensonges et les ont soulignés. Le fils et la fille de Wang Weihe ont déchiré l’affiche diffamatoire. Le fils a alors été torturé par le secrétaire adjoint Liu Xuedong en employant un « gros verrou à dos » (un appareil de torture) pendant plus de quatre heures. Le visage du jeune homme a pali, et sa transpiration coulait sur le plancher autour de lui. Il a été relâché seulement lorsqu’il était prêt à perdre conscience. La fille de Wang Weihe a été mise dehors sous un arbre pour geler toute la nuit.

Jiang Zemin persécute Falun Dafa depuis plus de quatre ans. Des milliers de pratiquants de Dafa, tout comme la famille de Wang Weihe, sont devenus encore plus fermes dans leur croyance. Malgré des souffrances indescriptibles, ils ne se plaignent toujours pas, sont sans regret et sans haine. La femme de Wang Weihe a déclaré, "Même si vous me battez à mort, je n’abandonnerai pas la pratique de Falun Dafa !" La famille s’efforce de clarifier la vérité à tout le monde qui les entoure, y compris ceux qui les torturent.

5-3-2004

Date de Parution: 1/4/2004
Catégorie: Témoignages

Traduit au Canada le 2/4/2004
http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2004/4/1/46623p.html

Version Chinoise disponible à:
http://minghui.org/mh/articles/2004/3/5/69242.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.