Le point sur la situation du COVID en Chine (14 janvier 2022) : 900 millions de Chinois infectés

Plusieurs universitaires renommés ont récemment évalué la situation du COVID en Chine. L’un d’eux a estimé qu’environ 900 millions de résidents chinois avaient été infectés depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a mis fin? le 7 décembre 2022; à ses trois ans de politique zéro-COVID. Beaucoup sont morts du virus, y compris des hauts fonctionnaires, mais le régime continue de dissimuler les véritables informations sur le COVID. Certains experts de la santé mettent en garde contre une réinfection.


Résultats de recherche

Ma Jingjing, professeur adjoint à l’École nationale de développement de l’université de Pékin à Pékin, et ses collègues ont publié un rapport sur la récente vague de COVID au Réseau d’observateurs économiques le 13 janvier. Dans le rapport, ils ont effectué une analyse systématique de la transmission et des symptômes par zones géographiques. Ils ont estimé que de nombreuses régions de Chine avaient atteint un pic de COVID entre le 7 et le 20 décembre. Au 11 janvier 2023, le taux d’infection cumulé en Chine était de 64 % (900 millions de personnes), trois provinces occidentales enregistrant le taux d’infection le plus élevé : Gansu (91 %), Yunnan (84 %) et Qinghai (80 %).


Ma a déclaré que leurs estimations dérivaient de l’utilisation des tendances de recherche sur la COVID en Chine comme données d’entrée dans leur modélisation des données.


Le 12 janvier, Zeng Guang, ancien chef de l’épidémiologie au CDC chinois, a déclaré que la dernière épidémie de COVID s’était produite par vagues, frappant d’abord Pékin avant de se propager à d’autres grandes villes, notamment Guangzhou (dans la province du Guangdong), Chengdu (dans la province du Sichuan), et Chongqing. Bien que la pandémie ait atteint son apogée à Pékin, le pic des cas graves n’a pas encore atteint la ville.


Dans certaines régions, le pic vient de débuter alors qu’à la campagne il n’a pas commencé. Zeng a prédit que le pic d’infection à l’échelle nationale durerait deux ou trois mois, tandis que le pic des cas graves durerait plus longtemps.


Une enquête a été menée auprès des fonctionnaires de la ville de Weifang, dans la province du Shandong, début janvier 2023. Environ 85 % d’entre eux avaient été infectés. De même, une usine de transformation alimentaire a découvert que 29 de ses 35 employés avaient été infectés à la mi-décembre 2022. L’usine a cessé de fonctionner normalement depuis lors.


Décès d’universitaires, de fonctionnaires et de célébrités

Li Xiaojiang, oncologue en chef du Premier Hôpital affilié de l’Université de médecine traditionnelle chinoise de Tianjin, est décédé à 42 ans le 10 janvier 2023.


Feng Tianyu, directeur du Centre de recherche sur la culture traditionnelle chinoise et professeur principal de sciences humaines et sociales à l’université de Wuhan dans la province du Hubei, est décédé de la COVID le 12 janvier. Il était connu pour « étudier » la culture chinoise à travers le prisme du marxisme, en attaquant notamment Confucius, et avait reçu de nombreuses récompenses nationales.


Tan Yuquan, professeur au First Bethune Hospital de l’université de Jilin, province du Jilin, est décédé dans la ville de Changchun le 12 janvier.


Chen Peisi, un comédien chinois de renom, a déclaré que sa mère était décédée de la COVID le 13 janvier.


De nombreux policiers seraient morts du COVID récemment, âgés de 37 à 58 ans. Parmi eux, Pu Xiaorong (58 ans, directeur adjoint du Département de police forestière de la province du Gansu, décédé le 30 décembre), Lu Xiaoming (50 ans, le sergent de classe II du Département de police de Tianning dans la province du Jiangsu est décédé le 21 décembre), Ye Jingcai (41 ans, chef politique du poste de police de Xixiating dans la ville de Zhoukou, province du Henan, est décédé le 31 décembre) et Qi Weiyun (37 ans, sergent d’état-major de classe IV du Département de police de Chuxiong dans la province du Yunnan, est décédé le 12 janvier).


« Si vous dites la vérité, ils vous tueront »


Zhou Xiaozheng, professeur à la retraite de l’université Renmin et vivant actuellement aux États-Unis, a récemment été interviewé par RFA (Radio Free Asia). Il a déclaré au journaliste qu’il avait été licencié par l’université en décembre 2021 pour son franc-parler. Il a demandé à l’école comment il pouvait être licencié alors qu’il était déjà à la retraite, mais n’a reçu aucune réponse. Il a déclaré que de nombreuses personnes à Pékin étaient récemment décédées du COVID, mais que la cause de leur décès était généralement répertoriée comme « conditions préexistantes ». « Si vous dites la vérité, ils [les responsables du PCC] vous tueront », a déclaré Zhou ».


Un responsable de crématoriums de la ville de Langfang, dans la province du Hebei, a déclaré que son agence avait été contactée par de nombreux habitants de Pékin pour aider à incinérer les corps des membres de leur famille récemment décédés de la COVID. Ils ont déclaré que le nombre de décès à Pékin était si élevé que de nombreux crématoriums locaux ont été réservés jusqu’au second semestre 2023. Ils ont également demandé au responsable de ne pas partager les informations avec d’autres.


Ce responsable a déclaré que les crématoriums de Langfang avaient déjà des difficultés à incinérer les corps locaux en raison de la récente augmentation d’infections et de décès. Quelques districts sous l’administration de Langfang avaient également reçu des demandes similaires de Pékin, et certains habitants de Pékin ont proposé de payer 5000 à 8000 yuans, soit un montant plus élevé que les frais de crémation en vigueur dans ces districts. De nombreux habitants ruraux dans les villages de la région de Langfang ont enterré les corps des membres de leur famille au lieu de les incinérer. En raison d’un grand nombre de décès, cependant, ils ont dû attendre jusqu’à cinq jours pour organiser des funérailles.


Réinfection

Un médecin de la ville de Shijiangzhuang, dans la province du Hebei, a déclaré à RFA le 13 janvier que de nombreux patients avaient subi une réinfection environ un mois après s’être remis de l’infection initiale. Cela s’est produit à Pékin, au Shandong, au Sichuan et dans d’autres régions.

Zhang Boli, membre de l’Académie chinoise d’ingénierie spécialisée dans la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires, a également averti récemment le grand public du risque de réinfection. Comparé à d’autres variants, omicron a tendance à déclencher davantage d’infections et de réinfections. Le risque de complications est plus élevé chez ces patients réinfectés. Les complications peuvent inclure des maladies pulmonaires, cardiovasculaires, diabétiques, gastro-intestinales et neurologiques.

Traduit de l’anglais

Version anglaise :
https://en.minghui.org/html/articles/2023/1/15/206173.html

Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2023/1/14/454872.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.