Mise à jour sur la situation pandémique en Chine

Le Parti communiste chinois (PCC) est connu pour contrôler étroitement les citoyens et la pandémie ne fait pas exception. « Le monde est en grande partie sorti de la Covid - à l'exception de la Chine, où les villes et les villages sont toujours confinés du jour au lendemain », déclarait un article de presse de la BBC du 21 octobre intitulé « Covid en Chine : Les politiques à l'origine des confinements infernaux».


Ci-dessous les dernières mises à jour reçues par Minghui.org. sur la pandémie dans le cadre de la politique chinoise zéro-Covid


Province du Heilongjiang

Mudanjiang, la plus grande ville de la province orientale du Heilongjiang, a instauré un couvre-feu de 72 heures le matin du 28 octobre. Pendant cette période, toutes les personnes et tous les véhicules entrant dans la ville seraient inspectés, ont rapporté les médias locaux.


Le couvre-feu a été déclenché par les résultats d'une campagne de test d'acide nucléique pour tous. Le 27 octobre, 709 438 échantillons ont été prélevés sur la quasi-totalité des habitants du centre-ville et l'un d'entre eux s'est révélé positif, celui d'un livreur express vivant dans le quartier de Yangming. Bien qu'une seule personne ait été testée positive, une grande partie de la ville a été placée sous couvre-feu pendant 72 heures et tout le monde a été inspecté.


Outre le quartier de Yangming, d'autres parties de la ville telles que le quartier d'Aimin, le quartier de Dong'an et les cantons voisins étaient également gardées par la police. Les gens pouvaient entrer dans ces zones, mais ils n'étaient pas autorisés à sortir.


Province du Hebei

Gaobeidian, une ville au niveau cantonal de la province du Hebei, est actuellement sous confinement. Même à la campagne, les routes principales sont gardées et aucun piéton n'est autorisé à passer. Dans certaines régions, les gens ne sont pas autorisés à sortir de chez eux. Les responsables ont seulement déclaré que la situation pandémique était grave, mais aucun détail n'a été fourni.


Sur la base des informations recueillies par le lecteur de Minghui qui a fourni ces nouvelles, le nombre de cas positifs a été sous-déclaré car les responsables locaux ont peur d'être démis de leurs fonctions. Personne n'étant autorisé à sortir de chez lui, la récolte d'automne dans le pays est également interdite.


Province du Hubei

La ville de Wuhan, dans la province du Hubei, a entamé un confinement de trois jours le 20 octobre. Toutes les zones résidentielles et tous les magasins ont été fermés. Seules les banques, les stations-service et les pharmacies ont été autorisées à ouvrir.


Selon les médias, une personne nommée Chen s'est rendue le 8 octobre d'Urumqi, dans la province du Xinjiang, à l'hôpital Tongji de Wuhan pour une transplantation rénale. Il y avait également deux chauffeurs et un soignant dans l'ambulance. Après avoir parcouru plus de 3 000 kilomètres (ou 2 000 miles) et être arrivé à la clinique externe de Tongji le 10 octobre, Chen a d'abord été testé négatif, puis positif le jour suivant. Lorsque Chen se trouvait dans la salle d'observation du service des urgences pendant cette période, au moins 80 personnes sont entrées et sorties, elles ont été réparties dans 24 chambres de patients et ont nécessité les soins de 45 services différents de l'hôpital. Au total, plus de 1 400 personnes pourraient être affectées par les résultats positifs de Chen.


Depuis lors, quelques cas positifs ont été détectés ici et là dans diverses villes de la province de Hubei, notamment Wuhan, Huanggang, Jingmen et Xiangyang.


Certains se sont demandé comment Chen avait pu parcourir 3 000 km en deux jours sans aucun problème, malgré le strict confinement et les autres restrictions de voyage en Chine. En outre, pratiquement aucune information en Chine n'a fait état de la visite de Chen pour une transplantation rénale. Il existe des preuves montrant que l'hôpital de Tongji a participé à des saisies forcés d'organes sur des pratiquants de Falun Gong. Il est difficile de savoir si la visite de Chen est aussi liée à ce problème.


Province du Sichuan

De nombreuses villes et cantons de la province du Sichuan, y compris le centre-ville de Chengdu, ont été soumis à des restrictions de voyage depuis le 1er septembre. Sans préavis, les gens se sont précipités pour acheter de la nourriture, ce qui a entraîné une flambée des prix. La restriction avait été initialement annoncée pour trois jours, mais elle a été prolongée par la suite.


De plus, les tests quotidiens d'acide nucléique sont obligatoires ; sinon, on n'a pas le droit de sortir. Même avec un test d'acide nucléique, une seule personne par foyer est autorisée à sortir deux heures par jour pour faire ses courses. Cette politique a été encore renforcée le 8 septembre. Tout le monde doit faire le test de l'acide tous les jours. Pour ceux qui sautent les tests d'acide nucléique pendant deux jours consécutifs, ils devront être envoyés dans des lieux de quarantaine et leurs maisons scellées.


Alors que des pays du monde entier ont levé les restrictions Covid, le PCC poursuit ses contrôles draconiens. Beaucoup pensent que c’est une extension du régime totalitaire du PCC au cours des dernières décennies. Le test d'acide nucléique obligatoire est devenu un outil puissant permettant au PCC de surveiller les citoyens, en particulier les dissidents et les groupes minoritaires.


Version anglaise:
Update on the Pandemic Situation in China

Version chinoise:
疫情简讯

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.