Journée mondiale de l'enfance : se souvenir des enfants persécutés pour la foi de leurs parents

Le 20 novembre, nous célébrons tous la Journée mondiale de l'enfance dans le but commun d'améliorer leur bien-être et de défendre leurs droits. Mais nos enfants sont-ils vraiment en sécurité et en bonne santé, et qu'en est-il des enfants dans les sociétés totalitaires comme la Chine communiste;


Depuis son arrivée au pouvoir, le Parti communiste chinois (PCC) - qui trouve ses racines dans l'athéisme - a persécuté la foi et saboté la culture traditionnelle. Indépendamment de l'âge ou du statut social, le régime a pris pour cible des personnes de toutes confessions : qu'il s'agisse de chrétiens de maison, de pratiquants de Falun Gong, de Ouïgours ou de bouddhistes.


Voici une sélection d'histoires vraies d'enfants persécutés en Chine parce que leurs courageux parents refusent de renoncer à leur foi face à l'oppression.

Peinture de l'artiste Li Jinyu "Maman, où es-tu ?" lors d'une exposition d'Artists Against Forced Organ Harvesting (AAFOH) présentant des œuvres d'art sur les violations des droits de l'homme en Chine, à New York, le 10 mai 2016. (Benjamin Chasteen/Epoch Times)

1. Du paradis à l'enfer

La famille de Wang Jingqi était heureuse jusqu'à ce que le PCC décide de persécuter le système spirituel du Falun Gong. Sa mère, qui pratiquait le Falun Gong, a été arrêtée à plusieurs reprises et envoyée dans des camps de travail forcé.


Le Falun Gong, ou Falun Dafa, est une pratique d'auto raffinement ancrée dans la tradition bouddhiste et fondée sur les principes universels de vérité, de compassion et de tolérance. Cette pratique, qui consiste en cinq séries d'exercices de méditation, a été présentée au public en Chine en 1992 et, à la fin des années 1990, plus de 100 millions de personnes la pratiquaient. Craignant la popularité croissante de la discipline spirituelle (le nombre de personnes la pratiquant était supérieur à celui des membres du PCC), l'ancien chef du parti communiste, Jiang Zemin, a lancé une campagne de répression à l'échelle nationale en juillet 1999 ; d'innombrables pratiquants ont été tués au cours de cette persécution.


"Notre vie est passée du paradis à l'enfer", écrit Wang dans un récit personnel envoyé à Minghui.org, une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis qui se concentre sur la persécution du Falun Gong en Chine.


"Mon père était très inquiet. Il fumait tous les jours pour échapper à la réalité. J'étais à l'université et je m'inquiétais pour mes études et la sécurité de ma mère. J'ai appris qu'elle avait été battue et torturée avec des matraques électriques dans un centre de détention. Je voulais tellement crier aux gardes d'arrêter, mais j'ai gardé le silence parce que cela aurait pu causer plus de problèmes pour elle.


Après avoir été brutalement torturée en détention, la mère de Wang a frôlé la mort à plusieurs reprises. Lorsque sa mère est détenue pour la quatrième fois, son père meurt d'une crise cardiaque lors d'un voyage d'affaires. Wang était dévastée et avait besoin de l'aide de ses proches pour organiser les funérailles de son père.


"Pendant que je portais ses cendres au salon funéraire, je n'entendais aucun bruit à part ma propre respiration et les battements de mon cœur", écrit Wang. "Mon esprit était clair. Je savais qui avait tué mon père. J'avais subi beaucoup de pression et de douleur. Il ne serait pas mort si tôt s'il n'y avait pas eu la persécution du Falun Gong.


"Je ne comprends pas pourquoi une si grande pratique est persécutée en Chine, où la constitution stipule clairement que les gens ont la liberté de croyance ... L'ordre [de Jiang Zemin] a renversé la constitution et trompé la majorité du peuple chinois. Il a enlevé, torturé, tué et prélevé les organes du groupe le plus innocent et le plus gentil de Chine. Des dizaines de milliers de familles, comme la nôtre, ont été ruinées.


Wang attend avec impatience le jour où les pratiquants de Falun Gong en Chine pourront pratiquer librement.


2. Une fille battue et enfermée dans une petite cage

En 2008, Cheng Siying, alors âgée de 10 ans, a donné à son professeur des documents exposant la persécution du Falun Gong et a été dénoncée à la police. Lorsque la police est arrivée, l'un d'eux l'a giflée devant ses camarades de classe. Elle a ensuite été enfermée dans une petite cage en fer, menottée et enchaînée.


Les parents de Cheng ont été arrêtés cette nuit-là.


Lorsque Cheng a été libérée, elle est retournée à l'école, mais son professeur lui a interdit d'assister aux cours et a jeté son sac à dos hors de la classe.


Selon Minghui.org, elle a dû quitter son domicile pour éviter d'être à nouveau détenue.


3. La police bat un enfant à la recherche de sa mère

Sheng Wei, 13 ans, a emmené sa sœur de trois ans avec lui et s'est rendu au bureau de la sécurité publique de Fusong, dans la ville de Baishan (province de Jilin), pour chercher sa mère en octobre 2006. Sa mère a été détenue pour avoir parlé à la femme d'un policier de la persécution du Falun Gong, rapporte Minghui.org.


Lorsqu'il a interrogé la police au sujet de sa mère, il a été battu et frappé à coups de pied, et ils lui ont marché sur le visage avec leurs chaussures. Son visage a gonflé et ses oreilles ont commencé à siffler. Il s'est évanoui, mais a repris conscience peu après.


Sheng Wei avec sa soeur, avec l'aimable autorisation de Minghui.org

Sheng Wei, 13 ans, après avoir été battu par la police chinoise (avec l'autorisation de Minghui.org)


Les policiers l'ont porté par les bras et les jambes jusqu'à leur voiture, puis l'ont battu et insulté en le reconduisant chez lui.


Wei a dit : "Maintenant, je n'ai pas de mère, et je ne peux pas trouver mon père. Personne ne prend soin de nous et nous n'avons pas de nourriture à la maison, mais tu me bats quand même. Je n'ai plus envie de vivre."


Malgré sa douleur, il est revenu le lendemain pour demander sa mère. Plus tard, quatre agents l'ont fait monter de force dans un bus et l'ont ramené chez lui.


4. Une école fait subir un lavage de cerveau à un enfant pour qu'il ne croie pas en Dieu

Un garçon a cessé de croire en Dieu après avoir fréquenté l'école et s'est même montré agressif à l'égard d'un dépliant sur le christianisme, selon Bitter Winter, un magazine consacré à la liberté religieuse et aux droits de l'homme en Chine.


La mère du garçon a raconté au magazine que son fils ne cessait de la menacer et de faire pression sur elle pour qu'elle cesse de croire, car son professeur lui avait dit que "le christianisme est un xie jiao" et qu'il "ne devrait pas y croire".


"Xie jiao" ou "religions hérétiques" est un terme utilisé par le PCC pour attaquer toutes les croyances en Chine en dehors des organisations religieuses officiellement sanctionnées par le parti et contrôlées par l'État.


"Avant qu'il ne commence l'école, j'ai parlé à mon fils de la création de Dieu, et il y a cru", a déclaré la mère. "Mais après avoir reçu l'enseignement à l'école, mon fils est comme une personne différente. Dans la Chine athée, on a appris à ces enfants purs et innocents à haïr Dieu."


5. Une fille devient folle en regardant ses parents se faire torturer

Yuanyuan, originaire de la ville de Mudanjiang, avait 16 ans lorsque la police l'a emmenée au poste de police où ses parents étaient détenus et l'a forcée à les regarder se faire torturer. Elle a été traumatisée.


Les voisins ont déclaré que la police obligeait souvent Yuanyuan à rester immobile sous le soleil brûlant de l'été, et menaçait de battre ses parents si elle bougeait, selon Minghui.org. Yuanyuan n'osait pas bouger et ses pieds ont enflé et sont devenus violets à cause de la torture.


Craignant d'être persécuté, Yuanyuan a abandonné l'école et a commencé à errer. Elle a même collecté de la nourriture dans les poubelles. Le temps que ses parents soient libérés, elle était devenue folle.


6. De jeunes enfants interrogés sur la foi de leur grand-mère


Wang Yanhua, originaire de Mongolie intérieure, rentrait chez elle avec son mari et son petit-fils de deux ans en septembre 2021 lorsqu'ils ont été arrêtés par des agents de sécurité. La carte d'identité de Wang était marquée pour avoir pratiqué le Falun Gong.


Les agents ont demandé à Wang si elle pratiquait toujours le Falun Gong, mais elle a refusé de répondre. Un des agents a alors demandé à son petit-fils : "Votre grand-mère pratique-t-elle toujours le Falun Gong ? Où pratique-t-elle le Falun Gong ? Où garde-t-elle ses affaires de Falun Gong ?".


Effrayé, le garçon s'est figé et n'a rien pu dire. Les agents se sont arrêtés après que Wang ait menacé d'intenter une action en justice contre eux. En juillet de cette année, la police a fait une descente chez elle et l'a interrogée. Pendant qu'elle était photographiée, un agent a également interrogé la petite-fille de Wang, âgée de trois ans.


La petite fille a été traumatisée par la suite et a dit aux gens qu'elle n'osait pas rentrer chez elle parce que la police était venue chez elle.


7. Enfants ouïghours séparés de leurs parents

En 2016, Mihriban Kader et Ablikim Memtinin ont laissé leurs quatre enfants aux soins de leurs grands-parents et se sont enfuis en Italie depuis le Xinjiang. Cependant, le grand-père des enfants a été interrogé par la police et la grand-mère a été envoyée dans un camp de rééducation.


Voyant ce qui se passait, d'autres parents n'ont pas osé accueillir les enfants.


" Ils avaient peur d'être eux aussi envoyés dans les camps ", a déclaré Mihriban à Amnesty International.


Un garçon de l'ethnie ouïgoure regarde depuis sa maison dans le quartier ouïgour de la ville d'Urumqi, dans la région chinoise du Xinjiang, le 12 juillet 2009 (Peter Parks/AFP via Getty Images).


L'aîné des enfants a été envoyé dans un pensionnat, tandis que les trois autres ont été envoyés dans un camp pour orphelins.


En novembre 2019, le gouvernement italien a accordé au couple un permis pour faire venir leurs enfants, âgés de 12 à 16 ans. Lorsque les quatre enfants ont voyagé seuls pour aller à Shanghai, la police les a ramenés à l'internat et au camp.


Maintenant, mes enfants sont entre les mains du gouvernement chinois et je ne suis pas sûre de les revoir de mon vivant", a déclaré Mme Mihriban. "Ce qui me fait le plus mal, c'est que, pour mes enfants, c'est comme si leurs parents n'existaient plus ; comme si nous étions décédés et qu'ils étaient orphelins."


8. Une orpheline tente de se suicider

Li Qingqing, originaire de Chongqing, est devenue orpheline à l'âge de 9 ans. Son père est mort de maladie en 2000, et sa mère a été persécutée à mort un an plus tard pour avoir pratiqué le Falun Gong.


En raison de la propagande nationale du PCC diabolisant la pratique spirituelle du Falun Gong, aucun enfant ne voulait jouer avec Li. Désemparée, elle a tenté de se suicider en buvant ce qu'elle croyait être un pesticide.


Heureusement, Li a survécu à la tentative, car la substance n'était pas un pesticide, rapporte Minghui.org.


9. Une élève contrainte de signer une pétition

Qu Mingjun, huit ans, a écrit à Minghui.org en 2001 qu'elle avait subi des pressions pour signer une pétition contre le Falun Gong et qu'elle se sentait très coupable.


"L'autre jour, notre professeur à l'école nous a dit que nous devrions tous signer le mouvement anti-Falun Gong", a écrit Qu. "J'ai refusé de signer. Nous avons cherché une chance de nous échapper, mais notre professeur est resté devant nous tout le temps. J'ai donc été obligés de signer mon nom. J'avais envie de pleurer quand je suis rentrée à la maison. J'écris donc cette lettre pour invalider ma signature.


Minghui.org rapporte que l'école primaire de Fendou, dans la province du Heilongjiang, a obligé tous les élèves à signer leur nom, et que ceux qui ont refusé ont été contraints de signer leur nom par deux policiers.


10. Une adolescente se suicide

Une jeune fille de 16 ans s'est suicidée lorsqu'elle a compris que son père, détenu pour avoir pratiqué le Falun Gong, ne serait pas libéré comme promis par le secrétaire du PCC de sa ville natale.


Selon Minghui.org, le secrétaire du PCC lui a dit à plusieurs reprises que son père rentrerait bientôt chez lui. En mai 2005, lorsqu'elle a découvert qu'on lui avait menti, elle a été dévastée et s'est empoisonnée.


11. Une jeune fille violée après l'arrestation de ses parents

En 2001, Zhang Yichao est restée seule après l'arrestation de ses parents pour avoir pratiqué le Falun Gong, rapporte Minghui.org. Elle n'avait que 14 ans. Alors qu'elle vivait seule, un groupe d'enfants, induits en erreur par la propagande haineuse du PCC, l'ont harcelée, brisant ses fenêtres et frappant à sa porte. Elle était terrifiée.


Zhang n'avait que 15 ans lorsque ses parents ont été envoyés dans un camp de travail forcé. Elle a été renvoyée de l'école et contrainte de vivre loin de chez elle. Pendant cette période, elle a été violée par une brute qui s'est introduite dans sa chambre.


Alors qu'elle essayait de faire des petits boulots pour survivre, elle a contracté la tuberculose et est morte à l'âge de 18 ans.


12. Un jardin d'enfants rejette un enfant

Un garçon de quatre ans s'est vu refuser l'admission à l'école maternelle en raison du refus de sa grand-mère et de sa mère d'arrêter de pratiquer le Falun Gong.


La grand-mère du garçon, Tao Lahuai, était une ancienne institutrice de maternelle avec 33 ans d'expérience. L'école et la police locale ont fait pression sur Tao à plusieurs reprises pour qu'elle signe des déclarations de renonciation au Falun Gong. La police s'est également rendue au domicile de la famille et l'a harcelée. La mère du garçon, qui pratique également le Falun Gong, a demandé au directeur pourquoi son fils s'était vu refuser l'inscription à l'école.


"Nous faisons cela pour purifier notre environnement éducatif. Nous devons nous assurer qu'il ne répand pas de rumeurs et qu'il ne croit à aucune religion", a déclaré le directeur.


Lorsque la mère a fait part de son intention d'engager une action en justice contre le jardin d'enfants, le directeur a déclaré que la procédure d'admission avait été temporairement suspendue. Cependant, l'école n'a pas contacté la famille par la suite.


Avec la collaboration d'Arshdeep Sarao. Source : The Epoch Times en anglais

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.