Face à la nomination aux Oscars d’un film inspiré de sa vie, le dessinateur Daxiong voit toutes ses BD censurées en Chine

Image du film "Eternal Spring". Le documentaire animé qui raconte l'histoire d'un petit groupe de pratiquants de Falun Dafa qui se sont branchés sur la télévision par câble de la ville de Changchun, afin de contrer la propagande du régime chinois diffamant leur pratique spirituelle. (Avec l'aimable autorisation de Lofty Sky Pictures)


Récemment un documentaire animé, produit au Canada, inspiré d’un célèbre dessinateur de BD chinois vient d’être nominé aux Oscars. Au même moment, toutes ses œuvres sont interdites en Chine.


Eternal Spring est un documentaire animé qui dépeint l’histoire basée sur des faits réels de pratiquants de Falun Gong qui ont piraté la télévision d’État en 2002. Leur initiative dangereuse avait pour but de sensibiliser la population à la persécution dont ils sont victimes.


Suite à cette opération réussie, les policiers ont fait de nombreuses descentes dans toute la ville de Changchun pour les retrouver. En chinois, le nom « Changchun » signifie étymologiquement « printemps éternel ». Daxiong, dessinateur de bandes dessinées honoré de nombreux prix et pratiquant de Falun Gong, avait personnellement assisté au piratage. Il a été contraint de fuir en Amérique du Nord en 2008.


Le dessinateur avait publié plus d’une centaine de BD avant de quitter la Chine. Dans certaines de ces œuvres, il avait dépeint des Chinois en train de quitter le Parti communiste ou avait illustré les événements de 2002. Il a été arrêté et harcelé à de multiples reprises par les autorités chinoises.


Le documentaire animé Eternal Spring, basé sur ses expériences, a été choisi pour représenter le Canada lors de la 95e cérémonie des Oscars dans la course au meilleur long métrage international.


Face à cette nomination, la Chine a riposté. Le ministère de l’éducation chinois a définitivement interdit toutes ses bandes dessinées.


Interdiction des BD

Le 25 août, le bureau de l’éducation de la ville chinoise de Wuhan a publié une liste de livres interdits dans les écoles primaires et les jardins d’enfants.


Les BD de Daxiong figuraient sur cette liste.


La raison invoquée était qu’elles étaient l’ « ouvrage » d’un pratiquant « important » de Falun Gong qui « s’est échappé aux États‑Unis ».


Le Falun Gong est ancré dans la culture chinoise et ceux qui le pratiquent suivent les principes universels de vérité, de compassion et de tolérance. Depuis 1999, cette discipline spirituelle est persécutée par le régime.


Le 29 août, les médias chinois NetEase et Radio Free Asia ont également rapporté que de nombreuses écoles avaient reçu une notification de la liste des livres interdits avant le début du nouveau semestre.
Epoch Times Photo

Daxiong en train de dessiner dans une scène d’Eternal Spring. Le documentaire raconte l’histoire d’un groupe d’expatriés chinois qui ont diffusé des informations non censurées en Chine et les conséquences qui ont suivi. (Avec l’aimable autorisation de Lofty Sky Pictures)


Outre les livres de Daxiong, la liste comprend également des ouvrages de l’historien Yi Zhongtian, tels que Quatre livres extraordinaires (Classic Chinese Novels), et ceux du célèbre auteur taïwanais Lung Ying‑tai.


L’avis indique que ces livres ne sont « plus adaptés à la lecture des étudiants », selon la « notification des autorités supérieures ».


Lung Ying‑tai a répondu sur son compte Facebook : « C’est vraiment un honneur pour moi d’être interdit par vous. »


La véritable cible

« L’interdiction ne me concerne pas, mais les éditeurs », a déclaré Daxiong à l’édition en langue chinoise d’Epoch Times.


Avant de quitter la Chine, Daxiong a publié plus de 100 bandes dessinées sur la culture traditionnelle chinoise et les philosophes anciens tels que Laozi, Zhuangzi, Confucius et Mencius. D’autre part, les grandes universités chinoises utilisaient ses ouvrages pour enseigner les techniques de dessin aux étudiants.


« Ce que le Parti communiste chinois [PCC] interdit, ce n’est pas le livre, mais moi en tant que personne », explique le dessinateur.


« Le Falun Gong est le sujet le plus sensible pour le PCC. Le PCC n’ose jamais admettre ouvertement la persécution qu’il mène contre le Falun Gong», et même ceux qui s’opposent au PCC n’osent pas parler du Falun Gong en public, poursuit‑il.


Quant au fait d’être catalogué comme un membre « important » du Falun Gong, Daxiong a déclaré : « Je ne suis personne en particulier. Je suis juste une personne qui a son libre‑arbitre et qui pratique le Falun Gong.»


Le courage de faire un choix

Le réalisateur Jason Loftus a précédemment déclaré à Epoch Times qu’Eternal Spring est « un témoignage du courage de personnes impliquées qui s’expriment face à l’injustice, quel qu’en soit le coût ».


Le documentaire réalisé au Canada, qui combine des images réelles et des animations en 3D à partir de dessins de Daxiong, a reçu de nombreux prix de par le monde entier.

Jason Loftus, réalisateur du documentaire animé « Eternal Spring » qui a reçu de nombreux prix, lors de la première du film en Californie du Sud, au Chinese Theatre à Hollywood, Los Angeles, États-Unis, le 15 juin 2022. (Alice Sun/Epoch Times)

Actuellement, M. Loftus, le réalisateur d’Eternal Spring a remporté le Prix du public Fischer (meilleur long métrage international) au festival du documentaire de Thessalonique, le Prix des valeurs humaines du Parlement hellénique, le Prix Hotdocs du meilleur documentaire canadien, les premiers prix du jury et du public pour le meilleur long‑métrage documentaire au Lighthouse International Film Festival de Long Beach Island, et le Prix suprême au Melbourne Documentary Film Festival.


M. Loftus admet qu’il peut être risqué pour un cinéaste de mettre en lumière des actes répréhensibles qui se sont produits en Chine. Le régime chinois est un acteur puissant dans le monde des affaires, et selon la Presse canadienne, M. Loftus a déclaré que certains festivals ont choisi de ne pas projeter Eternal Spring pour cette raison.


Daxiong affirme que la persécution du Falun Gong a forcé de nombreux Chinois talentueux à abandonner leur carrière et à vivre dans des conditions de fuite constante. Pour lui, venir en Amérique du Nord n’a pas été facile.


Cependant, dit-il, en tant que pratiquant ayant des aspirations spirituelles, « il est important de faire ce qui doit être fait, et de choisir ce qui est juste ».


« Ces prix ne représentent pas un film en train d’être jugé, ni moi‑même en tant que personne», poursuit Daxiong, « mais cela constitue plutôt une épreuve, ce qui n'a pas échappé aux jurys ».


Il a précisé qu’après 23 ans de persécution en Chine, « Cela démontre leur jugement sur les questions liées au Falun Gong, ce qu’ils pensent de ce qui se passe en Chine ; ce sont des épreuves pour eux ».


Mu Qing a contribué à cet article.


Source : Epoch Times

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.