Une femme du Sichuan meurt en détention dix mois après son arrestation pour sa croyance

Nom : Li Jihui

Nom chinois : 李吉慧

Sexe : Féminin

Âge : 61 ans

Ville : Pengzhou

Province :Sichuan

Profession : Inconnue

Date du décès : 20 janvier 2022

Date de la dernière arrestation : 1er mars 2022

Dernier lieu de détention : Centre de détention de la ville de Chengdu


Une habitante de la ville de Pengzhou, dans la province du Sichuan, est décédée le 20 janvier 2022, après avoir été détenue pendant dix mois pour sa pratique du Falun Gong, une discipline du corps et de l’esprit que le régime communiste chinois persécute depuis 1999. Elle était âgée de 61 ans.


Mme Li Jihui a été arrêtée le 1er mars 2021, alors qu’elle remettait des documents d’information sur le Falun Gong à un homme, sans savoir qu’il s’agissait d’un agent en civil. Elle a fait une grève de la faim au centre de détention de la ville de Chengdu pour protester contre la persécution.


Elle a développé une anémie sévère en octobre 2021. Sa famille a demandé à ce qu’elle soit libérée sous caution afin qu’elle puisse recevoir un traitement médical. Le centre de détention a rejeté la demande.


Début janvier 2022, un gardien a informé la fille âgée de 30 ans de Mme Li qu’elle était dans un état critique. Sa fille a de nouveau demandé sa libération immédiate, mais sa demande a encore été rejetée.


Mi-janvier, la fille de Mme Li a soudainement été informée qu’elle devait remplir le document de libération sous caution. Cette fois, sa fille a insisté pour que le centre de détention prenne en charge les frais médicaux de Mme Li, car sa maladie s’était déclarée pendant sa détention. Le centre de détention a nié être responsable du traitement médical de Mme Li.


Quelques jours plus tard, le 20 janvier, Mme Li est décédée à l’hôpital de prévention et de contrôle des maladies de Chengdu. Son corps a été incinéré trois jours plus tard. Le centre de détention a payé ses frais d’obsèques. Des agents du poste de police de Danjingshan ont suivi sa famille tout au long de la cérémonie de crémation.


Précédemment : une peine de camp de travail et dix ans de prison

Mme Li a été visée à plusieurs reprises en raison de sa croyance depuis le début de la persécution en 1999. Elle a purgé une peine de camp de travail et dix ans de prison.


Mme Li a été arrêtée pour la première fois le 22 décembre 2001, alors qu’elle manifestait sur la place Tiananmen pour réclamer le droit de pratiquer le Falun Gong. Elle a été ramenée à Pengzhou le lendemain et détenue au centre de détention de la ville. Peu de temps après, au début de l’année 2002, elle a été condamnée à une peine de camp de travail (durée inconnue). Son mari a reçu un coup dur et est décédé.


Mme Li a été de nouveau arrêtée le 12 juin 2007 par la police et des membres d’un gang local. Ils l’ont battue et l’ont fait saigner de la bouche et du nez. Elle a été contrainte de se tenir debout face à un mur tandis que les policiers lui versaient de l’eau sur tout le corps et la menaçaient de lui infliger une nouvelle peine de camp de travaux forcés.

Un tremblement de terre a frappé Wenchuan, à environ 130 km de Pengzhou, le 12 mai 2008. Peu de temps après, du personnel médical de la province du Hunan est venu aider à soigner les habitants blessés lors du tremblement de terre. Mme Li en a profité pour clarifier les faits concernant le Falun Gong auprès du personnel médical, avant d’être signalée par celui-ci et arrêtée le 4 juin. Elle a d’abord été détenue dans un centre de lavage de cerveau, puis transférée au centre de détention de la ville de Pengzhou, où les gardes lui ont enchaîné les mains et les pieds ensemble.


Illustration de torture : Mains et pieds enchaînés ensemble


Après l’arrestation de Mme Li, sa fille, Mme Li Ya, alors âgée de 16 ans, n’avait aucun revenu pour subvenir à ses besoins ou payer ses frais de scolarité. Les autorités ont également retenu la subvention pour l’aide aux victimes du tremblement de terre à laquelle l’adolescente avait droit, au motif que sa mère pratiquait le Falun Gong. Elle a contacté le chef du bourg, Ma Xiangyou, pour demander de l’aide, mais en vain. Elle a ensuite été emmenée au domicile de sa grand-mère maternelle.


Le 18 mars 2009, Mme Li Jihui a été condamnée par le tribunal de la ville de Pengzhou à une peine de dix ans à la prison pour femmes de la province du Sichuan. Elle a été libérée le 3 juin 2018.


Informations sur les responsables de la persécution :

Centre de détention de la ville de Chengdu : +86-28-87814800, +86-28-87920447, +86-28-86407114

Poste de police de Danjingshan : +86-28-83836067

Song Wei (宋伟), chef du Département de police de la ville de Pengzhou : +86-28-83871027


Tous les contenus initialement publiés sur le site Minghui.sont protégés par le droit d'auteur


Traduit de l’anglais

Version anglaise :
https://en.minghui.org/html/articles/2022/7/17/202297.html
Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2022/7/16/446303.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.