Toute foi juste à travers l'histoire, a toujours opéré une percée dans les ténèbres. (1ere partie)

Tout au long de l'histoire, tous les systèmes de croyances justes, à l'intérieur comme à l'extérieur de la Chine, ont été persécutés. Ces persécutions ont souvent mis à l'épreuve la foi des adeptes dans leur système de croyance. Mais quelles que soient leurs justifications, aucune persécution n'a pu détruire les systèmes de croyances justes ou empêcher les vrais croyants d'atteindre la plénitude. Les tribulations n’ont fait en revanche que mettre en évidence la forte détermination des adeptes au sein de l’obscurité, incitant davantage de personnes à se joindre à la quête de la vérité et à trouver leur demeure spirituelle.


Voici quelques exemples :


Répression du bouddhisme

Le bouddhisme a été persécuté à plusieurs reprises tout au long de l'histoire chinoise. Une première fois sous Tuoba Tao, l'empereur Taiwu de Wei du nord. En 438, il a ordonné à tous les moines de moins de 50 ans de retourner à la vie séculière. Suite à une recommandation de Cui Hao, un haut fonctionnaire, en 446, l'empereur a tué des moines, détruit des statues de Bouddha et démoli des temples.


L’un et l’autre en ont ultérieurement subi les conséquences. L'empereur a été tué par des eunuques, ainsi que ses deux fils. Deux ans avant sa mort, il avait imposé à Cui de multiples peines, notamment des bastonnades, l'emprisonnement, l'exil et l'exécution.


L'histoire s'est répétée 130 ans plus tard. Yuwen Yong, l'empereur Wu des Zhou du Nord, a émis un ordre en 574 visant à interdire le bouddhisme et le taoïsme. Les écritures et les statues ayant été détruites, il a forcé les moines et les taoïstes à retourner à la vie séculaire. L'empereur est mort l'année suivante à l'âge de 36 ans des suites d'une maladie infectieuse, avec des suppurations sur tout le corps.
Li Yan, l'empereur Wuzong des Tang, lança la troisième vague de persécution en 574. Il n'a autorisé que quatre temples à Chang'an, deux temples à Luoyang et un temple dans chacune des 34 provinces..


Aucun temple n'était autorisé ailleurs. En conséquence, plus de 4 600 grands temples ont été détruits et plus de 40 000 temples plus petits ont été démolis. De plus, des écritures ont été brûlées, des statues de Bouddha ont été fondues pour produire de l'argent et plus de 260 000 moines ont été convertis en laïcs. Cet empereur a également rencontré son destin. En raison d’une étrange maladie, sa tête a enflé comme celle d'une vache. Avec des ulcères partout, les yeux exorbités et la bouche en sang, il souffrait énormément, hurlant jour et nuit. Finalement, il est mort à l'âge de 32 ans..


Chai Rong, l'empereur Shizhong des Zhou ultérieurs, a également restreint le bouddhisme. Un seul temple pouvait être conservé dans chaque district et tous les autres ont été détruits. Seuls ceux qui pouvaient réciter les écritures bouddhiques requises et remplissaient d'autres conditions étaient autorisés à devenir moines, sinon ils étaient punis. Plus de 30 000 temples ont été démolis et les statues de Bouddha détruites. Près d'un million de moines et de nonnes ont été 'transformés' en personnes laïques. Une statue de Bodhisattva dans la ville de Zhenzhou, dans la province du Henan, était très respectée. Ceux qui ont été envoyés pour endommager la statue se sont retrouvés avec les bras cassés et sont morts. Chai s'y est rendu en personne pour démolir la statue en frappant la poitrine de la statue avec une grande hache.


Quatre ans plus tard, Chai a soudainement été atteint d'ulcères à la poitrine. Peu de temps après, les ulcères se sont détériorés et il est mort misérablement à l'âge de 39 ans.


Dans ces quatre vagues de persécution décrites ci-dessus, la plus longue a duré moins de six ans et la plus courte seulement huit mois. Chaque fois après la persécution, les successeurs ont toujours rétabli le bouddhisme, ramenant la tradition et poursuivant la civilisation.


Persécution dans l'Empire romain

Au cours des trois cents premières années qui ont suivi l'introduction du christianisme, celui-ci a également été brutalement réprimé. En 64 après J.-C., Néron, le cinquième empereur romain, a déclenché un incendie qui a duré une semaine et a détruit les deux tiers de Rome. En imputant la responsabilité aux Chrétiens, il a déclenché la première vague de persécution de l'empire.


«D'abord, donc, les membres avoués de la secte ont été arrêtés; ensuite, sur leurs révélations, un grand nombre furent condamnés, non pas tant pour incendie criminel que pour haine du genre humain », écrit l'historien Tacite dans les Annales , « et la dérision accompagna leur fin : ils furent couverts de peaux de bêtes féroces. et déchiré à mort par des chiens; ou ils étaient attachés sur des croix, et, quand la lumière du jour tombait, ils étaient brûlés pour servir de lampes la nuit.


"Néron avait offert ses Jardins pour le spectacle, et donnait une exhibition dans son Cirque, se mêlant à la foule sous l'habit d'un charretier, ou monté sur sa charrette", poursuit Tacite.


Les chrétiens furent également persécutés sous le règne de Marc Aurèle, empereur romain entre 161 et 180, et philosophe stoïcien. "Les cruautés employées dans cette persécution étaient telles que beaucoup de spectateurs frémissaient d'horreur à leur vue, et étaient étonnés de l'intrépidité des souffrants", écrit John Foxe dans Book of Martyrs. "Certains des martyrs étaient obligés de passer, avec leurs pieds déjà blessés, sur des épines, des clous, des coquillages pointus, etc. sur leurs pointes, d'autres étaient flagellés jusqu'à ce que leurs tendons et leurs veines soient à nu, et après avoir subi les tortures les plus atroces qui puissent être imaginées, ils étaient détruits par les morts les plus terribles." Germanicus, par exemple, fut livré aux bêtes sauvages pour sa foi dans le christianisme.


La persécution dioclétienne, qui a débuté en 303, a été la dernière et la plus sévère persécution des chrétiens sous l'Empire romain. Une série d'édits ont été publiés pour supprimer les droits légaux des chrétiens et leur ordonner de se conformer à d'autres pratiques religieuses.


Dans Book of MartyrsFoxe a recensé dix persécutions au cours de l'Empire romain. Cependant, au lieu d'être éliminée, la pratique a attiré de plus en plus de personnes. Le nombre de chrétiens était d'environ 7 500 en l'an 100 de notre ère, puis il est passé à environ 200 000 à la fin du deuxième siècle, avec 7 000 chrétiens dans la seule ville de Rome. Ce nombre a encore augmenté pour atteindre environ un million en 250 après J.-C. et plus de six millions en 300 après J.-C., avec plus de 1 800 églises.
En 313, Constantin le Grand et son co-empereur Licinius publièrent l'édit de Milan. Cet édit donnait au christianisme un statut légal et mettait fin aux persécutions..


La liberté de croyance
Plus de 1 000 ans se sont écoulés depuis la dernière vague de répression du bouddhisme et du christianisme mentionnée ci-dessus. Bien que brutaux à l'époque, ces épisodes de persécution n'ont été que des vaguelettes dans le long fleuve de l'histoire. Néanmoins, ils ont permis de tirer des leçons pour notre société moderne et donné des exemples de la façon dont, face aux défis, les gens sont restés déterminés dans leurs fois justes.


La Déclaration d'indépendance adoptée par le Congrès américain en 1976 écrivait : "Nous tenons pour évidentes ces vérités, à savoir que tous les hommes sont créés égaux, qu'ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, et que parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur." Cela montre comment la liberté de croyance est le fondement de notre monde moderne.


Mais les choses ont radicalement changé après l'émergence du communisme. « La religion est l'opium du peuple. C'est le soupir de la créature opprimée, le cœur d'un monde sans cœur et l'âme de nos conditions sans âme », a écrit Karl Marx. Vladimir Lénine croyait la même chose. « La religion est l'opium des masses », a-t-il djt.


Après avoir semé la terreur, le sang et la famine, le communisme a été introduit en Chine, où la machine de brutalité, de tuerie et de mensonges a été étendue et exploitée de manière plus sophistiquée.


La Constitution chinoise précise que "les citoyens de la République populaire de Chine jouissent de la liberté d'expression, de la liberté de la presse, de la liberté de réunion, d'association, de cortège et de manifestation". (Article 35) et "Les citoyens de la République populaire de Chine jouissent de la liberté de croyance religieuse." (Article 36) En réalité, cependant, les droits des personnes ne sont pas protégés. Le Parti communiste chinois a réprimé les propriétaires terriens et les capitalistes dans les années 1950, et a anéanti les traditions lors de la Révolution culturelle dans les années 1960. De même, la Constitution n'a pas protégé les étudiants et les défenseurs de la démocratie lors du massacre de la place Tiananmen en 1989, ni les pratiquants de Falun Gong lorsqu'ils ont commencé à être persécutés en 1999;

(a suivre)

Les points de vue exprimés dans cet article représentent les propres opinions ou compréhensions de l'auteur. Tout contenu initialement publié sur le site Minghui est protégé par le droit d'auteur de Minghui.org.


Version anglaise:
Throughout History, Righteous Faith Always Pierces Through Darkness (Part 1)
Version chinoise:
回望历史-正信之光为何总能穿越黑暗(1)

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.