Un hôpital taïwanais ne renouvellera pas les contrats de deux chirurgiens impliqués dans des prélèvements d'organes en Chine

Le Changhua Christian Hospital, le plus grand système de santé du centre de Taïwan, a annoncé le 10 juin qu'il ne renouvellerait pas ses contrats avec deux chirurgiens en raison de leur implication présumée dans des prélèvements d'organes en Chine continentale.


Chen Yaoli et Ke Zhiran, deux membres de l'équipe de transplantation du foie, se sont rendus en Chine continentale à de nombreuses reprises pour effectuer des procédures de transplantation d'organes sans en avertir l'hôpital, indique l'annonce. Étant donné la source controversée des organes en Chine continentale, les activités des médecins violent les réglementations sur la transparence et la traçabilité de la source des organes. En raison des inquiétudes suscitées par ces violations de l'éthique médicale, l'hôpital a décidé de ne pas renouveler leurs contrats lorsqu'ils arriveront à échéance le 30 juin.


L'hôpital a rappelé que les prélèvements d'organes se poursuivent en Chine continentale et que les victimes sont des Tibétains, des Ouïghours, des chrétiens et des adeptes du Falun Gong.


Le corps législatif taïwanais a modifié la loi sur la transplantation d'organes humains le 12 juin 2015, afin d'interdire l'utilisation d'organes provenant de prisonniers exécutés. Il a également interdit la vente, l'achat et le courtage d'organes, ainsi que le "tourisme de transplantation." Si les personnes qui achètent des organes de transplantation à l'étranger sont reconnues coupables d'avoir reçu un organe illicite, la peine maximale est de cinq ans, plus une amende pouvant atteindre 1,5 million de NT$ [environ 50 000 USD]. En outre, les médecins impliqués dans des transplantations d'organes illégales pourraient perdre leur licence d'exercice de la médecine.


Le législateur Yu Mei-nu, du Parti démocratique progressiste, a déclaré que de nombreux Taïwanais se rendaient en Chine pour des transplantations d'organes illégales. Mais le Parti communiste chinois (PCC) était activement impliqué dans le commerce d'organes et il dépendait fortement du prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants. "Nous espérons dissuader efficacement le trafic d'organes avec cet amendement", a-t-elle expliqué. "C'est pourquoi la loi a été modifiée pour exiger que les personnes qui ont reçu une greffe d'organe à l'étranger fournissent des informations aux hôpitaux nationaux où elles doivent recevoir un traitement post-transplantation sur le lieu de l'opération et l'identité des chirurgiens."


La loi sur la transplantation d'organes humains adoptée à Taïwan le 12 juin 2015.


Les avocats spécialisés dans les droits de l'homme ont salué cette législation car elle empêche les Taïwanais de recevoir des organes de sources inconnues et permet de s'assurer que la transplantation est médicalement sûre. À l'instar des législations en Espagne, elle décourage les personnes de devenir complices de meurtres et de commerce illicite d'organes en se rendant en Chine pour une transplantation d'organe.


En Israël, 220 chefs religieux, politiciens et universitaires ont écrit une lettre ouverte exhortant le PCC à mettre fin aux prélèvements forcés d'organes. Le 25 juillet 2012, la Knesset (le parlement israélien) a adopté un amendement à la loi sur l'implantation d'organes, 5768-2008. Cette loi visait à éliminer le commerce d'organes en criminalisant le commerce ainsi que la médiation du don d'organes pour l'implantation.


Le tribunal chinois a publié son jugement final en mars 2020, intitulé "Le tribunal indépendant sur le prélèvement forcé d'organes sur des prisonniers de conscience en Chine". "Il y a eu une population de donneurs accessibles aux hôpitaux de la RPC dont les organes pouvaient être prélevés en fonction de la demande, et cela a coïncidé avec la pratique à long terme en RPC du prélèvement forcé d'organes et de nombreux Falun Gong, ainsi que des Ouïghours, contraints de subir des tests médicaux, La RPC n'aurait aucune difficulté à faire subir n'importe quel sort aux pratiquants de Falun Gong et pourrait facilement les utiliser comme population de donneurs accessibles aux hôpitaux de la RPC dont les organes pourraient être prélevés selon la demande au moyen de prélèvements forcés d'organes. "


" Dans la pratique à long terme en RPC du prélèvement forcé d'organes, ce sont bien les pratiquants de Falun Gong qui ont été utilisés comme source - probablement la source principale - d'organes pour le prélèvement forcé d'organes ", ajoute le jugement.

Matthew P. Robertson de l'Australian National University et Jacob Lavee du Sheba Medical Center en Israël ont publié en avril 2022 un article dans l'American Journal of Transplantation intitulé "Execution by organ procurement : Breaching the dead donor rule in China". Il s'appuyait sur un examen médico-légal mené sur 2838 articles issus des publications en langue chinoise sur la transplantation.


"Nous trouvons des preuves dans 71 de ces rapports, répartis dans tout le pays, que la mort cérébrale n'aurait pas pu être correctement déclarée. Dans ces cas, le prélèvement du cœur lors de l'obtention de l'organe doit avoir été la cause immédiate de la mort du donneur", écrit l'article. "Comme ces donneurs d'organes ne pouvaient être que des prisonniers, nos résultats suggèrent fortement que les médecins de la République populaire de Chine ont participé à des exécutions par prélèvement d'organes."


"Nous trouvons des preuves dans 71 de ces rapports, répartis dans tout le pays, que la mort cérébrale n'aurait pas pu être correctement déclarée. Dans ces cas, le prélèvement du cœur pendant l'obtention de l'organe doit avoir été la cause immédiate de la mort du donneur", écrit l'article. "Comme ces donneurs d'organes ne pouvaient être que des prisonniers, nos résultats suggèrent fortement que les médecins de la République populaire de Chine ont participé à des exécutions par prélèvement d'organes."


En tant que fils d'un survivant de l'Holocauste, Lavee ne pouvait pas comprendre pourquoi les médecins violeraient l'éthique médicale pour collaborer avec un régime totalitaire sur un crime aussi hideux.


Alejandro Centurion, un neurologue de l'association américaine Doctors Against Forced Organ Harvesting (DAFOH), a exhorté l'American Medical Association (AMA) à prendre une position plus ferme sur la question. "Nous avons besoin d'un leadership de la part de l'AMA. Je l'invite vraiment à le faire", a-t-il expliqué, ajoutant que les associations médicales britannique et canadienne ont également pris position en condamnant les prélèvements d'organes forcés du PCC.


Traduit de la version anglaise
https://en.minghui.org/html/articles/2022/6/20/201886.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.