La chute de l'ancien chef du bureau 610 indique que la participation à la persécution aura des conséquences

Fu Zhenghua, ancien directeur du Bureau 610 central et Ministre de la Justice, faisait l'objet d'une enquête le 2 octobre pour " violation grave de la discipline et de la loi ". Le Bureau 610 est une agence extra-légale ayant le pouvoir de passer outre le système judiciaire et de diriger la persécution nationale contre le Falun Gong. La chute de Fu indique que les principaux auteurs de la répression seront confrontés à de graves conséquences, a expliqué l'avocat canadien des droits humains David Matas dans une récente interview.


Matas est bien connu pour avoir enquêté sur le prélèvement forcé d'organes sur des pratiquants de Falun Gong par le Parti communiste chinois (PCC). Avec d'autres enquêteurs, il a publié plusieurs livres, dont Bloody Harvest(Récolte sanglante) et The Killing of Falun Gong for Their Organs (Le meurtre des Falun Gong pour leurs organes) . Interviewé par un correspondant de Minghui, il a dit que le prélèvement d'organes par le PCC est un génocide froid et que les malfaiteurs seront finalement tenus responsables.

L'avocat canadien des droits humains David Matas


L'ascension et la chute des fonctionnaires du PCC
En plus de servir en tant que chef du bureau central 610 (depuis 2015) et Ministre de la Justice (2018 – 2020), Fu avait également occupé d'autres postes clés, en particulier dans le système de police. Ils comprennent Directeur du Bureau municipal de la sécurité publique de Pékin (2010 – 2013) et Vice-ministre exécutif de la Sécurité publique (2013 – 2018). En raison de sa forte implication dans la persécution du Falun Gong, il était l'un des fonctionnaires dénoncés par les pratiquants de Falun Gong dans 29 pays.


Matas a dit que Fu est connu pour avoir dirigé la répression du Falun Gong. En Chine, ces mesures "disciplinaires " sont souvent liées à des accusations de corruption. Mais en Chine, " elles [ces mesures] ont tendance à être prononcées pour des raisons politiques envers des personnes qui se trouvent à des niveaux politiques. C'est juste une façon pour le parti de manipuler le contrôle ", a-t-il expliqué, ajoutant que " l'utilisation de la corruption par le comité de discipline n'est fondamentalement qu'un outil politique de manipulation dans la lutte pour le pouvoir ".


L'enquête sur Fu et d'autres fonctionnaires ne signifie pas nécessairement que la persécution du Falun Gong va cesser, a poursuivi Matas. "Beaucoup d'entre eux [les responsables] ont utilisé la persécution du Falun Gong comme un moyen d'améliorer leur statut au sein du parti, y compris Bo Xilai, y compris Zhou Yongkang", a-t-il ajouté. "Cela ne signifie pas que les personnes qui sont contre eux sont opposées au moyen qu'ils ont utilisé."


Une violation mondiale des droits humains
La détention illégale par le PCC n'est pas seulement arrivée à des Chinois, mais aussi à des citoyens d'autres pays. Juste après la libération de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, deux Canadiens détenus illégalement par le PCC ont été libérés. À l'heure actuelle, 115 Canadiens sont toujours détenus en Chine, dont Sun Qian, pratiquante du Falun Gong.


Le fait que le PCC puisse kidnapper des personnes dans un pays étranger est "assez effrayant", a commenté M. Matas. De plus, comme le PCC s'est engagé dans la diplomatie des otages, cela pourrait se reproduire.


Génocide froid
Au fil des ans, Mastas a publié de nombreux articles sur le prélèvement d'organes, basés sur son enquête. "C'est fondamentalement dans un concept appelé génocide, ce n'est pas quelque chose que nous avons inventé. Il existe dans la littérature sur le génocide. Nous l'avons simplement appliqué à la situation du Falun Gong", a-t-il déclaré.


Plus précisément, "c'est un génocide qui ne se produit pas de manière brève, rapide, visible, mais qui se produit lentement. Et il n'est pas du tout visible. Et les chiffres s'accumulent au fil du temps plutôt que de se produire d'un seul coup", a-t-il expliqué.


Cette tragédie a pu se produire en partie grâce au marché. Lorsque le système de santé chinois est passé du socialisme au capitalisme, le financement du système de santé par le gouvernement a considérablement diminué. "Les institutions médicales avaient besoin d'une source de financement supplémentaire pour rester ouvertes. Elles avaient été institutionnellement habituées à s'approvisionner en organes venant de prisonniers pour les transplantations, parce qu'elles utilisaient des prisonniers condamnés à mort. Mais la peine de mort était en recul", explique Matas. "Ils avaient [alors] la population des Falun Gong qui était... était indéfinie, qui était diabolisée. Et le système de prélèvement d'organes sur les prisonniers était déjà institutionnalisé. Alors ils sont passés à une autre forme, en quelque sorte."


Le PCC a tué des prisonniers de conscience avant de le faire avec les pratiquants de Falun Gong, bien que leur nombre soit beaucoup plus faible. Les Ouïghours en sont un exemple, a déclaré Matas. Avec le temps, le nombre de prélèvements d'organes est passé à 60 000 ou 100 000 par an. Ils ont fini par atteindre un chiffre élevé. "Lorsque vous avez affaire à 50 000 à 100 000 organes par an, il ne s'agit plus de personnes, mais d'organes", a-t-il poursuivi. En fait, il s'agit à la fois d'un génocide de la vie et d'un génocide d'intention. Il a déclaré que les deux types de génocide étaient là parce qu'"ils [le PCC] voulaient évidemment se débarrasser du Falun Gong."


Loi Magnitski
Matas a dit que nous devons faire tout notre possible pour arrêter l'horreur des prélèvements d'organes. " Je dirais que [nous] faisons tout, faisons tout ce qui est possible ", a-t-il expliqué.


Cela comprend la loi Magnitski, les mesures des Nations Unies, la Convention du Conseil de l'Europe contre le trafic d'organes humains et les recours civils. Une autre approche est le registre des greffes, qui empêcherait le prélèvement d'organes.


" Israël et Taïwan ont commencé à faire quelque chose à ce sujet, mais nous en sommes encore loin ", a déclaré Matas. " Il y a une longue liste de choses qui peuvent être faites, et je pense qu'elles devraient toutes être faites."


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Human Rights Lawyer: Former Central 610 Office Chief’s Downfall Signals Consequences of Organ Harvesting

Version chinoise:
傅政华落马 麦塔斯:参与迫害 恶人受惩治

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.