Le rapport du département d'État américain sur les droits de l'homme met en lumière la persécution du Falun Gong en Chine

Le "2021 Country Reports on Human Rights Practices" publié par le Département d'État américain le 12 avril 2022, met en lumière la persécution du Falun Gong en Chine et les injustices auxquelles sont confrontés les pratiquants de Falun Gong.


Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré lors d’une conférence de presse mardi que le Parti communiste chinois « continue de commettre un génocide et des crimes contre l’humanité au Xinjiang contre les Ouïghours majoritairement musulmans, entre autres groupes minoritaires, d’éroder les libertés fondamentales et l’autonomie à Hong Kong, et de mener une répression systématique au Tibet ».


Il note que « notre intérêt à défendre les droits de l’homme n’est pas seulement fondé sur des principes ; il est vital pour notre sécurité nationale ». Il a ajouté que, quel que soit le lieu où les violations des droits de l’homme ont été commises, il y a « la même urgence à mettre fin aux abus et à demander des comptes à leurs auteurs ».


Le rapport souligne la poursuite des prélèvements forcés d’organes sur des prisonniers d’opinion, notamment des pratiquants de Falun Gong et des musulmans du Xinjiang. Il mentionne également une déclaration publiée par plusieurs experts de l’ONU en juin 2021, exprimant des préoccupations alarmantes quant aux prélèvements d’organes « ciblant les minorités, notamment les pratiquants de Falun Gong, les Ouïghours, les Tibétains, les musulmans et les chrétiens, en détention en Chine ».


Le rapport soulignait également l’utilisation par le régime communiste de « la détention administrative pour intimider les défenseurs politiques et religieux, et pour empêcher les manifestations publiques », cela concerne en particulier la détention des pratiquants de Falun Gong, des militants politiques et d’autres pratiquants religieux dans des centres de lavage de cerveau, souvent connus sous le nom de « centres d’éducation juridique ».


Le cas de M. Ren Haifei, pratiquant de Falun Gong, a été souligné dans le rapport. M. Ren, de la ville de Dalian, dans la province du Liaoning, est marié avec une résidente américaine, il a été arrêté sans mandat et a dû être hospitalisé après avoir subi de graves blessures à la suite de son arrestation. Les autorités l’ont détenu au centre de détention de Yaojia après sa sortie de l’hôpital. Avant cette arrestation, M. Ren avait déjà été détenu à deux reprises, en 2001 et 2008, pour sa pratique du Falun Gong et parce qu’il a protesté contre le traitement inhumain infligé par le gouvernement aux autres pratiquants.


Outre M. Ren, le cas d’un autre pratiquant de Falun Gong actuellement incarcéré est dans le rapport, il s’agit de M. Bian Lichao, professeur à l’école secondaire dans la ville de Tangshan, province du Hebei. M. Bian purge une peine de douze ans à la prison de Shijiazhuang. Sa femme, Mme Zhou Xiuzhen, a été condamnée à une peine de quatre ans en mai 2015 pour avoir tenté d’obtenir la libération de son mari. Elle a développé une grave maladie du foie en prison et s’est vu refuser une libération conditionnelle pour raisons médicales. Les autorités ont continué à la harceler après sa libération. Elle est décédée le 19 avril 2020 après avoir vomi une grande quantité de sang. Elle était âgée de 56 ans.

Le rapport mentionne également que l’avocat des droits de l’homme M. Gao Zhisheng est toujours détenu dans une prison chinoise.


Traduit de l’anglais
Version anglaise :
http://en.minghui.org/html/articles/2022/4/15/199919.html
Version chinoise :
https://www.minghui.org/mh/articles/2022/4/14/441255.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.