La persécution du Falun Gong s'intensifie à l'approche des Jeux olympiques d'hiver

Cérémonie d'ouverture au stade national de Pékin, en 2008.


À l'approche des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, le Parti communiste chinois (PCC) a entamé une nouvelle série de campagnes de ce que le Parti appelle le "maintien de la stabilité sociale". Les pratiquants de Falun Gong dans les trois zones de Jeux de Pékin, Yanqing (un district rural de Pékin) et Zhangjiakou dans la province de Hebei ont été particulièrement visés.


Les circonstances actuelles reflètent les tendances observées lors des Jeux olympiques de 2008. À la suite des Jeux olympiques de 2008, plus de 8000 adhérents du Falun Gong ont été arrêtés pour leur foi et au moins une centaine sont morts la même année.


Les conséquences des Jeux olympiques de 2022 pourraient être encore plus dévastatrices si la tendance se poursuit.


"[À la suite des Jeux olympiques de 2008,] la persécution [accrue] des musulmans ouïghours et, dans une moindre mesure, des fidèles chrétiens, est menée par beaucoup des mêmes personnes, avec les mêmes tactiques, que celles que les Falun Gong subissent depuis des décennies : emprisonnement massif, torture, travail forcé, déconversion religieuse et, peut-être, prélèvement d'organes", ont noté le cinéaste Caylan Ford et l'avocat des droits de l'homme David Matas dans un article récent.


Des millions de dollars pour financer la répression

Les plans pour la "sécurité olympique" ont commencé dès 2020, selon Minghui.org, qui a reçu des informations divulguées sur le "Budget 2020 du département de police de Zhangjiakou".


Paysage de la ville de Zhangjiakou, dans la province du Hebei, en Chine. Connue pour sa topographie variée, la ville de Zhangjiakou accueillera la majorité des épreuves de ski et de snowboard lors des Jeux olympiques de 2022.


Ce document estime les dépenses à 481 millions de yuans (72,3 millions USD) pour 2020. Il s'agit d'une augmentation de 5,1 % par rapport à l'année précédente, dont la raison principale est la préparation des Jeux olympiques d'hiver de 2022. Parmi les fonds dédiés au bureau de la sécurité intérieure, le Falun Gong a été listé comme le principal groupe à cibler.


Le document explique en outre que l'augmentation du budget doit couvrir les coûts d'infrastructure du big data, le financement de la vidéosurveillance de la sécurité publique et les dépenses de la police auxiliaire. En particulier, 16 millions de yuans (2,47 millions de dollars) ont été affectés à l'infrastructure de big data, tandis que 18 millions de yuans (2,74 millions de dollars) sont allés aux plates-formes d'information vidéo, de nouvelles caméras de surveillance devant être installées à 3 680 endroits.


Impact actuel

Un nombre croissant de pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés ou surveillés au cours des deux derniers mois.


Un cas récent est celui de Mme Cao Wen, mère de l'étudiant international Jack Liu, qui étudie à l'Université Carleton au Canada.


Jack a déclaré à The Epoch Times le 29 décembre que sa mère reste sous étroite surveillance policière. Elle a été libérée après cinq jours de détention pour avoir envoyé des documents sur le Falun Gong par Bluetooth dans le métro de Pékin. (C'est une façon pour les pratiquants de Falun Gong en Chine de sensibiliser le public à la persécution).


L'avis de sanction contre le pratiquant de Falun Gong Cao Wen, émis par le Bureau de la sécurité publique de Pékin le 27 décembre 2021. (Avec l'aimable autorisation de Jack Liu)


Minghui.org a également reçu de nombreux autres rapports de harcèlement ou d'arrestation à Pékin et dans la ville de Zhangjiakou dans le Hebei.


Mme Han Fei, du district de Chaoyang, où se trouve le stade national, est suivie et surveillée depuis novembre. On dit que plusieurs pratiquants du quartier ont été arrêtés.


Le stade national de Pékin accueillera les cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux olympiques de 2022.

Des policiers des districts de Yanqing ont également arrêté et harcelé des adhérents du Falun Gong.


Le département de police du canton de Wei, dans la ville de Zhangjiakou, organise également des événements depuis début décembre pour diffamer les pratiquants de Falun Gong. Il offre également des récompenses financières aux citoyens ordinaires qui dénoncent les pratiquants.


Plusieurs pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés depuis, y compris le mari non pratiquant d'une femme, qui pourrait être inculpé pour avoir aidé sa femme à transporter des matériaux destinés à être utilisés pour produire des calendriers du Nouvel An avec des phrases du Falun Gong.


Les leçons de 2008 : La négligence nourrit l'atrocité

    Les Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin ont également eu lieu sur fond d'atrocités de masse. Le succès de ces jeux et la réaction discrète de la communauté internationale aux violations des droits de l'homme qui les ont entourés ont été interprétés par Pékin comme une validation de son approche et une autorisation à la répéter. -Caylan Ford et David Matas


Le documentariste Caylan Ford et l'avocat des droits de l'homme David Matas ont récemment écrit un article intitulé "Keeping Our Eyes Open to China's Machinery of Repression"(Garder les yeux ouverts sur les mécanismes de répression de la Chine). Ils ont noté qu'après les Jeux olympiques de 2008, la machine de répression mise en place pour écraser le Falun Gong s'est métastasée. C'est-à-dire qu'elle est devenue une caractéristique permanente de l'appareil de gouvernance du Parti communiste chinois.


Au cours des 20 dernières années, les adeptes du Falun Gong ont constitué le plus grand groupe de prisonniers d'opinion en Chine, avec des centaines de milliers, et probablement des millions de victimes. Dans les prisons, les camps de travail forcé et les centres de rééducation, ils sont soumis à des tactiques à haute pression pour "transformer" leur esprit, notamment des passages à tabac, des privations de sommeil, des humiliations sexuelles et des viols, des suspensions dans des positions de stress, des chocs avec des matraques électriques et des injections de psychotropes inconnus.


Ces mêmes techniques de répression sont désormais utilisées contre d'autres groupes ethniques et religieux, des dissidents politiques et même des citoyens ordinaires en Chine.


Même si les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et d'autres acteurs mondiaux ont annoncé le boycott diplomatique des prochains Jeux olympiques d'hiver, "Le succès de ces jeux [de 2008] et la réaction discrète de la communauté internationale aux violations des droits de l'homme qui les ont entourés ont été compris par Pékin comme une validation de son approche, et comme une autorisation à la répéter."


Basé sur un rapport original de Minghui.org

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.