Comment "être sérieux " peut être à la fois bon et mauvais

J'ai été confronté à un sérieux test de xinxing récemment. J’ai toutefois passé l’épreuve étant donné mes 20 ans sur le chemin de la cultivation. En apparence, j'ai passé l’épreuve sans difficulté, mais à bien y penser, c'était plutôt difficile. J'ai regardé à l'intérieur et j'ai vu mes attachements à sauver la face et ma vanité. Cependant, je ne croyais pas avoir découvert la racine du problème et j'ai compris que je devais creuser plus profondément.


Je suis une personne "sérieuse" depuis que je suis jeune. J'ai étudié avec assiduité et j'ai toujours eu de bonnes notes. J'ai trouvé un emploi et j'ai travaillé dur après avoir obtenu mon diplôme. Pendant plus de dix ans, j'ai travaillé en Chine, bien que j'aie dû faire face à la persécution à cause de ma foi. Alors que les dirigeants politiques de l'entreprise me donnaient du fil à retordre, les dirigeants techniques me protégeaient souvent et me donnaient un emploi stable et un environnement pour clarifier la véritéà propos Dafa.


Puis je suis venu en Amérique. Dans mon esprit, « être sérieux » est toujours correct, surtout dans la cultivationpersonnelle et lorsqu'on est impliqué dans des projets validant le Fa. J'étais sérieux dans mon travail et j'attendais la même attitude de la part des compagnons de pratique.


Après avoir creusé l'origine de ce comportement, j'ai vu que le "sérieux" en était la cause. Le problème a surgi parce que j'ai pris la question trop au sérieux. En repensant aux nombreux petits conflits du passé, ils étaient tous dus au sérieux avec lequel je traitais les problèmes.


Le projet de Dafa auquel je participais était fastidieux, et chaque chiffre ou lettre comptait. Tout le monde devait accorder une attention particulière aux détails. Cependant, les humains se trompent parfois. Mes collègues pouvaient se tromper en cochant un chiffre, et l'erreur se retrouvait dans mon travail. Souvent, je critiquais ouvertement la personne qui avait commis l'erreur. Si le pratiquant ne comprenait pas la gravité de la situation, je m'énervais et imposais mon jugement aux personnes concernées. J'expliquais que le sérieux était important car il s'agissait de sauver des êtres. Par conséquent, nous ne pouvions tolérer aucune erreur, ou du moins c'est ce que je pensais. Les pratiquants de notre équipe ont reconnu la gravité de la situation et ont dû tolérer mon attitude sans exception.


Avec le recul, je me suis rendu compte que je n’avais qu’à moitié raison s’agissant d’être sérieux. Il était correct d'être sérieux dans mon propre travail, mais il était incorrect d'imposer ma norme de sérieux aux autres.


Les membres de l'équipe viennent de milieux différents et ont des personnalités différentes. Chacun d'entre nous doit surmonter certaines difficultés lorsqu'il participe au projet, comme prendre soin de jeunes enfants à la maison, le manque d'expérience du travail de bureau, le manque de maîtrise de l'anglais, l'âge, et le fait d'assumer des responsabilités dans plusieurs projets à la fois. Mais je n'avais pas tenu compte de leurs difficultés et j'exigeais toujours des autres qu'ils répondent à mes propres normes. J'ai vu mon attachement à l'ego et mon manque de compassion.


Le Maître a dit :

    « En fait, en tant que disciples de Dafa, si dans ce genre de situation votre pensée est droite, et que ce à quoi vous pensez c’est à la cultivation et pratique, à la responsabilité, et au fait que ça doit être bien accompli, vous devriez bien faire en silence là où vous pensez qu’il y a une imperfection, c’est comme ça que doit faire un disciple de Dafa. Si tous les disciples de Dafa peuvent faire ainsi, n’importe quelle chose sera assurément très bien accomplie. » (« Avancer encore plus diligemment », Enseignement du Fa dans les conférences (X))

    « N’accordez pas d’importance à ces choses-là, si vous pouvez compléter en silence les lacunes que vous avez remarquées, si vous pouvez bien faire en silence ce que vous devez faire, si vous pouvez bien faire en silence ce qui est imparfait dans cette affaire, toutes les divinités vous voueront une extrême admiration, elles vont dire que cette personne est vraiment admirable ! C’est cela qu’un disciple de Dafa doit faire. » (« Avancer encore plus diligemment », Enseignement du Fa dans les conférences (X))


J'omettais la partie « en silence » et soulignais souvent ce que j'avais fait. À l'avenir, je corrigerai en silence les petites erreurs que j'ai vues et je ferai plus attention aux choses qui pourraient facilement aller mal.


Bien sûr, je continuerai à informer l'équipe des erreurs importantes qui méritent d'être discutées afin que nous puissions tous apprendre et nous améliorer. Mais je ferai attention à mon ton et à mon attitude lorsque j'aborderai ces questions. Je ne ferai plus de reproches ni de critiques, et je n'imposerai pas aux autres d'atteindre mes propres objectifs. Au contraire, je m'exprimerai et je traiterai calmement les problèmes avec compassion, et je serai responsable du projet et des compagnons de pratique. Si je parviens à respecter ce principe, je prendrai vraiment ma propre cultivation au sérieux.


À présent, je vois la racine de mon attachement et je me sens soulagé. Je m'excuse auprès des pratiquants qui ont été blessés par mon « sérieux » dans le passé.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise :
How “Being Serious” Can Be Both Right and Wrong


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.