PARIS - 22 ans de persécution, un silence effrayant et un déshonneur pour ces grands pays occidentaux

Le premier week-end de septembre les pratiquants de Falun Dafa ont organisé des activités Place Saint-Michel et Place Colette. Ils ont fait la démonstration des exercices, informé le public sur la persécution en Chine et recueilli des signatures sur une pétition pour aider à mettre fin à la persécution.


Toutes sortes d’événements étant organisés à Paris en septembre, les gens étaient dehors et passaient en un flux constant. Beaucoup se sont arrêtés pour lire l’information sur les 22 ans de persécution des pratiquants de Dafa par le Parti communiste chinois (PCC). Certains découvraient le Falun Dafa et la persécution en Chine pour première fois tandis que d'autres avaient appris la persécution et étaient clairs sur la véritable nature du PCC.


Après plus d'un an au cours duquel le virus du PCC (coronavirus) a semé l'effroi, et la mort et causé d'énormes pertes financières, la simple mention du mot " PCC" suscite une réaction adverse. Apprendre à présent les détails de la persécution brutale et le prélèvement forcé d’organes sur des pratiquants de leur vivant a permis à la plupart des passants d’apprécier cette opportunité d’exprimer leur condamnation et de signer la pétition.


Beaucoup se sont indignés que la France, patrie des droits de l’homme et les pays développés d’occident n’aient rien fait tout au long de 22 ans de persécution pour faire cesser ces atrocités et que la plupart des législateurs et des dignitaires continuent de garder le silence.

Les pratiquants de Falun Dafa font la démonstration des exercices place Colette au cœur de Paris le 5 septembre 2021.

Les Parisiens s'arrêtent pour lire l'information et signer la pétition en condamnation de la persécution déjà longue de décennies.


Les gens ont lu l'information et appris la persécution en Chine lors d'activités sur la Place Colette.


Michel Lison, 68 ans, a été volontaire pour la Croix-Rouge et chef du service de l'information et de la communication. Il a vu les activités des pratiquants Place Saint-Michel le 4 septembre et a appris comment les pratiquants en Chine sont incarcérés pour leur fidélité aux principes de Vérité, Bonté, Patience. Il a dit avec colère : " C'est un crime, ce n'est pas différent de ce que les nazis ont fait dans les camps de concentration. Nous devons nous y opposer d'urgence et fermement à l'échelle mondiale. Cela doit cesser et être publiquement condamné."


Il a poursuivi : " Le PCC est foncièrement maléfique. C'est un menteur, et comme tous les régimes, il contrôle la société, en Chine et dans le monde. Ceux qui commettent de mauvaises actions prétendent être les amis du peuple. Une fois que vous leur avez tourné le dos, c'est tout le contraire."


" Ces crimes commis par le PCC en Chine durent depuis longtemps. Je pense que c'est trop long. Par conséquent, nous devons rapidement mettre fin à cette persécution. Vingt-deux ans, c'est terriblement long. Si cela ne prend pas fin maintenant, cela signifie que d'autres personnes seront torturées et mourront. Cela ne doit pas continuer. Nous avons la responsabilité de dénoncer et de résister à cela."


Clisson travaille au sein du gouvernement. Il a vu les pratiquants Place Saint-Michel et a appris la persécution. Il a dit : " Je ne comprends pas. Comment cette persécution qui a commencé dans les années 1990 a-elle pu continuer jusqu'à aujourd'hui ? Ce silence fait peur. C'est une honte, une honte pour ces grands pays occidentaux. Ils le savent, mais ils ne prendront pas une position ferme pour y mettre fin. La tyrannie et le meurtre des gens par le PCC se produisent toujours. C'est inconcevable ! C'est un déshonneur de laisser cela continuer. Avant de partir, il a dit aux pratiquants : « Vous devez continuer à dénoncer cette persécution, continuez !"


Marianne Slob est une écrivaine néerlandaise. Elle envisage de rester à Paris trois mois pour travailler sur un livre. Elle se promenait Place Colette le 5 septembre et a dit, après avoir signé la pétition : " Le PCC est un régime totalitaire, la persécution est horrible. La liberté de pensée et la culture sont extrêmement importants. Je dois exposer les horreurs de cette brutalité même si cela met le PCC en colère. Je dois parler et informer les gens."


Danielle, une artiste, est venue signer la pétition lorsqu'elle a aperçu les activités des pratiquants Place Colette le 5 septembre. Elle a dit : " Il y a peu de liberté en Chine, je vous soutiens ! Je suis avec vous !"


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.


Version anglaise:
Paris Residents: “It is a Disgrace to Remain Silent about This Persecution”

Version chinoise:
巴黎民众-面对迫害保持沉默是耻辱

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.