Bénédictions pour les chastes : exemples dans le passé et le présent


Un ancien aphorisme chinois nous dit que l'impudicité est le pire des péchés. Une pensée lascive peut devenir l'impulsion pour toutes sortes de pensées indécentes et peut conduire à une accumulation de karma, qui à son tour conduit au malheur.


L'empereur Wenchang, un taoïste connu, a également déclaré que "le Ciel frappe les licencieux avec la plus grande hâte. Les gens n'ont pas peur, car ils vivent dans l'ignorance et sont incapables de discerner le lien. Pourtant, si quelqu'un s'adonne à l'indécence, il sera exposé à un désastre à tout moment.


Cependant, dans le monde matérialiste d’aujourd’hui, les désirs matériels sont omniprésents et la société est embourbée dans la pornographie. Tout cela a énormément pollué les jeunes générations. C’est vraiment dommage de voir de nombreuses personnes perdre leur position, ruiner leur réputation et détruire leur vie à cause de leur obsession pour l’argent et les femmes.


Confucius a dit qu’un homme de bien doit faire preuve de prudence dans trois domaines dont l’un est la question de la luxure.


"Quand il est jeune et que son sang et son esprit ne sont pas encore apaisés, il doit être sur ses gardes pour ne pas tomber dans la luxure", disait Confucius.


Il rappelle aux hommes et aux femmes dans leur jeunesse de respecter leur corps pour le bien de leur santé.


Dans la Chine ancienne, les gens se traitaient avec respect et courtoisie. Ils étaient particulièrement stricts avec eux-mêmes lorsqu’il s’agissait d’interactions entre hommes et femmes. Même des pensées indécentes étaient considérées comme un péché parce qu’ils croyaient qu’une telle pensée nuirait à la fois aux personnes concernées et aux autres.


Les histoires suivantes sont quelques exemples de leur conduite.


L’histoire de l’empereur Song Renzong
Zhao Zhen ou Song Renzong, a été le quatrième empereur de la dynastie Song. Il a régné 41 ans (de 1022 à 1063), le plus long règne de tous les empereurs de la dynastie Song. Il était frugal et indulgent de nature.


Un jour, le rapporteur impérial, Wang Su a conseillé à Renzong de se méfier de la luxure.


“En fait, Wang Deyong m’a déjà amené quelques belles dames, qui sont déjà dans le palais,” a répondu l’empereur. “Je les aime beaucoup. Laissez-moi les garder.”


“C'est exactement la raison pour laquelle je suis ici aujourd'hui. Je crains que Votre Majesté ne soit ensorcelée par la beauté", dit Wang Su.,” a dit Wang Su.


Renzong a semblé troublé en entendant ces mots. Néanmoins, il ordonna aux eunuques de renvoyer immédiatement ces jeunes femmes avec trois cents cordons de cuivre chacune en guise de compensation.


En donnant cet ordre, Renzong ne pût s’empêcher de verser des larmes.


Wang Su était inquiet et a dit à Renzong : “Votre Majesté, même si vous pensez que mon conseil est judicieux, vous n’avez pas besoin de les renvoyer immédiatement. Puisqu’elles sont déjà ici, il serait préférable de les garder un moment avant de les renvoyer.”


"Bien que je sois un empereur, j'ai mes affects, tout comme les roturiers", a dit Renzong. "Si je les garde plus longtemps, je ne pourrai pas les renvoyer."


Conseil de sagesse pour une jeune veuve
Di Renjie était un chancelier renommé de la dynastie Tang. À un jeune âge, il était très beau et avait un teint délicat. En route vers la capitale pour passer l'examen impérial, il est resté dans une auberge un soir.


Il étudiait tranquillement la nuit quand soudain une jeune femme est entrée dans sa chambre. Il s'agissait de la veuve du propriétaire de l'hôtel, décédé peu de temps après leur mariage. Impressionnée par la belle apparence de Di, elle est venue flirter avec lui sous prétexte de trouver de la lumière pour sa bougie.


Bien que Di ait aussitôt perçu les intentions de la jeune veuve, il a parlé avec elle de façon amicale.
“Madame, votre beau visage me rappelle ce qu’un vieux moine m’a dit, il y a longtemps.”


Par curiosité, la jeune veuve lui a demandé ce que le vieux moine avait dit.


Di lui a raconté qu’avant de venir à la capitale, il vivait dans un temple pour ses études. Alors qu’il était là-bas, un jour, un vieux moine lui a donné un avertissement concernant son futur.


"Vous avez une apparence imposante et vous deviendrez certainement un haut fonctionnaire dans le futur. Mais vous devez vous rappeler de ne pas vous adonner au sexe et de ne pas commettre d'adultère, de peur que votre avenir ne soit gâché", a dit le moine.


"J'ai toujours gardé ces mots dans mon cœur", a poursuivi Di. "Il est admirable que vous travailliez dur pour faire tourner l'entreprise et que vous ayez gardé votre chasteté. S'il vous plaît, ne ruinez pas votre bon caractère à cause d'une émotion impétueuse. De plus, vous avez des beaux-parents âgés et un jeune fils dont vous devez vous occuper, qui dépendent tous de vous. La vertu des femmes qui préservent leur chasteté a toujours été louée et hautement respectée depuis les temps anciens."


La jeune femme était émue aux larmes après avoir entendu les paroles de Di.


“Merci pour vos précieux conseils,” a-t-elle dit. “À partir de maintenant, je m’en tiendrai à la chasteté attendue des femmes pour vous remercier de vos aimables conseils.”


Elle est partie après avoir remercié Di Renjie deux fois de plus.


Un poème pour repousser une jeune femme
Chen Tao, un poète du milieu à la fin de la dynastie Tang, est allé une fois à Hongzhou (dans l’actuelle province du Jianxi) pour échapper à la guerre. Son ami Yan Zhuan lui amena une belle et talentueuse jeune femme pour sa compagnie.


Chen a poliment refusé en composant aussitôt un poème :
En écrivant ce poème avec des pensées aussi claires que l'eau, je suis à un âge avancé et mes sentiments amoureux sont aussi minces que des nuages à la dérive; Ayant déjà gagné un moyen de monter au ciel, je suis désolé de devoir refuser une beauté et un talent tels que les vôtres.


On ne pouvait s'empêcher d'admirer la sagesse et la gentillesse des anciens. Même en rejetant l'inconvenance, ils restaient polis et évitaient d'humilier les autres.


Aider une jeune veuve à rester sur le droit chemin
Fei Shu était natif de Guangdu sous la dynastie Song. En 1120, une fois, il est allé à la capitale Bianliang (actuellement connue sous le nom de Kaifeng). Il a séjourné dans une auberge à l’approche de Chang’an (aujourd’hui Xi’an). La propriétaire l’a accueilli chaleureusement et s’est très bien occupée de lui.


A sa surprise, elle est entrée dans sa chambre pendant la nuit.


“Pourquoi êtes-vous là à cette heure?” demanda-t-il.


“Mon père est originaire de Bianliang et notre famille est spécialisée dans la vente de la soie. J’ai épousé le propriétaire de cette auberge mais il est décédé. Je me sens très seule, alors je suis venue vous voir, au risque de perdre mon honneur,” a dit la jeune veuve.


"Je comprends votre situation," dit Fei. "Je vais à Bianliang, et je vais essayer de trouver votre père et lui demander d'envoyer quelqu'un pour vous ramener chez vous".


En entendant ces paroles, la jeune veuve est partie honteuse.


Fei est allé trouver son père après être arrivé à Bianliang et lui a raconté ce qui s’était passé.


“J’ai fait un rêve il y a quelques jours dans lequel ma fille perdait sa chasteté,” a dit le vieil homme. “Elle aurait été en grand danger si elle ne vous avait pas rencontré. Les divinités m’ont dit que vous êtes un homme noble. Je vais assurément aller chercher ma fille et la ramener à la maison.”


Effectivement, le vieil homme a immédiatement envoyé son fils chercher sa fille. L’année suivante, Fei a très bien réussi l’examen impérial et a obtenu le rang de haut fonctionnaire, devenant le chef de la préfecture de Badong.


Vertu et récompense
Yang Xizhong, nom de courtoisie Jida, était de Xinjin, Shuzhou. Il a échoué une fois à l'examen impérial et est resté dans un hôtel à Chengdu. La propriétaire de l'hôtel voulait coucher avec lui, mais Yang a refusé sévèrement et est parti.


La même nuit, sa femme à la maison, a fait un rêve. Dans ce rêve, une voix lui a dit : “ton mari est resté droit dans sa conduite pendant son absence de la maison et il est resté fidèle à vos vœux. Le ciel en est conscient ; comme récompense, il sera premier au prochain examen impérial.”


Elle s’est réveillée mais n’a pas compris ce que son rêve signifiait jusqu’à ce que son mari reviennent à la maison à la fin de l’année et lui raconte ce qui s’était passé.


Comme il lui a été dit en rêve, l’année suivante, Yang a effectivement obtenu la première place à l’examen impérial.


Cause et effet dans le monde souterrain
Huang Jingguo a servi en tant que juge à Yizhou pendant l’ère Jiayou (1056-1063) de la dynastie Song. Une nuit, dans ce qui ressemblait à un rêve, il a été transporté dans le monde des ténèbres..
“Savez-vous qu’il y a eu un incident à Yinzhou ?” lui a demandé un officier.


L’officier a ensuite montré un livre à Huang dans lequel était inscrit ce qui suit : Le docteur Nie Congzhi est allé traiter un patient dans un district de Huating. La femme du patient a flirté avec lui et a essayé de commettre un adultère. Le docteur Nie a fait tout son possible pour l’éloigner.


L’officier a ensuite emmené Huang au bord d’une rivière où Huang a vu un gardien de prison attacher une femme. Le gardien a ouvert le ventre de la femme, a retiré ses entrailles et les a lavées dans la rivière.


Un moine se tenant à proximité a raconté à Huang : “cette femme est l’épouse du patient, qui a essayé de commettre un adultère avec le docteur. Nie a refusé et n’a pas été ébranlé par sa beauté. C’est un homme bien et grâce à sa vertu, sa durée de vie a été prolongée de 12 ans de 60 à 72 et il y aura un fonctionnaire dans chacune des générations futures de la famille Nie.”


“Quant à la femme,” a poursuivi le moine, “sa durée de vie sera réduite de 12 ans. Ses intestins et son estomac sont purifiés pour la débarrasser de ses désirs lubriques.”


Après que Huang soit retourné dans ce monde, il a raconté à Nie ce qu’il avait vu dans le monde des ténèbres. Nie a été très surpris d’entendre cela.


“Même ma femme n’est pas au courant de cet incident et pourtant il a déjà été enregistré dans le monde souterrain,” a-t-il dit.


Il s’est avéré que Nie a effectivement joui d’une longue vie. Son fils et son petit-fils ont tous deux réussi l’examen impérial.


La bonté a été récompensée par le bien
Il y avait un vieil homme nommé Qian à Piling (dans l’actuelle province de Jiangsu). Il était riche et faisait beaucoup de bonnes actions ; mais il n’avait pas eu de fils.


Dans la région, un homme du nom de Yu devait beaucoup d’argent et a été arrêté par le gouvernement local. La femme de Yu est venue emprunter de l’argent à Qian pour payer la caution de son mari ; Qian lui a offert l’argent dont elle avait besoin sans demander de remboursement.


Après la libération de Yu, lui et sa femme ont emmené leur fille chez le vieil homme pour exprimer leur gratitude. La femme de Qian a vu que leur fille était jeune et belle, elle a donc suggéré qu’elle épouse le vieil homme comme concubine, espérant qu’elle puisse porter un petit garçon pour la famille.


Yu et sa femme étaient également heureux de cette idée mais Qian refusa en disant : “ce n’est pas gentil de profiter du malheur des autres. J’ai aidé la famille Yu par bonté. Si je veux maintenant épouser leur fille, alors ma conduite ne deviendrait pas droite. Je préfère être sans héritier que de prendre leur fille comme concubine.”


La famille Yu a été profondément émue en entendant ces paroles. Ils ont remercié à nouveau le couple Qian et sont partis.


Cette nuit-là, l’épouse du vieil homme a vu en rêve, un être divin qui lui a dit : “ton mari aide les gens et fait de bonnes actions. Il fait également preuve de générosité envers les pauvres et les nécessiteux et se tient à l’écart de l’adultère. Il a accumulé beaucoup de vertu par sa conduite et en conséquence un fils vous sera accordé.


L’année suivante, la femme du vieil homme a effectivement donné naissance à un petit garçon. A 18 ans le garçon a réussi l’examen impérial et il est devenu plus tard censeur au sein du gouvernement central.


Une histoire de la société moderne
Une histoire circulant sur l'internet chinois renvoie à ces valeurs anciennes.


Il y avait un étudiant de collège issu d'une famille pauvre, médiocre d'apparence et dans sa performance. Il avait une petite amie au lycée, et ils ont gardé une relation à distance après avoir obtenu leur diplôme universitaire.


Un jour, sa petite amie lui a rendu visite et a voulu coucher avec lui, mais il s'est retenu et a refusé d'avoir des rapports sexuels avant le mariage. Sa petite amie a rompu avec lui peu après.


Plus tard, cet étudiant a été embauché par une chaîne de télévision célèbre de Shenzhen, un emploi recherché par de nombreux jeunes gens talentueux. C’était incroyable pour beaucoup qu’une personne comme lui, qui était médiocre à bien des égards, réussisse à décrocher un si bon emploi si facilement.
Il y a un dicton des temps anciens : "On peut accumuler une grande vertu en s'éloignant de la licence, et on sera récompensé par d'abondantes bénédictions."


Cela peut être surprenant pour des gens ordinaires que ce jeune homme mentionné ci-dessus ait décroché un bon emploi aussi facilement mais ce n’est pas une surprise pour des pratiquants de cultivation spirituelle. La raison sous-jacente est que ce jeune homme a refusé de compromettre ses principes moraux en refusant sa petite amie et pour cela, il a été béni du ciel et a obtenu un travail que beaucoup d’autres convoitaient.


Sima Guang (1019 – 1086) était un érudit et un historien de haut rang de la dynastie Song.
Il a déclaré comme devise familiale : “Si quelqu’un accumule de l’argent pour les générations futures, il se peut qu’elles ne puissent pas le garder ; si quelqu’un accumule des livres, il se peut qu’elles ne puissent pas les lire; mieux vaut accumuler de la vertu afin que les générations futures soient bénies pour longtemps.”


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.

Version anglaise : Blessings for the Chaste: Examples from the Past and Present


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.