Après avoir induit le public en erreur pour plaire au PCC, ces artistes chinois ont fait face aux conséquences

Ciel et Terre deviennent rouge– Fu Baoshi – Domaine public, Chine


Après avoir remporté le prix Nobel de littérature en 2012, lors de la cérémonie de remise des prix, le romancier chinois Mo Yan a raconté une histoire de son enfance. Durant la Grande Famine (1959-1961), sa famille, comme d’innombrables autres familles à l’époque, manquait de nourriture. Lorsque sa mère s’est rendue dans le champ où le grain avait été récolté dans l’espoir de trouver quelques épis de blé restants, un membre de la commune l’a giflée au visage. La terre appartenait à la commune populaire, lui a-t-on rappelé.


Mo était un enfant d'âge préscolaire à l'époque et cette expérience est devenue la plus douloureuse de sa vie. Il a rencontré à nouveau l'agresseur de sa mère plusieurs années plus tard et a pensé à se venger, mais sa mère l'en a empêché. Le pardon de sa mère, dit Mo, est ce qu'il a appris de cette expérience et cela lui a profité toute sa vie.


Bien que Mo n’ait pas directement critiqué le Parti communiste chinois (PCC), son discours a néanmoins été condamné par les " petits roses ", des jeunes ayant subi un lavage de cerveau et qui défendent ouvertement le PCC sur Internet. Sans discuter de la cause de la tragédie, ils ont critiqué Mo pour être " politiquement incorrect."


Bien que près de 60 ans se soient écoulés depuis la Grande Famine, cette catastrophe d'origine humaine reste un tabou pour le PCC. Rares sont les universitaires, et encore moins les fonctionnaires, à avoir franchi la ligne rouge. L'agronome chinois Yuan Longping (1930-mai 2021) est une exception. En avril 2009, il a déclaré dans une interview qu'environ 40 millions de personnes avaient péri dans cette catastrophe. De nombreux fonctionnaires ont intentionnellement surdéclaré ce que les terres produisaient pour plaire à leurs supérieurs et presque toutes les céréales ont été retournées, a-t-il ajouté.


Mais très peu en ont le courage. Sous le règne totalitaire du PCC, presque personne n'ose risquer sa vie pour parler des faits. Le PCC dissimulant constamment ses crimes et déformant l'histoire pour qu'elle corresponde à ses récits, les jeunes générations, y compris les "petits roses", sont souvent mal informées de la vérité, ce qui fait que des tragédies similaires se produisent et sont ensuite à répétition "oubliées".


Les dommages ne sont pas limités au public. De nombreux artistes qui ont choisi d'ignorer les faits et de plaire au PCC ont non seulement induit le public en erreur, mais ont également dû faire face à leurs propres conséquences.


Une peinture trompeuse
Un exemple est "La terre est si belle". Il est accroché dans le Grand Hall du Peuple, le lieu officiel du Congrès national du peuple. Achevé en avril 1959 par les peintres Fu Baoshi et Guan Shanyue pendant la Grande Famine, il s'agissait d'une exquise dissimulation politique pendant une période de décès massifs dus à la famine.


Le sujet de la peinture provient d'un poème composé par Mao Zedong sur une scène enneigée dans le nord de la Chine. Après s'être épuisés à essayer d'interpréter les pensées de Mao exprimées dans le poème, les deux peintres ont décidé de se concentrer sur les magnifiques paysages du sud de la Chine avec une vue du nord de la Chine en arrière-plan. Le premier ministre de l'époque, Zhou Enlai, leur a demandé d'inclure un soleil rouge pour représenter Mao, tandis que le général Chen Yi a suggéré de mettre en valeur la beauté de la campagne.


L’œuvre terminée mesurait 9 mètres de large et 5,65 mètres de haut, et il a fallu quatre mois pour la peindre. Trente grands morceaux de papier de riz antique datant de la période Qianlong de la dynastie Qing et conservés dans la Cité interdite ont été utilisés. Le papier seul a coûté 1 800 yuans, alors que le revenu mensuel moyen n'était que de quelques yuans à l'époque. Les plumes à pinceau, l'encre et les teintures provenaient de la prestigieuse boutique de Rong Bao Zhai. Le dos de la peinture a été recouvert de soie pour plus de solidité et il a fallu plus de dix hommes forts pour l'encadrer à l'aide d'un support à trois couches.


Nulle part dans le tableau n'est évoquée la famine et la mort à l'échelle nationale. Lorsque le tableau a été achevé en avril 1959, environ 16 provinces - la moitié de la Chine - avaient signalé des pénuries de nourriture et une population affamée de 25 millions de personnes. Ces chiffres ne provenaient que des fonctionnaires qui osaient s'élever contre le politiquement correct. Les mensonges continuant, plus d'un million de personnes sont mortes de faim entre l'hiver 1959 et le printemps 1960 dans la seule ville de Xinyang, dans la province du Henan.


Comparée aux décès causés par la famine, la brutalité dont ont fait preuve les responsables du PCC à l'encontre de leur propre peuple était tout aussi ahurissante. Un document datant de 1961 et provenant du comté de Shangcheng, dans la ville de Xinyang, fait état de 45 cas de violence de ce type. Afin de soutirer aux habitants tout ce qui leur restait de nourriture, les fonctionnaires ont martelé le cerveau des gens avec des houes, coupé leurs doigts, rompu leurs tympans avec des fils, gravé des lettres sur leurs visages, cousu leurs bouches, brûlé leurs anus avec des tiges métalliques chaudes, enfoncé des branches de pin dans leurs vagins, brûlé des gens avec du kérosène, brûlé des bébés et enterré des gens vivants.


Selon Ding Shu, un historien chinois qui vit actuellement aux États-Unis, Mao était au courant de la situation mais a approuvé la brutalité. Bi Kedan, secrétaire du Parti dans un district de la province du Henan, était un ardent défenseur de la ligne du Parti. Cependant, après avoir résolu les problèmes et demandé des céréales à de plus hauts fonctionnaires, il a essuyé un refus et a été réprimandé à plusieurs reprises, et sa famille de cinq personnes a fini par se suicider.

Vérité contre imagination
Fu et Guan n'étaient pas les seuls. De nombreux autres artistes leur ont emboîté le pas. Li Keran, un autre peintre chinois, exposait dans les grandes villes telles que Guangzhou et Shanghai. Li soutenait ouvertement l'idée que les arts devaient être utilisés pour promouvoir le socialisme et le communisme. Outre la vision et la perception, il encourageait la déduction et l'imagination.


Alors que les citoyens chinois mouraient de faim, Li a visité la province du Guangxi et d'autres endroits en 1959. Il a ensuite peint "Guilin Scenery", qui dépeint une scène de paix et de prospérité. À cette époque, il a également produit de nombreuses œuvres à la gloire du PCC, notamment "Monts Liupan", "Longue Marche", "Rouge sur dix mille montagnes", etc.


En 1960, Li a peint "Vacher au printemps". Considéré comme l'une de ses meilleures œuvres, il a habilement dépeint un berger heureux dans un cadre rural idyllique. Le seul problème était sa déconnexion de la vie réelle.


Comparé à cette scène bucolique, l’écrivain Sha Qing a décrit un cas de cannibalisme dans son documentaire " Mémoire sur Da Di Wan ".


La situation dans le district de Tongwei, dans la province du Gansu, était désespérée. Lorsque toute la nourriture a disparu, les gens ont mangé presque tout ce qu'ils pouvaient trouver, y compris des écorces d'arbres, des enveloppes de blé et même le coton de leurs édredons, mais ce n'était toujours pas suffisant.


Dans une famille, il ne restait plus que le père, le fils et la fille. Un jour, le père, qui attendait la mort, est sorti du lit et a dit à sa fille de sortir. Quand elle est revenue, son jeune frère, qui était au lit, était introuvable. Mais elle a vu une substance huileuse dans l’eau bouillante et des os blancs à côté du wok. Effrayée, la jeune fille est sortie et n'a pas osé revenir.


Plusieurs jours plus tard, son père lui fait signe et lui dit d'une voix qu'elle ne lui avait jamais entendue jusque là : "Viens, viens..."


Terrifiée, la fille s'est recroquevillée derrière la porte. Alors que le père continuait à l'appeler, la fille pleurait. "Papa, s'il te plaît, ne me mange pas. Je peux ramasser du bois et cuisiner pour toi", a-t-elle dit. "Si tu me manges, il n'y aura personne pour t'aider."


Selon le journaliste chinois Yang Jisheng, environ 931 000 personnes sont mortes de la Grande Famine, soit environ 4,6 % de la population totale de la province du Guangxi, écrit-il dans le documentaire Tombstone.


Lors de la deuxième réunion du huitième Congrès national en mai 1958, Mao a déclaré que les guerres étaient synonymes de mort et qu'il en avait vu beaucoup. "Il y a eu de nombreuses fois dans l'histoire où la population a été anéantie de moitié. Nous n'avons pas l'expérience des guerres atomiques - qui sait combien de personnes pourraient survivre ? Probablement la moitié ou un tiers. Il y a plus de deux milliards de personnes dans le monde. Si même plus de la moitié d'entre eux mouraient, le nombre serait rétabli en quelques décennies."


Lorsque les artistes officiels produisaient des œuvres élégantes pour promouvoir le PCC, peut-être n'ont ils jamais réalisé les larmes, le sang et la tristesse infinie en arrière-plan.


Un groupe d’élite
Dans Le Manifeste communiste, Karl Marx a écrit : "Les communistes dédaignent de dissimuler leurs opinions et leurs objectifs. Ils déclarent ouvertement que leurs fins ne peuvent être atteintes que par le renversement forcé de toutes les conditions sociales existantes. Que les classes dirigeantes tremblent devant une révolution communiste." Ironiquement, une fois au pouvoir, la nouvelle élite réprimerait férocement les citoyens ordinaires sans être incommodés par les cris de douleur.


Lorsque Fu et Guan travaillaient sur "The Land Is So Beautiful" en 1959, ils ont demandé du vin à Zhou. Zhou leur a donné des caisses de Maotai, un vin de premier choix exclusivement réservé aux hauts fonctionnaires de l'époque. Le personnel de l'hôtel a déclaré plus tard avoir trouvé 120 bouteilles de Moutai vides dans la chambre de Fu pendant les quatre mois où il a travaillé sur le tableau.
Toujours pendant la Grande famine, Fu, alors vice-président de l'Association des artistes chinois, a emmené 12 artistes en septembre 1960 pour une Longue marche de l'art de trois mois afin de trouver de nouvelles idées pour promouvoir le PCC.


Sur la route, les artistes ont voyagé en première classe, ont séjourné dans les meilleurs hôtels et ont profité des meilleurs repas et divertissements. Le niveau était le même que celui des représentants de l'Assemblée nationale populaire (ANP) et de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC).


Lorsque ces artistes se sont rendus dans la province du Sichuan, le directeur du département de la propagande les a régalés de toutes sortes de mets, dont plus de 20 types de cuisines. "Nous avons tout aimé au début et nous nous sommes gavés ", a écrit un artiste. "Plus tard, nous nous sommes frottés l'estomac en disant que nous ne pouvions plus manger. Mais les plats ont continué à arriver..."


Bien nourris et menant une vie de luxe, ces artistes n'ont pas perdu de temps et ont produit de nombreuses œuvres faisant l'éloge de la "prospérité" du PCC, telles que "Free Food in the People's Commune", "People's Dining Hall on Mount Emei", etc.


Ce n'est pas que ces artistes n'avaient aucune idée de ce qui se passait dans le pays, ils ont simplement choisi de l'ignorer. "Au mont Lingyun, dans la ville de Leshan (également dans la province du Sichuan), nous avons vu le corps d'une vieille femme au bord de la route. Elle était vêtue de haillons et son visage était pâle, apparemment morte à cause de la famine et la malnutrition à long terme", a écrit un artiste. "Nous avons juste baissé la tête et sommes passés ".


Alors que ces artistes profitaient de leurs merveilleux trois mois de la Longue Marche de l’Art, de l’hiver 1958 à l’hiver 1962, dans la province du Sichuan où ils sont passés, les habitants étaient affamés. Selon Yang, environ 7,97 millions de personnes sont mortes de faim dans la seule province du Sichuan.


Victimes de la Terreur rouge
Bien que ces artistes aient mis leur talent - et leur conscience - au service du régime communiste, ils n'ont pas pu échapper aux conséquences désastreuses qui ont suivi.


Guan a été attaqué peu après le début de la Révolution culturelle en 1966. Parce que certaines des branches de prunier qu'il avait peintes pointaient vers le bas (dao mei, qui a la même prononciation que "malchance"), il a été ciblé pour avoir "maudit le socialisme". Il a été contraint de peindre et envoyé dans des camps de travaux forcés. Après avoir été autorisé à retravailler à la fin de la Révolution culturelle en 1976, il s'est assuré que toutes les branches de prunier qu'il avait peintes pointaient vers le haut pour éviter de nouvelles attaques.


Fu est mort d'une attaque cérébrale juste avant la Révolution culturelle. Il n'en a pas moins été attaqué : sa tombe a été détruite, sa maison saccagée et ses enfants pris pour cible. Ses pairs pensaient que, s'il n'était pas mort, il aurait subi le même sort.


Juste après le début de la Révolution culturelle, Li a également été arrêté, ses biens personnels confisqués et sa maison occupée. Ses œuvres - y compris celles qui faisaient l'éloge du PCC - ont été attaquées comme étant contre-révolutionnaires. Certains l'ont qualifié de "timide comme un moineau effrayé".


D'autres artistes ont connu des sorts similaires. Ye Qianyu, Luo Gongliu et Huang Yongyu, de l'Académie centrale des beaux-arts, ont tous été attaqués. "La grande unité du peuple chinois" que Ye avait peinte en 1953 et qui faisait l'éloge du PCC a été prise pour cible. Les gardes rouges ont qualifié la peinture de "groupe de monstres entourant le président Mao". Ils l'ont fouetté avec des ceintures à bouts métalliques jusqu'à ce qu'il gise sur le sol, en sang.


Dans ses mémoires, Ye a écrit que lui et trois autres artistes (Li Keran, Li Kuchan et Guo Weiqu) étaient affectés au nettoyage des toilettes. Huang Zhou, un artiste militaire célèbre pour avoir dessiné un âne, a peint "La danse de la fleur de lotus" pendant la Grande famine. Bien qu'il ait passé sous silence cette époque tragique, il a été l'un des premiers artistes à être pris pour cible après le début de la Révolution culturelle, lorsque les gardes rouges l'ont qualifié d'"artiste sombre contre-révolutionnaire".


Shi Lu est devenu célèbre grâce à sa pièce intitulée "Moving to Northern Shaanxi", qui mettait en avant Mao et la Longue Marche. Cependant, son film, intitulé "Liu Zhidan", a été dénoncé en 1964, tout comme "Moving to Northern Shaanxi" en 1966. Plus tard, il a failli être exécuté mais a survécu en raison de ses troubles mentaux.


Plusieurs décennies se sont écoulées, mais la brutalité et les mensonges du PCC se poursuivent. Alors que le régime fait avancer son programme communiste dans le monde entier, de nombreuses personnes ont mal interprété le PCC, les entraînant sur un chemin d’incertitude. Nous espérons que cet article nous aidera à voir les choses plus clairement et à prendre les bonnes décisions à ce carrefour de l’histoire.


Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.

Version anglaise:
After Misleading the Public to Please the CCP, These Chinese Artists Faced Consequences

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.