L'UE, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada s'unissent pour sanctionner les auteurs de violations des droits humains au Xinjiang, en Chine

Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publié une série de documents chinois ayant fait l’objet d’une fuite et révélant l’oppression systématique utilisée pour effacer l’identité culturelle des Ouïghours. (Image / ICIJ)


Un effort coordonné a été lancé le 22 mars 2021 pour sanctionner plusieurs violateurs des droits humains dans la province du Xinjiang, en Chine.


Les listes de sanction comprennent Zhu Hailun (secrétaire adjoint du Parti du Xinjiang), Chen Mingguo (chef du bureau de la sécurité publique du Xinjiang), Wang Mingshan (secrétaire du Parti du comité des affaires politiques et légales du Xinjiang, CAPL) et Wang Junzheng (ancien secrétaire du Parti de la CAPL). au Xinjiang, actuel secrétaire adjoint du Parti du Xinxjiang).


C'est la première fois que l'UE et le Royaume-Uni unissent leurs forces pour sanctionner les responsables du Parti communiste chinois (PCC) pour violations des droits de l'homme. L'UE et le Royaume-Uni, ainsi que le Canada, ont décidé de sanctionner les quatre fonctionnaires mentionnés ci-dessus. Les États-Unis ont annoncé qu'ils sanctionneraient Chen Mingguo et Wang Junzheng.


La sanction comprend des interdictions de voyager et le gel des avoirs. Il s'agit d'une continuation des actions pour contrer les violations des droits de l'homme par le PCC. Le 9 juillet 2020, l'ancienne administration américaine a annoncé qu'elle sanctionnerait le Bureau de la sécurité publique du Xinjiang et quatre fonctionnaires du PCC, dont Chen Quanguo, secrétaire du Parti du Xinjiang.


En plus de réprimer le groupe minoritaire des ouïghours, Chen a également dirigé la persécution du Falun Gong au Xinjiang depuis qu'il a été nommé au poste actuel en août 2016. Des rapports antérieurs de Minghui ont montré que Chen avait intensifié les violations des droits de l'homme contre les pratiquants de Falun Gong au Xinjiang ces dernières années.


Antécédents de violation des droits de l'homme
L'organisation non gouvernementale (ONG) Human Rights Watch a publié son Rapport mondial 2021 le 13 janvier dernier. "L'autoritarisme du gouvernement chinois a été pleinement affiché en 2020 alors qu'il était aux prises avec l'épidémie mortelle de coronavirus signalée pour la première fois dans la province de Wuhan. Les autorités ont d'abord couvert les informations sur le virus, puis ont adopté des mesures de quarantaine sévères à Wuhan et dans d'autres régions de Chine", écrit le rapport. "Le gouvernement a rejeté les appels internationaux en faveur d'enquêtes indépendantes et sans entraves sur la gestion de l'épidémie par les autorités chinoises, et a surveillé et harcelé les familles des personnes décédées du virus."


La répression de la population par le PCC s'est également manifestée dans d'autres domaines, comme la loi de sécurité nationale imposée à Hong Kong, la détention et le lavage de cerveau des Ouïgours au Xinjiang, et la persécution religieuse au Tibet.


D'autres agences gouvernementales, ONG et organisations de défense des droits de l'homme ont également reconnu la brutalité de la Chine. Par exemple, Freedom House a publié son rapport "Freedom in the World 2000" le 4 mars de l'année dernière. Sur 100 points, la Chine n'a obtenu que 10 points et elle continue d'être considérée comme l'un des pays les moins libres.


Un mois plus tard, la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) a publié son rapport annuel. "En 2019, les conditions de la liberté religieuse en Chine ont continué à se détériorer", écrit le rapport. En conséquence, pour la 21e année consécutive, la Chine a été désignée comme un "pays particulièrement préoccupant" (CPC).


Le 9 septembre 2020, plus de 300 ONG ont soumis une lettre à Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies (ONU) et Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. La lettre appelait à une enquête internationale sur les violations des droits de l'homme en Chine et appelait à une "action décisive".


Le Département d'État des États-Unis a publié le rapport sur les droits de l'homme 2019 le 26 octobre 2020. "Les principaux problèmes relatifs aux droits de l'homme comprenaient: les meurtres arbitraires ou illégaux commis par le gouvernement; disparitions forcées par le gouvernement; torture par le gouvernement; détention arbitraire par le gouvernement; les conditions de détention et de détention difficiles et potentiellement mortelles; prisonniers politiques; ingérence arbitraire dans la vie privée; problèmes importants liés à l'indépendance du pouvoir judiciaire; attaques physiques et poursuites pénales contre des journalistes, avocats, écrivains, blogueurs, dissidents, pétitionnaires et autres ainsi que des membres de leur famille; censure et blocage de sites; l'ingérence dans les droits de réunion pacifique et la liberté d'association, y compris les lois trop restrictives qui s'appliquent aux organisations non gouvernementales (ONG) étrangères et nationales; restrictions sévères de la liberté religieuse; des restrictions substantielles à la liberté de mouvement (pour les déplacements à l'intérieur du pays et à l'étranger)… " écrit le rapport.


La situation des droits de l'homme en Chine a été largement critiquée au cours des dernières décennies par des organisations telles que les Nations unies, le Département d'État américain, Amnesty International, Human Rights Watch, etc. La violation des droits de l'homme en Chine a toujours été l'objet d'une attention particulière. Cependant, le PCC les a ignorées et ne montre aucune intention d'amélioration.


Sanction contre les contrevenants des droits de l'homme
La protection des droits humains fondamentaux est un consensus entre les nations démocratiques. En 2016, les États-Unis ont adopté le Global Magnitsky Act pour punir les violateurs des droits humains et les fonctionnaires corrompus. Le Département d'État américain a publié un communiqué de presse le 20 décembre 2019 pour annoncer avoir renommé la Chine et plusieurs autres pays en tant que "pays particulièrement préoccupants" en vertu de l'International Religious Freedom Act de 1998 pour avoir engagé ou toléré " des violations constantes [et] flagrantes de la liberté religieuse. "


Des progrès constants ont été accomplis par les fonctionnaires du Département d'État. "En octobre, nous avons imposé des restrictions de visa aux responsables du gouvernement chinois et du Parti communiste" pour violations des droits de l'homme. En décembre, "le gouvernement américain a annoncé la désignation de 68 personnes et entités dans neuf pays pour corruption et violations des droits de l'homme en vertu de la loi Global Magnitsky".


Après qu'un avis ait été publié par Minghui en mai 2019, plus de 100 000 personnes ont été incluses dans la liste de ceux impliqués dans la persécution du Falun Gong en Chine. Le gouvernement américain a précisé que, la liste des noms pouvait être fournie aux fonctionnaires américains tant qu'il y avait des cas de persécution. Même si les auteurs de violations des droits de l'homme et les membres de leur famille sont entrés aux États-Unis, des mesures pourraient être prises pour révoquer leurs visas ou les expulser. De telles mesures empêcheraient les auteurs de violations des droits de l'homme de venir aux États-Unis pour trouver un refuge sûr pour leurs crimes.


Le Conseil européen a adopté une décision et un règlement établissant un régime mondial de sanctions relatives aux droits de l'homme le 7 décembre 2020. "Le cadre des mesures restrictives ciblées s'applique à des actes tels que le génocide, les crimes contre l'humanité et d'autres violations ou abus graves des droits de l'homme (par exemple la torture, esclavage, exécutions extrajudiciaires, arrestations ou détentions arbitraires) ", écrit un communiqué de presse sur le site Internet du Conseil européen.


"Ces mesures restrictives prévoiront une interdiction de voyager s'appliquant aux particuliers et le gel des fonds s'appliquant à la fois aux particuliers et aux entités. En outre, il sera interdit aux personnes et entités de l'UE de mettre des fonds à la disposition des personnes listées, directement ou indirectement ", poursuit le communiqué.


Sur cette base, les pratiquants de Falun Gong ont soumis une liste des auteurs des droits humains à 29 gouvernements au début de décembre 2020, leur demandant de prendre des mesures contre la persécution du Falun Gong en Chine. Ces pays comprennent les Five Eyes (Australie, Canada, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, États-Unis), 18 pays de l'Union européenne (Allemagne, France, Italie, Espagne, Pays-Bas, Pologne, Belgique, Suède, Autriche, Irlande, Danemark, Finlande, République tchèque, Roumanie, Portugal, Hongrie, Slovaquie, Slovénie) et 6 autres pays (Japon, Corée du Sud, Suisse, Norvège, Liechtenstein, Mexique).


Les pratiquants de Falun Gong au Canada ont également lancé une pétition appelant le gouvernement canadien à sanctionner les fonctionnaires chinois sur la base de la loi Magnitsky. Plus de 20 000 signatures ont été obtenues en un mois. En juillet 2020, les pratiquants canadiens ont également soumis une liste au ministre des Affaires étrangères. Ce document de 300 pages énumère 14 personnes impliquées dans le crime anti-humanité, comprenant Jiang Zemin (ancien dirigeant du PCC qui a lancé la persécution du Falun Gong en 1999), Luo Gan (ancien secrétaire du Parti du comité des affaires politiques et légales), Liu Jing (ancien chef du bureau central 610) et Zhou Yongkang (ancien ministre de la sécurité publique).


À l'échelle mondiale, 28 pays ont mis en œuvre ou prévoient d'introduire des lois similaires à la loi Magnitsky. Cela comprend l'interdiction d'entrée des auteurs de violations des droits de l'homme et le gel de leurs avoirs.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par le droit d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée mais nécessite une attribution avec le titre de l'article et un lien vers l'article original.

Version anglaise:
EU, UK, US and Canada Join Together to Sanction Human Rights Perpetrators in Xinjiang, China
Version chinoise:
欧英美加制裁中共-人权恶棍难逃追诉

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.