Chercher les notions qui entravent mon amélioration

Le 31 mai 2019, je me suis rendue dans un village proche pour clarifier les faits à propos du Falun Dafa (aussi appelé Falun Gong). Quelqu'un m'a dénoncé et j'ai été arrêtée par la police locale.


Arrêtée et interrogée
Quatre policiers ont menotté de force mes bras derrière mon dos. Un d'eux m'a blessé aux bras, me donnant l’impression d’être une criminelle. Mon cœur était rempli de sentiments de perdre la face, de haine et de pensées de revanche. J'ai hurlé aux policiers: "Je suis une faible femme, et vous autres à quatre vous me traitez de cette façon? Ne craignez-vous pas la rétribution [karmique]?" Un d' eux m'a répondu que je n'étais pas faible. J'étais choquée--oui, j'ai le Maître--comment pourrais-je être faible?


Au poste de police, ils m'ont prélevé un échantillon de sang, et pris mes empreintes digitales et palmaires. J'ai essayé de résister, mais j'ai senti que je me livrais à un combat de personne ordinaire sans les pensées droites d'un pratiquant.


Deux policiers m'ont interrogée. Un d'entre eux était très froid. Je craignais qu'ils me torturent. Je me suis adressée à eux d'une voix forte.


J'ai commencé à leur clarifier les faits, espérant anxieusement qu'ils comprennent et me libèrent. J’ai essayé de les avertir en mentionnant des cas de hauts fonctionnaires gouvernementaux qui avaient persécuté le Falun Gong et fait face à la rétribution karmique. Le policier froid a répondu qu'il connaissait tous ces cas. ils sont alors sortis pour déjeuner.


A leur retour, ils m'ont emmenée dans un centre de détention, où j'ai été détenue pendant sept jours.
Tout au long du processus, je n’ai pas ressenti de compassion. Je tentais seulement de leur expliquer quel serait leur sort s'ils persécutaient Falun Gong. Ce n'était pas réellement pour leur propre bien, puisque je nourrissais des motivations égoïstes en leur clarifiant les faits.


Le Maître a dit :

    "Le véritable shan, c’est ce qu’un pratiquant obtient dans la cultivation et pratique et en cultivant la bienveillance, et c’est un véritable shan qui résulte de sa cultivation. Dans vos interactions avec les êtres, parce que votre côté humain n’a pas encore achevé la cultivation, vous ne pouvez pas pleinement manifester votre côté divin qui a réussi la cultivation. Quand il le faut, vous devez être rationnel et lucide comme un pratiquant, permettre à vos responsabilités et à vos pensées droites de vous diriger et c’est seulement ainsi que votre véritable shan peut se manifester. C’est la différence entre un pratiquant et une divinité. Et c’est ce que signifie la compassion – ce n’est pas une manifestation intentionnelle, ce n’est pas une démonstration de préférence humaine, bien ou mal, ce n’est pas « si vous êtes bon envers moi, alors je serai bienveillant envers vous. » C’est inconditionnel, sans pensée de récompense, complètement pour le bien des êtres vivants. Lorsque cette bonté compatissante émerge, sa puissance est sans égale et peut désintégrer n’importe quel facteur mauvais. " ("Enseignement de Loi à la Conférence Internationale de Loi de Washington DC 2009", Enseignement de Fa dans les conférences ,Vol. IX)


En évaluant mon attitude par rapport au Fa, je me suis sentie honteuse. Après avoir cultivé pendant tant d'années, je prenais encore l'approche d'une personne ordinaire pour lutter contre les policiers plutôt que d'utiliser la compassion d'un pratiquant pour leur faire face.


Regarder à l'intérieur
Après avoir été libérée, j'ai calmement regardé en moi. Avant cet incident, le Maître m'avait fourni des indices. Dans un rêve, j'ai vu que j'avais été dénoncée par une mauvaise personne alors que je clarifiais les faits. Je me suis enfuie, après quoi, je me suis réveillée.


Je savais que je ne devais pas laisser les forces anciennes me persécuter, même si j’avais des failles dans la cultivation . Je me suis dis que j’allais me rectifier avec le Fa et que je n'avais pas besoin d'elles pour me tester.


Cependant, depuis quelque temps, je ne lisais pas le Fa calmement ni ne sentais beaucoup d'améliorations. Je faisais les trois choses juste comme si je terminais quelques tâches. En faisant les trois choses, je me sentais épuisée.


Dans un tel état, je n'avais pas le pouvoir de Fa en faisant les choses, parce que j'avais dévié du Fa. Je savais aussi que je ne me comportais pas comme une pratiquante, même si, en surface, je continuais à en garder l'image. En réalité, durant cette période, le faux moi avec toutes sortes de notions humaines me contrôlait.


Plus important, après avoir cultivé durant tant d'années, j'étais encore facilement influencée, dans mes pensées et mon comportement, par la haine et les facteurs démoniaques. Dans ma vie quotidienne, je luttais très rarement avec les autres ni n’ avais de conflits physiques. Je pensais que mon comportement était ce qu'il devait être. Cependant, lorsque j'ai été arrêtée par les policiers, en particulier lorsqu'ils m'ont physiquement attaquée, je me suis sentie humiliée et insultée. L'attachement à perdre la face et à l'honneur m'a amenée à me battre avec eux, et j'ai oublié la manière dont un pratiquant devrait se comporter.


Le Maître a dit :

    "La peine que nous ressentons dans les conflits et les tensions avec les autres dépasse même la douleur du corps. Je dis que la douleur physique est la plus facile à supporter, on serre les dents et ça passe. C’est dans les intrigues mutuelles que le cœur est le plus difficile à maîtriser." (Quatrième Conférence, Zhuan Falun)


Faire les trois choses comme une personne ordinaire
Ces dernières années, bien que faisant les trois choses tous les jours, mes pensées et mon comportement ne se conformaient pas au critère du Fa. Je ne cultivais pas solidement et n'avais pas une compréhension correcte de la relation entre la cultivation personnelle et la cultivation de la rectification de Fa.


Le Maître a dit :

    "Quoi qu'il en soit, puisqu'en tant que pratiquants, vous savez que tout ce que vous faites dans la société actuellement, y compris votre propre vie personnelle, relève du cadre de la cultivation et pratique, alors vous devriez prendre encore plus au sérieux tout ce qui se déroule autour de vous et prendre plus au sérieux cette forme sans forme de cultivation et pratique." ("Enseignement de la Loi donné à Manhattan", Enseignement de Fa dans les conférences, Vol X )


Mais je séparais la cultivation et faire les choses, je ne me disciplinais pas rigoureusement moi-même dans ma vie quotidienne et mon corps physique éprouvait encore certains problèmes. Je ne pouvais pas lire la Loi calmement et ne pouvais pas rester debout jusqu'à minuit pour émettre les pensées droites. J'avais été interféré par les forces anciennes.


Si une personne ne se cultive pas en se basant sur le Fa, tout ce qu'il ou elle fait est basé sur la manière de faire des gens ordinaires, non d'une personne qui cultive. Si cet état se prolonge, le faux soi recouvrira le vrai soi, et on entrera dans un état dans lequel on le traitera comme terminer une tâche.


J'ai réalisé qu'il est important de distinguer le vrai du faux soi. Si une personne peut les distinguer, elle peut désintégrer la persécution des forces anciennes. Pendant ce temps, nous devons émettre des pensées droite pour éliminer le faux soi, qui est constitué de notions humaines, d’égoïsme, de la nature démoniaque et la mentalité de lutte. Il est nécessaire d'éliminer le mécanisme égoïste de l'ancien univers.


Le Maître a dit :

    "...on a par exemple quelque part une tumeur, une inflammation, une protubérance osseuse, etc.; c’est que dans l’autre espace il y a une entité intelligente tapie là, dans un espace très profond il y a une entité intelligente." (Septiéme conférence, Zhuan Falun )


Donc, nous devons émettre des pensées droites afin d’éliminer la substance négative, composée de peur, de karma de pensée, de désirs lubriques, de recherche de confort, de haine et de jalousie.
J'ai fait un rêve dans lequel je me trouvais dans une grotte profonde et sombre avec de l'eau. J'ai vu un être mi-tortue, mi-animal affreux et velu s'enfuir et j'ai été, alors, sauvée de la grotte. Je savais que mon faux moi s'était enfui et que mon vrai moi s'était réveillé.


Alors que la rectification de Fa approche de son terme, nous devons réfléchir sérieusement à de nombreux problèmes, tels que quels types de notions ont entravé notre amélioration. Ces notions sont-elles protégées par notre faux soi ? Avons-nous obtenu des compréhensions suite à notre étude de Fa quotidienne? Faisons-nous les trois choses avec les notions d'une personne ordinaire ou avec les pensées d'un être divin? Suivons-nous notre attachement au confort? Utilisons-nous notre nature de Bouddha pour éliminer ces attachements? Si nous ne nous mesurons pas en fonction des exigences de haut niveau du Fa, nos vrais sois resteront recouverts


Version anglaise disponible à:
http://en.minghui.org/html/articles/2020/5/6/184363.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.