Membres de famille et soutiens de quatre pratiquants empêchés d’assister à l’audience au tribunal

Plus d’une centaine d’agents de police et de la police armée étaient stationnés à l’extérieur de la salle d’audience provisoire le 13 septembre 2016. Toute personne souhaitant assister à l'audience a été empêchée d’entrer dans le centre de détention numéro un de Maoming, à l'exception de deux membres de la famille de chaque défendeur.


Les autorités judiciaires de la ville de Maoming, province du Guangdong tenaient une audience pour quatre pratiquants de Falun Gong.


Les pratiquants-M. Ke Zhengji, Mme Xie Yilan, M. Mai Zhizhong, et Mme Li Suming- avaient été arrêtés le 19 novembre de l’année dernière. Ils ont été détenus au centre de détention depuis.


C’était la première audience pour eux tous. Les autorités ont décidé de la tenir dans la salle d'audience du centre de détention au lieu du tribunal.


Le juge interrompt à plusieurs reprises les déclarations de défense des avocats

L'audience a commencé à 9 heures, et avant même que les avocats de M. Ke et Mme Xie puissent plaider non coupable, le juge Li Zhiqiang les a interrompus à plusieurs reprises.


Wen Donghai, l'avocat de Mme Ke, a alors déclaré : " Les déclarations du juge sont préjudiciables aux accusés. Nous demandons que le juge se désiste de l'affaire ".


L'audience a été levée pendant cinq minutes. Après qu’elle ait repris, le juge n’a cessé d’interrompre la défense des avocats quand ils parlaient.


Les avocats de la défense ont fait valoir que la Constitution chinoise protège la liberté d'un citoyen d’avoir sa propre croyance et religion, et qu'il n'y a aucune loi en Chine qui définisse le Falun Gong comme étant illégal. La pratique du Falun Gong n’est pas un crime, a soutenu l’avocat, mais c’est la persécution du Falun Gong par Jiang Zemin et ses partisans qui est un crime.


L'audience a duré huit heures et demie.


Les autorités empêchent les membres de la famille d'assister à l'audience

Le tribunal du district de Maonan de la ville de Maoming a averti les familles de M. Ke et Mme Xie le 8 septembre qu’ils devaient demander l'autorisation d'assister à l'audience.


Quand les familles sont arrivées à la cour, le personnel leur a dit que seuls deux membres de chaque famille seraient autorisés à assister à l'audience.


Le mari de Mme Xie a déclaré : " Nous avons trois fils et trois belles-filles. Pourquoi ne laisseriez-vous entrer que deux personnes? "


Avant l'audience, le bureau 610 de la ville de Maoming a demandé à chaque comité résidentiel de rue de surveiller les pratiquants de Falun Gong dans leur région et de faire en sorte qu'ils n’assistent pas à l'audience.


La police a rendu visite au pratiquant M. Zhu Shixiong dans son magasin le 11 septembre. M. Zhu a dit qu'il était occupé et il est parti.


Ce même jour, plusieurs personnes sont allées chez la pratiquante Mme Chen Yuping, mais elle n’était pas chez elle.


Mme Tao Yonghong a été harcelée chez elle par une vingtaine de personnes de son comité résidentiel le 12 septembre. Puis un policier du commissariat local est arrivé. Ils l'ont emmenée au poste de police et détenue pendant toute la nuit. Le président de son comité résidentiel est personnellement resté avec elle toute la nuit.


Mme Tao a essayé de rentrer chez elle le lendemain matin. Son président de comité résidentiel a appelé quatre policiers pour l'enfermer dans une pièce. Elle n'a été libérée qu'à 15 heures.


Près de 100 agents de police et de la police armée se sont rassemblés devant la porte du centre de détention le matin de l'audience. Plus d'une douzaine de voitures étaient garées des deux côtés de la rue, ne laissant qu’un étroit passage pour les voitures. Derrière la porte du centre de détention, 20 à 30 véhicules étaient garés.


Plusieurs pratiquants de Falun Gong sont arrivés au centre de détention et ont tenté d'entrer dans la salle d'audience, mais ont été bloqués à l'extérieur. Des policiers en civil ont utilisé leurs mobiles pour prendre les pratiquants en photo, ils ont entouré chaque pratiquant et leur ont ordonné de quitter les lieux.


Un pratiquant a dit : " Je suis ici pour soutenir mes amis, mais vous ne me permettez pas d’assister à l'audience. Pourquoi a-t-elle lieu au centre de détention et non à la cour de district ? De quoi avez-vous peur? Vous avez amené ici beaucoup de vos gens. Pourquoi ne pouvons-nous pas rester ici? "


La police en civil a également demandé aux pratiquants de montrer leurs pièces d’identité. L'un d'eux a déclaré : " Avant que je réponde à votre demande, je voudrais savoir qui vous êtes et pour qui vous travaillez. " La police n’a pas voulu s’identifier.


Version chinoise :
广东茂名四位好人被开庭-律师请法官回避

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.