Un ancien maire de Kiev en Ukraine : "Le communisme est une maladie "

Depuis mai, plus de 20.000 plaintes pénales ont été déposées contre l'ancien dirigeant chinois Jiang Zemin pour avoir persécuté le Falun Gong. Elles ont été soumises à la cour suprême et au parquet suprême en Chine avant qu’une copie ne soit fournie à Minghui.


L’Ukraine, une nation, autrefois sous un régime communiste du fait de son appartenance à l'Union soviétique, a été très favorable à ce mouvement. "La chose la plus importante est que le jour viendra où les responsables seront traduits en justice", a fait remarquer une avocate réputée en Ukraine Anna Maliar.


Le parlement ukrainien a approuvé une législation en avril, condamnant le gouvernement communiste au pouvoir entre 1917 et 1991 comme étant un régime criminel. Le président Porochenko l’a officiellement signée le 15 mai, interdisant la propagande, les symboles et souvenirs communistes. Son également interdits les noms de lieux, les monuments et les plaques glorifiant les héros soviétiques, les drapeaux soviétiques, et les slogans communistes.


La loi s’applique également au régime nazi, qui a occupé et contrôlé l’Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale.


Lors d'un forum organisé par le Centre Tuidang (Quitter le PCC) à Kiev le 11 juin, l'ancien maire de Kiev Oleksandr Mosiyuk a commenté : « Le communisme est une maladie. » Le forum portait sur le nombre croissant de Chinois démissionnant du Parti communiste chinois ( PCC) et ses organisations affiliées, qui avait atteint les 200 millions en avril 2015.


"Plus de 10 millions d'Ukrainiens sont morts à cause du communisme. En Chine, ce nombre a atteint 80 millions", a déclaré Oleksandr. "Nous devons mettre fin au communisme et à tout ce qui lui est lié "


Travaillant actuellement en tant que conseiller pour les membres du Parlement, Oleksandr a dit que cette tendance était inévitable mais que de nombreux pays devaient la soutenir.


Lech Walesa, ancien président polonais et lauréat du prix Nobel de la paix, a envoyé une lettre à la tribune pour soutenir le mouvement Tuidang. Il écrivait entre autre : "Je crois profondément que rien ne sera en mesure d'arrêter [ce mouvement]. Personne ne peut empêcher l'esprit de liberté et de vérité".


La Pologne a adopté une loi en mars 2007 exigeant que les individus déclarent s’il leur était arrivé de travailler en tant qu’informateurs pour les services de sécurité communistes.


Une experte en crimes politiques défendant la récente législature pour censurer le communisme, le procureur Maliar a approuvé Oleksandr et déclaré: " Il y a des similitudes entre les crimes commis par le Parti communiste en Chine et en Ukraine. Sans communisme, toute nation sera plus forte. " Plus tôt les chinois renonceront à leur connexion avec le Parti, plus tôt ils gagneront leur liberté et seront capable de travailler pour un avenir meilleur ", a-t-elle ajouté.


Le mouvement " Quitter le PCC" est étroitement lié aux poursuites récemment intentées contre Jiang. En tant que chef du gouvernement et principal dirigeant du PCC, Jiang a lancé la persécution du Falun Gong en 1999. Depuis lors, un nombre incalculable de pratiquants ont été arrêtés, détenus, soumis au lavage de cerveau, envoyés dans des camps de travaux forcés, torturés, et se sont vus prélever leurs organes. Au moins 3864 d'entre eux ont été confirmés morts suite à la torture en détention.


Traduit de l’anglais :
Former Mayor of Kiev, Ukraine: “Communism Is a Disease”

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.