Un conseiller municipal australien repousse les exigences déraisonnables du consulat de Chine

" Le Falun Gong est légal dans notre pays. Le consulat de Chine à Sydney ne représente pas la communauté australienne chinoise." Telle a été la réponse de John Hugh, conseiller municipal de Parramatta à l'accusation du consulat de Chine que " M. Hugh n'était pas le bienvenu dans les communautés chinoises."


Le maire de Parramatta, une banlieue de Sydney, a invité M. Hugh à l'événement de célébration du Nouvel An chinois au consulat de Chine à Sydney début février. Le consulat a refusé de recevoir M. Hugh et donné l'explication qui précède.


M. Hugh, qui est d'origine chinoise, a dit connaître la vraie raison derrière le camouflet du consulat chinois : son soutien au Falun Gong, un groupe de méditation pacifique que le Parti a soumis à une persécution brutale ces 16 dernières années.


John Hugh, conseiller municipal de Parramatta, une banlieue de Sydney, Australie.

Ce n'était pas la première fois que le consulat de Chine essayait de l'empêcher de participer à des évènements de la communauté locale. Alors que le maire et lui soient sur le point de conduire une délégation pour visiter deux villes en Chine en juin dernier, les fonctionnaires consulaires ont demandé à les rencontrer.


" Je pensais que c'était des procédures ordinaires pour les visas, mais la troisième chose que le membre du personnel du consulat a mentionné était : " Il semble que vous souteniez le Falun Gong ?", s'est rappelé M. Hugh.

Le membre du personnel lui a dit que le Falun Gong était illégal. M. Hugh a répondu :" Il est légal dans notre pays. J'ai des amis du Falun Gong. " Le membre du personnel a conseillé à M. Hugh de " prendre ses distances d'avec le Falun Gong", et même de "rompre ses liens avec le Falun Gong. " Ces deux phrases ont été souvent employées tout au long des nombreuses "campagnes politiques" du régime communiste pour réprimer divers groupes, et sont donc empreintes d'une signification sinistre pour toute personne élevée dans la culture du Parti.


M. Hugh a refusé de céder aux exigences déraisonnables, alors Wang Yun, le vice-consul a déclaré au maire : " John Hugh n'est pas le bienvenu. " En réponse aux "recommandations" du consulat, le maire a dit que si John ne pouvait pas se rendre en Chine, l'ensemble de la délégation n'irait pas non plus.


Selon M. Hugh, Wang a fait deux demandes : d'abord, ne participer à aucune manifestation de soutien dénonçant les assassinats pour des organes en Chine ; deuxièmement, ne participer à aucun événement " politique" du Falun Gong.


Wang a souligné à deux reprises : "C'est une requête."La réponse de M. Hugh a été : "J'ignore votre requête. "


Il a donné des détails sur sa réponse :" J'ai été accusé d'être contre le consulat de Chine parce que j'ai participé au défilé de la Journée mondiale du Falun Dafa en mai dernier. Le Falun Gong est une organisation communautaire légale. Le défilé a obtenu un permis de la ville. En tant que conseiller municipal en Australie, je n'ai besoin de l'approbation de personne pour me joindre à un événement communautaire, le devrais-je ? Pourquoi le vice-conseiller du consulat de Chine tente-t-il d'influencer ma décision ? "


M. Hugh a dit avoir démissionné du Parti communiste et de ses organisations affiliées sur le site Epoch Times il y a de nombreuses années.

John Hugh (tout à fait à droite) et Andrew Wildon (2e en partant de la droite), tous deux conseillers de Parramatta, se sont joints au défilé de la Journée mondiale du Falun Dafa, le 13 mai 2014 à Sydney.

Quant à la déclaration du consul de Chine que "M. Hugh n'est pas le bienvenu dans la communauté chinoise en Australie", il a dit que son expérience personnelle est tout le contraire. Les dirigeants de la communauté chinoise le soutiennent à la fois publiquement et en privé. Même ces dirigeants qui sont proches du consulat de Chine lui ont envoyé des messages de soutien, tels que : " Vous avez fait la juste chose."


"Je crois que les gens sont au courant. Ils savent ce qui se passe", M. Hugh a dit que sa résistance au consulat de Chine lui a valu un respect et un lien particulier avec la communauté chinoise locale.


Version anglaise :
Australian City Councillor Says No to Unreasonable Demands of Chinese Consulate

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.