Le prélèvement forcé d’organes objet d’une attention particulière dans les pays d’Europe du Nord

La question du prélèvement forcé d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant en Chine a récemment suscité beaucoup d'attention dans les pays d’Europe du nord. Politiciens, médias, et professionnels médicaux ont exprimé leur opposition à l’assassinat de personnes à la demande pour leurs organes. Outre attirer l’attention sur ces atrocités, divers groupes, tous partis confondus, réfléchissent à différentes solutions pour mettre fin à ces crimes. .

Des législateurs suédois réfléchissent à des solutions pour mettre fin au prélèvement forcé d’organes


Plus de 20 membres du Parlement suédois (MPS) ont assisté à un forum consacré au crime de prélèvement forcé d’organes sanctionné par le Parti communiste chinois (PCC), sur des pratiquants de Falun Gong, paisible méthode de raffinement du corps et de l’esprit actuellement brutalement persécutée entre les mains du régime chinois. Le forum du 20 novembre était parrainé par 10 députés tous partis confondus dans l’actuelle coalition gouvernementale et tous les partis de l’Alliance, ancienne coalition de l’opposition.


Les députés présents ont exprimé leur détermination à aider à mettre fin au prélèvement forcé d’organes en Chine. Établir des lois pertinentes en Suède afin de décourager le « tourisme de greffes » était une des solutions soulevées lors de la séance de brainstorming, qui a suivi le forum.


La députée Petra Lindberg, Présidente de l’Association suédoise de Soutien aux droits de l’homme en Chine, a rappelé que la société internationale avait déclaré " Jamais plus "après l’Holocauste. Malheureusement, le génocide ciblant les pratiquants de Falun Gong perdure en Chine depuis 14 ans. Elle a appelé le Parlement suédois (Riksdag) à voter des lois pour aider à mettre fin à ces crimes.

Annelie Enochson du Parti Démocratique Chrétien a expliqué aux médias: "Pour les occidentaux, c’est difficile à croire, cependant, cela s’est produit. C’est une honte. "Elle a déclaré que la société occidentale, y compris le Riksdag suédois, devait parler au nom des victimes, qui n’ont pas le droit de se défendre eux-mêmes dans leur pays d’origine.

La députée Anna Steele, du Parti Libéral était d'avis que mettre fin aux prélèvements criminels d’organes était un point sur lequel elle devait travailler. Elle était très triste de la situation en Chine, espérant travailler avec d’autres députés afin de modifier les lois suédoises et aider à résoudre ce problème.


Élisabeth Björnsdotter Rahm, du Parti Modéré a déclaré que les législateurs devaient initier le processus d’entreprendre des changements, bien que cela ne pourra être réalisé que par étapes. Pour elle, le forum était un bon point de départ. Elle a suggéré davantage de tels forums et de nouvelles lois dans le but d’atteindre le principal objectif, à savoir, avoir un impact et finalement, mettre fin aux prélèvements criminels d’organes.
.


Parmi les intervenants au forum se trouvaient David Kilgour, ancien diplomate canadien, Petra Lindberg, Présidente de Soutien des droits de l’homme en Chine, Man Yan Ng, administrateur de la Société Internationale des Droits de l’Homme, Dan Alfjorden, représentant de l’Association suédoise de Falun Dafa et Li Huige, un médecin venu d’Allemagne. Les intervenants ont présenté des preuves de prélèvement forcé d’organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant en but à la persécution en Chine.

Gros plan sur le prélèvement d’organes en Suède

Svenska Dagbladet (The Swedish Daily), un important quotidien national, a publié le 20 novembre un reportage approfondi sur le problème de prélèvement d’organes en Chine.


Svenska Dagbladet (The Swedish Daily), un important quotidien national, a publié le 20 novembre un reportage approfondi sur le problème de prélèvement d’organes en Chine.

L’article indique que la chirurgie des greffes d’organes est une industrie très lucrative en Chine. Une grande partie de ces organes provient de pratiquants de Falun Gong, ainsi que de Chrétiens, Tibétains et Ouigours – des groupes gravement persécutés par le régime chinois.

Le journal cite M. Ng à propos de l’information sur les marchés noirs chinois. Un cœur coûte un millions de couronnes suédoises ($152,000 U.S. dollars). Deux ou trois semaines suffisent pour trouver un organe compatible pour la transplantation en Chine, quand il faut des mois ou même des années dans d’autres pays. La seule explication plausible pour le court temps d’attente est qu’il existe une vaste banque d’organes vivants et que des gens sont tués sur demande pour leurs organes.

Le 23 novembre, le Swedish Daily a publié un article de suivi intitulé “Des législateurs prêts à interdire de tourisme d’organes en Chine.”


La députée Carin Runeson a dit au journaliste que les faits révélés au forum étaient terrifiants. Elle était d’avis que les législateurs devraient résoudre le problème. "Nous dirons aux gens à toutes sortes de rencontres et d’occasions ce que nous avons appris au forum. "a déclaré Runeson. Elle a ajouté qu’’elle essaierait de prendre des mesures avant les élections de l’automne prochain. " Ce qui est important pour moi c’est d’agir, au lieu de rester assis là à écouter. " a-t-elle dit.

L’article citait aussi la députée Maria Lundqvist-Brimster qui a indiqué qu’elle pensait que l’Espagne avait un bon ensemble de lois concernant la chirurgie de transplantation d’organes, dont la Suède devrait s’inspirer.


" Il est parfaitement clair en Espagne que le commerce illégal d’organes va à l’encontre de la loi, mais c’est ambigu en Suède, " a-t-elle dit. Nous ne savons pas combien de citoyens suédois ont été impliqués dans des transplantations illégales d’organes en Chine. Je vais faire une recherche là-dessus. "

Des professionnels médicaux s’opposent au prélèvement forcé d’organes

De nombreux professionnels médicaux ont signé la pétition DAFOH (Médecins contre le prélèvement forcé d’organes) adressée aux Nations Unies et exprimé leur vive opposition aux crimes de prélèvement d’organes lors d’un évènement de " La journée du médecin" (Lægedage) au Danemark.


"Je m’oppose à ce commerce d’organes, " a déclaré le Dr Rosedy, expliquant que bien que la loi danoise interdise aux médecins d’en référer leurs patients à des pays où ils peuvent obtenir des greffes d’organes de sources inconnues, les patients du tourisme d’organes peuvent obtenir en revenant au Danemark, les mêmes traitements médicaux que les autres patients. Elle a identifié cela comme un domaine nécessitant des améliorations dans la loi médicale danoise.


En apprenant les atrocités de prélèvement d’organes en Chine, un médecin a déclaré : "C’est la nouvelle la plus importante que j’ai apprise à cet évènement. " De nombreux médecins voulaient faire plus que simplement signer une pétition. Ils demandaient l’un après l’autre : " Que puis-je faire d’autre pour vous ? "

Un ancien responsable d’une association de transplantation d’organes au Danemark avait appris les crimes de prélèvement forcé d’organes. Après avoir signé la pétition DAFOH, il a dit qu’il était au courant des pratiques illicites de transplantation d’organes se produisant en Chine. Il a donné les noms et les coordonnées d’une importante organisation de transplantation d’organes au Danemark et autorisé les pratiquants de Falun Gong à les contacter en son nom.

Des professionnels médicaux signent la pétition DAFOH adressée aux Nations Unies pour aider à mettre fin au prélèvement forcé d’organes en Chine.


“La journée du médecin” est un évènement annuel d’une semaine destiné aux professionnels de la santé au Danemark. Il est organisé par l’Organisation médicale des praticiens danois (Praktiserende Lægers Organisation, PLO) et L’Université danoise des praticiens de la médecine générale (Dansk Selskab pour Almen Medicin, DSAM). L’évènement fournit des informations et des formations destinées aux professionnels médicaux.

Les gens d’Europe du Nord soutiennent la campagne pour mettre fin au prélèvement forcé d’organes

Des campagnes de signature de pétition dans d’autres pays nordiques ont également obtenu beaucoup de soutien, en particulier en Suède et en Finlande.


Citoyens et touristes en Suède signent la pétition DAFOH en soutien au Falun Gong sur la place Mynttorget, un célèbre site touristique de Stockholm.

Les Finlandais signent la pétition DAFOH à l’intention des Nations Unies afin d’aider à mettre fin aux crimes de prélèvement d’organes en Chine à Rovaniemi, Finlande.


Les gens ont été touchés par l’esprit des pratiquants et les ont remerciés d’attirer leur attention sur la persécution par des conditions météorologiques aussi rigoureuses.


Versions chinoises disponibles à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2013/11/25/瑞典政要媒体聚焦中共活摘器官-283134.html
http://www.minghui.org/mh/articles/2013/11/17/中共活摘器官罪行震惊丹麦医学界-282788.html


Version anglaise
Forced Organ Harvesting a Major Focus in Nordic Countries

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.