Un journal allemand rend compte du prélèvement d’organes perpétré par le PCC sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant

Le 11 octobre 2013, le journal allemand, Augsburger Allgemeine, a publié un article intitulé : "Le combat contre la transplantation d'organes humains." L'article dénonçait la pratique du Parti communiste chinois (PCC) de tuer les pratiquants de Falun Gong pour leurs organes et de les vendre pour d'énormes profits.


Les pratiquants de Falun Gong ont appelé les personnes de coeur à Rennertshofen, une municipalité dans le district de Neubourg-Shrobenhausen, en Bavière, Allemagne, à ne pas se rendre en Chine pour des greffes d'organes.


Ces dernières décennies, des pratiquants de Falun Gong et d'autres prisonniers de conscience, ont été testés médicalement, tués sur ordre, et utilisés comme banque de doneurs d'organes vivants pour l'industrie des greffes de la Chine. À la différence d'autres pays, la Chine ne dispose pas d'un système de donation volontaire, alors les hôpitaux militaires utilisent à la place des prisonniers.


"L'énorme banque de donneurs vivants de la Chine a fait naître une véritable industrie des greffes d'organes" a déclaré Ursula Duslot, une pratiquante d'une cinquantaine d'années, durant l'interview.


Mme Duslot a installé un stand d'information sur Pitalplatz, à Rennertshofen, le 13 octobre, afin de collecter de recueillir des signatures condamnant le crime du régime chinois, prélevant les organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant.


“Il y a six ans, my life ma vie n'allait pas comme je voulais; j'étais mentalement et physiquement fatiguée," a expliqué Mme Duslot. "Je cherchais quelque chose qui redonnerait du sens à tous les composants de ma vie ,”


Son frère lui a alors présenté la pratique du Falun Gong, une discipline spirituelle dabord présentée en Chine en 1992, par son fondateur, M. Li Hongzhi, et qui est basée sur le principe d'Authenticité-Bonté-Tolérance.


“Lorsque le régime chinois a réalisé que plus de 100 millions de personnes pratiquaient le Falun Gong, ils ont décidé de l'éradiquer, effrayé par le nombre. Depuis 1999, les pratiquants ont été persécutés et envoyés dans les prisons et les camps de travail par milliers."


David Matas, un avocat des droits de l'homme canadien, et David Kilgour, un ancien membre du Parlement canadien, ont rapporté que les hôpitaux de la Chine continentale garantissaient aux visiteurs occidentaux sur leurs sites Internets pouvoir arranger une greffe d'organes en l'espace de deux semaines et même dans certains cas de quelques jours.


"Des médecins dans les camps de travail tirent du sang aux prisonniers pour analyser leur type sanguin," a dit Dusolt. "Si le sang de quelqu'un est compatible avec un candidat à la transplantation, il sera tué pour ses organes qui seront alors vendus.


“Cette année, l'organisation Médecins contre le Prélèvement forcé d'organes, a lancé une pétition appelant les Nations unies à mandater une enquête indépendante sur le prélèvement d'organes en Chine.


“ Deux semaines seulement,après le lancement de la pétition, 166,000 personnes de 33 pays en Europe l'avaient signée. Le chifffre total excède à présent les 450 000;

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.