On suspecte que la femme a été victime de prélèvement d'organes, le mari est assassiné pour dissimuler la vérité

Mme He Xiuling, une pratiquante de Falun Gong de la ville de Yantai, a été transférée d'un centre de détention à un hôpital en mars 2004 pour une méningite. Plus tard, elle a été emmenée à la morgue alors qu'elle respirait encore et elle avait le bas du dos bandé. Son mari Xu Chengben suspecte que sa femme a eu ses reins extraits alors qu'elle était encore vivante. La police a voulu lui verser 100 000 yuans pour acheter son silence, mais il a refusé. Quand deux ans plus tard, M. Xu a publié un article en ligne mettant en doute la raison de la mort de sa femme et exprimant ses soupçons qu'elle ait été victime de l'extraction d'organes, il a été arrêté le lendemain. Les autres membres de la famille ont alors été forcés à accepter l'incinération du corps de Mme He .

Alors qu'il était détenu dans un centre de lavage de cerveau et soumis à une persécution sévère, M. Xu a perdu beaucoup de poids en tout juste quelques mois. Il était émacié et souvent désorienté. Quand il est décédé deux ans plus tard, sa peau avait supuré. Sa famille pense qu'on lui a donné des médicaments pour le faire taire et l’empêcher de faire appel de la mort injustifiée de sa femme.


Cet article a été compilé selon le récit de M. Xu de ce qui est arrivé.

Mme He emmenée à l'Hôpital Yuhuangding

Mme He Xiuling, 52 ans, s'est rendue à trois reprises à Pékin en appeler à la justice au nom du Falun Gong et a été détenue et torturée plusieurs fois. Elle et plusieurs autres pratiquants ont été arrêtés à la fin du mois d'août 2003, pour avoir fabriqué du matériel de " clarification de la vérité ". Elle a été jugée six mois plus tard et détenue au centre de détention Yantai Nanjiao, où elle a été torturée par Liu Guoyao. Liu l'a menottée aux barreaux du lit avec ses bras dans le dos et l'a forcée à rester dans cette posture pendant cinq jours. On ne lui a pas permis d'utiliser les toilettes ni de dormir. Selon un autre pratiquant ultérieurement libéré, Mme He est restée fidèle à ses convictions et a été mise en cellule d'isolement. Elle a été transférée du centre de détention à l'Hôpital Yuhuangding en mars 2004 pour recevoir un traitement médical. Les autorités hospitalières ont dit que la cause de l'hospitalisation était une méningite.

Le mari de Mme He, M. Xu Chengben a reçu un coup de téléphone de Li Wenguang du " bureau 610 " Régional de Zhifu vers 17h00 le 10 mars 2004. Li lui a d'abord demandé si Mme He avait eu des maladies, à quoi il a répondu qu'elle n'en avait pas. Li a continué en disant que Mme He était malade et avait été emmenée à l'Hôpital Yuhuangding. Li a dit également à M. Xu qu'il était autorisé à lui rendre visite. Ayant questionné le personnel hospitalier plusieurs fois, M. Xu a finalement trouvé sa femme vers 19h00 ce soir-là, au sixième étage dans la chambre 32 de la section neurologie. Il y avait deux autres patients dans la chambre tous deux accompagnés par leurs membres de famille. M. Xu a appris plus tard que sa femme avait été amenée à l'hôpital le 8 mars et était surveillée par deux gardes du centre de détention. L'hôpital avait publié un diagnostic de maladie critique déclarant que la Mme He avait une méningite.


M. Xu était choqué quand il a vu sa femme n'arrivant pas croire que c'était vraiment elle. Elle ne pouvait pas bouger ni parler et son cou et ses mains étaient décolorés. Elle était menottée aux barreaux du lit et il y avait toutes sortes de blessures et de cicatrices à ses poignets. Elle était nue de la taille au pieds et semblait n'être l'objet d'aucune attention médicale.



Quand M. Xu a demandé à sa femme où elle avait mal, elle a mis sa main sur sa poitrine. M. Xu l'a alors aidée à s'asseoir. Son oeil gauche n'arrivait pas à s'ouvrir et elle semblait en proie à une grande douleur. Elle a fait de gros efforts pour indiquer le bas de son dos. M. Xu n'a pas pu croire que sa femme avait une méningite. Mme He a aussi indiqué qu'elle avait faim et qu'elle voulait manger. Après environ cinq minutes, deux gardes, un homme et une femme, sont entrés. M. Xu ne savait pas depuis combien de temps ils étaient partis, mais ils n'ont pas semblé très inquiets pour Mme He.


Les gardes ont prétendu que Mme He n'était pas disposée à prendre des médicaments ou à avoir des intraveineuses. Le garde masculin a apporté deux pilules et M. Xu a aidé sa femme à les prendre. Il y avait aussi un verre de comprimés à base de plantes pour la grippe et le rhume. M. Xu ne pouvait pas comprendre comment un remède pour le rhume et la grippe pouvait être efficace dans le cas d'un patient de méningite. Il y avait deux bouteilles de liquides intraveineux sur le lit. Le personnel en a pris une et l'a administrée à Mme He. Le garde masculin a dit qu'ils avaient essayé de lui faire des intraveineuses, mais que Mme He avait arraché les aiguilles. M. Xu ne pensait pas que sa femme soit capable de retirer les aiguilles et il a suspecté le garde de ne pas avoir essayé de lui donner de médicaments.


Quand M. Xu a demandé qu'on apporte à manger à sa femme, un des gardes a épluché une pomme et lui en a donné deux tranches. Puis ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas lui en donner plus. M. Xu a demandé de lui donner un repas convenable, mais cela a été refusé. Les gardes ont dit plus tard que la raison pour laquelle elle ne portait pas de pantalon était qu'elle le mouillait et que le personnel médical lui avait inséré un cathéter. Pourtant M. Xu n'a pas vu de cathéter et plus tard un docteur a confirmé aussi qu'aucun cathéter n'avait été inséré.


M. Xu a demandé à rester et s'occuper de sa femme, mais cela a été refusé après un coup de fil du garde masculin au directeur du Centre de détention de Nanjiao, Zhang Futian. M. Xu a demandé : "Je suis sa famille. Pourquoi ne puis-je pas rester ? Qui a défini une telle règle ? "Il s'est fait sortir de force de la pièce. La visite entière n'a pas duré plus de 15 minutes.


Quand plus tard M. Xu a demandé à Zhang Futian, pourquoi sa femme avait été persécutée si sauvagement et s'était retrouvée à l'hôpital, Zhang lui a dit qui c' était une directive de la Sécurité publique et de la section juridique du centre de détention.


Mme He était toujours vivante quand elle a été amenée à la morgue

Vers 7h00 le jour suivant, Li Wenguang a appelé M. Xu et lui a dit de venir rapidement à l'hôpital. M. Xu a attrapé quelques vêtements de sa femme et s'y est précipité. Li lui a déclaré que Mme He était morte à la suite de sa maladie et qu'il devrait demander au docteur la cause de mort. Li ne lui a pas permis de voir le corps de sa femme ni de l'habiller et lui a dit de remporter les vêtements à la maison.


M. Xu et ses parents sont allés à la morgue de l'hôpital vers 10h00 le 11 mars 2004. Ils ont vu que Mme He était nue de la taille au pieds, ses mains et ses pieds étaient encore tièdes, son oeil gauche enfoncé et de couleur pourpre foncé . M. Xu a aussi remarqué que le bas du dos de sa femme était bandé. La plus jeune soeur de Mme He ne l'avait pas vue depuis plusieurs années et s'est écriée : "Comment en es-tu arrivée là ? Ouvres les yeux et regarde-moi. On ne s'est pas vues depuis tant d'années! " Alors que sa soeur parlait encore, des larmes sont apparues au coin des yeux de Mme He et de la sueur sur son visage. Ils se sont subitement rendus compte qu'elle n'était pas morte! Certains de ses proches se sont précipités à l'étage pour chercher un docteur pour l'aider.


Après plusieurs tentatives pour obtenir de l'aide, un docteur et deux infirmières sont descendus avec un électrocardiogramme (ECG). Après environ 15 centimètres du tracé de l'ECG sur le papier, les parents ont vu que le tracé indiquait que son coeur battait encore. Quand la soeur de Mme He s'est adressée hors d'elle au personnel, voulant savoir pourquoi ils avaient envoyé sa soeur à la morgue. Le docteur a vite saisi l'enregistrement ECG et l'a déchiré . Les parents ont essayé de l'arrêter, mais il est rapidement sorti de la pièce avec l'enregistrement de l'ECG dans sa main.


Les parents étaient furieux, mais impuissants. Ils ont constaté que Mme He avait encore un pouls et ont supplié un vieil homme qui travaillait à la morgue de venir jeter un coup d'œil. Le vieil homme a mis une paire de gants blancs, a examiné Mme He et a confirmé que le coeur battait encore. Il a été aussi très étonné et a dit : " Je n'ai jamais vu rien de tel..."


Les parents ont fait le tour de l'hôpital pour demander de l'aide, on leur a dit qu'ils devaient voir le docteur de Mme He, le Dr Guo, mais il était parti à Jinan pour un voyage d'affaires. Ils sont allés dans plusieurs départements différents comprenant la Croix-Rouge, le 110 des urgences ambulancières, et la Division des fautes professionnelles médicales pour demander de l'aide, mais personne n'était disposé à les aider. Ce même après-midi, ils ont vu une voiture du funérarium garée devant la morgue et le corps de Mme He être transporté dans la voiture. Les parents se sont dépêchés et les ont arrêtés. Le personnel du funérarium a dit qu'ils avaient reçu un coup de téléphone du bureau 610 leur disant de se dépêcher et de récupérer le corps pour l'incinération. Les parents de Mme He ont réussi à les en empêcher et l'ont ramenée dans l'hôpital.



Les autorités essaient de faire taire M. Xu

Quand M. Xu et ses parents sont revenus à l'hôpital le jour suivant, on ne leur a pas permis de voir le corps de Mme He. Mais on leur a permis de le voir de nouveau le troisième jour. Cette fois, le coeur et le pouls de Mme He s'étaient arrêtés. Ses mains et ses pieds étaient glacés et la mort avait été confirmée.


M. Xu et ses parents sont allés dans la chambre d'hôpital où Mme He était restée voulant poser quelques questions aux autres patients. Cependant, ils ont constaté que la chambre était vide et que les deux autres patients étaient partis! Quand ils ont demandé les dossiers médicaux de Mme He à la direction de l'hôpital , on ne leur a pas donné les originaux. Il était clair que ce qu'ils avaient reçu avait été entièrement modifié et photocopié. Beaucoup de renseignements importants manquaient. Quand les parents sont allés au département de neurochirurgie, un docteur a dit : "N'ayez même pas la pensée de nous demander de vous dire quoi que se soit... "


L'explication donnée par les autorités de l'hôpital pour le bandage au bas du dos de Mme He était qu'ils lui avaient fait une ponction lombaire. Pourtant, le directeur du centre de détention Zhang Futian, qui a payé pour son traitement, a dit qu'ils n'avaient pas fait de ponction lombaire. Aucune ponction lombaire n'était non plus signalée dans les dossiers médicaux de Mme He. Les parents ont pris les dossiers et sont allés trouver quelques experts médicaux et tous ont certifié qu'une ponction lombaire n'était pas nécessaire pour traiter une méningite. Ils étaient positifs aussi que selon les dossiers, ce n'était pas une procédure de ponction lombaire. Les experts ont montré que les dossiers médicaux avaient été trafiqués et il n'y avait aucun enregistrement de secours d'urgence quand Mme He était proche de la mort. Les demandes de M. Xu des dossiers médicaux originaux de Mme He ont été à plusieurs reprises refusées par les autorités de l'hôpital et il a plus tard constaté que les dossiers avaient été pris par le" procuratorat " de la Province du Shandong.


Pour prévenir la décomposition du corps de Mme He, le 13 mars 2004, M. Xu et Zhang Futian du centre de détention ont signé l'accord pour congeler le corps au funérarium. L'accord déclare que les parents peuvent voir le corps de Mme He à tout moment et que le corps ne peut pas être incinéré sans le consentement de la famille. Cependant, on n'a pas permis au parents de le voir.


Les fonctionnaires de la sécurité Publique de Yantai ont fortement conseillé à M. Xu de faire autopsier le corps de sa femme. Ils ont alors permis à M. Xu et à son fils de voir le corps de Mme He avant l'autopsie, mais on les a rapidement fait sortir de la pièce. Les résultats de l'autopsie ont été plus tard lus à vois haute à M. Xu. Ils déclaraient clairement que le bureau 610 et le centre de détention n'étaient pas responsables de la mort de Mme He. M. Xu n'a pas reçu de copie des résultats d'examen d'autopsie et a été vite emmené, après que le rapport ait été lu à haute voix. Selon le rapport, beaucoup de petits points rouges avaient été trouvés sur les intestins de Mme He et il y avait une substance violacée à l'intérieur de son utérus. Le rapport a aussi déclaré qu'il n'y avait aucune blessure externe sur le corps de Mme He . Mais M. Xu se souvenait clairement avoir vu des bandages au bas de son dos.


M. Xu a fait appel aux différentes agences d'administration locale et au Procuratorat Suprême du peuple. Il a aussi publié des articles, demandant en ligne aux Nations Unies, d'initier une enquête sur la mort de Mme He . Les fonctionnaires du Bureau 610 de la Section de police de Yantai ont envoyé des gens pour parler à M. Xu plusieurs fois et lui ont proposé de l'argent pour qu'il renonce à son appel. Une fois ils ont même demandé à son voisin de lui parler lui offrant 100 000 yuans. Ils ont aussi dit que si ce n'est pas suffisant, ils pourraient lui donner plus aussi longtemps qu'il arrêterait de faire appel. Le voisin a refusé de les aider.


Les fonctionnaires du Ministère de la sécurité Publique et du Procuratorat de la Province du Shandong sont allés à Yantai le 8 juillet et ont fait faire une autre autopsie . De nouveau, le médecin légiste a lu une seule fois le rapport d'évaluation et réitéré que le bureau 610 et le centre de détention n'étaient pas responsables de la mort de Mme He . M. Xu a de nouveau essuyé un refus quand il a demandé une copie du rapport d'autopsie. M. Xu s'est souvenu que plus de 10 personnes étaient présentes à ce moment là. Les fonctionnaires de la Sécurité publique de la Province du Shandong, la Sécurité publique de Yantai, le Département de police de Yantai, le bureau 610 et Liu Guoyao, la garde du centre de détention qui avait torturé et interrogé Mme He étaient tous là. Quand il a demandé à prendre des photos de son corps, tout le monde s'y est opposé et ils ne lui ont pas permis de le faire


M. Xu suspecte que sa femme a eu ses organes prélevés

M. Xu pense que sa femme n'a pas été emmenée à l'hôpital pour une méningite, mais qu'elle a été utilisée comme doneur vivant pour un prélèvement d'organe. Les bandages au bas de son dos pourraient suggérer que ses reins ont été extraits et selon une anomalie à ses yeux, il est possible que ses cornées l'aient été également en même temps.


Au printemps 2006, le crime de prélèvement des organes sur des pratiquants de Falun Gong de leur vivant a été révélé outre-mer et les soupçons de M. Xu à propos de la mort de sa femme n'ont fait que grandir. Le 19 avril, il a publié un article en ligne, mettant fortement en doute la mort de sa femme et exhortant l'organisation internationale des droits de l'homme à venir à Yantai réexaminer le corps de sa femme afin d'identifier la vraie cause de sa mort. Le 20 avril, lendemain de la publication de son article, la police l'a arrêté lui et la soeur cadette de Mme He, elle aussi pratiquante de Falun Gong.


Les agents du bureau 610 se sont rendus chez le seul fils de Mme He , M. Xu Hui et lui ont dit que s'il signait un accord pour incinérer le corps de sa mère, ils libéreraient son père et lui donneraient 5 000 yuans. Sous la pression des autorités, M. Xu Hui a signé et reçu plus tard 5 000 yuans des fonctionnaires du bureau 610.


Le corps de Mme He a été incinérée le 20 juin. De nombreux policiers sont allés au crématorium et quelques-uns ont suivi le fils et les parents de Mme He de près. Quand la soeur s'est mise à pleurer pour Mme He, quelques policiers l'ont vite emmenée de force.


M. Xu et la sœur de Mme He ont été alors mis dans un centre de lavage de cerveau établi par le bureau 610. Là, ils ont été entourés par plus de 20 personnes qui ont essayé de les forcer à renoncer au Falun Gong et les ont soumis à des abus verbaux et physiques. M. Xu a été privé de sommeil et n'a pas reçu de nourriture ni d'eau pendant plusieurs jours, malgré tout il est resté fidèle à ses convictions. Les agents du bureau 610 l'ont alors amené au notoire Centre de lavage de cerveau de Zhaoyuan , où il a été torturé et pense-t'on soumis à des injections de médicaments inconnus. Il a rapidement perdu beaucoup de poids et quand ses parents lui ont rendu visite après seulement quelques mois, il était réduit à l'état de squelette. Il était souvent dans un état de confusion et très désorienté. Il avait non seulement renoncé à sa foi, mais renoncé aussi à enquêter sur la cause de la mort de sa femme.


M. Xu est mort subitement au début de 2008. Le 26 février, il a appelé sa famille à Dezhou et paraissait bien. Pourtant, la famille a été informée de sa mort le jour suivant. Quand ses parents ont préparé son corps pour l'enterrement, ils ont constaté que sa peau avait suppuré et que sa chemise restait collée à sa peau. La famille a demandé un examen légal. Le résultat a été que M. Xu était mort d'un empoisonnement. Même si l'examinateur légal a dit que c'était un empoisonnement à l'oxyde de carbone, il y avait beaucoup de signes amenant la famille à penser que M. Xu avait été empoisonné avec des médicaments et tué par les fonctionnaires du bureau 610 pour le faire taire.


La communauté internationale enquête sur le prélèvement d'organe

Le centre de greffes de l'Hôpital Yantai Yuhuangding se vante d'effectuer entre 160 et 170 chirurgies de greffes de rein par an et que leurs réserves en reins sont suffisantes et les donneurs sains. Ils ont aussi déclaré avoir effectué de telles greffes sur des non-chinois venus en Chine pour se faire greffer des organes. Cependant, ils ont évité de parler de la source des donneurs.


Depuis mars 2006, de nombreux témoins accusent le Parti communiste chinois de récolter des organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants et de se livrer à des greffes d'organe illégales pour de lucratifs profits.


Les auteurs du livre Bloody Harvest, David Matas et David Kilgour, ont des preuves suggérant que l'extraction d'organes de pratiquants de Falun Gong de leur vivant est un phénomène à long terme et répandu en Chine. Ils le décrivent comme" un mal sans précédent sur cette planète. "



Les autorités hospitalières de l'Hôpital Yantai Yuhuangding ont été soupçonnés de prélèvement d'organes depuis juin 2006 et selon la Coalition pour Enquêter sur la Persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG), Mme He n’est qu’une de leurs victimes.

Version chinoise


Traduit de l'anglais de :


Traduit de l'anglais de
http://en.minghui.org/html/articles/2012/9/30/135651.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.