Les biens d’investisseurs étrangers sont confisqués parce qu’ils pratiquent le Falun Gong

Mme Cai est une pratiquante de Dafa australienne. Son mari a construit une usine dans la ville de Dongguan, province de Guangdong et ils ont investi dans les affaires là-bas depuis plusieurs années. Le Bureau de la Sécurité Publique de Dongguan avait mis Mme Cai sous constante surveillance parce qu’elle pratiquait le Falun Gong. En octobre 2001, Mme Cai fut illégalement détenue pendant 24 heures par les fonctionnaires des douanes de Luohu dans la ville de Shenzhen parce qu’ils avaient trouvé des livres de Dafa sur elle. Ils ont essayé de la forcer à renoncer à sa pratique et signer son nom sur un « formulaire de repentir ». Elle ne fut relâchée et autorisée à retourner à Hong kong qu’après son ferme refus et une grève de la faim. Cependant, ses livres de Dafa lui furent confisqués. Durant les mois qui suivirent, les fonctionnaires de Shenzhen et de Dongguan les avaient appelés elle et son mari de nombreuses fois tâchant de les intimider et de les harceler, menaçant de mettre Mme Cai dans une classe de lavage de cerveau.

A la mi avril 2003, utilisant l’excuse de procéder à un certificat résidentiel et de faire une enquête sur un chauffeur de camion, une groupe de policiers menés par Huang Jingwei, chef de la brigade de sécurité publique dans le village de Qiaolong, ville de Tangxia, cité de Dongwan, mena de nombreuses recherches dans l’entreprise de Cai destinées à la harceler. La police était aussi accompagnée par Huang, le secrétaire du parti du village de Qiaolong. La police conduisit des fouilles corporelles et des interrogations pendant plusieurs heures et détint deux des employés dans une cellule sale pendant plusieurs heures Les activités illégales de la police ont causé un tort significatif aux employés de l’entreprise insultant leur caractère et dignité personnelle. « Nous n’avons violé aucune loi ni ordonnance. Il est totalement illégal pour la police de nous détenir dans raison ni procédure légale. »

Quelques jours plus tard, un autre groupe d’environ dix délégués du personnel du Bureau de la Sécurité Publique, des officiers du bureau de la branche de Tangxia, de Luo Songwei, officier du poste de police de Shigu (le principal planificateur et organisateur) et le chef de la brigade de sécurité publique de Qiaolong, firent de nouveau illégalement irruption dans l’entreprise de Mme Cai et dans sa résidence personnelle temporaire. L’endroit tout entier, y compris les chambres, les salons, les bureaux, le dortoir des employés et les entrepôts furent mis à sac par la police. Leurs manières grossières et leurs insultes ainsi que leurs activités brutales laissaient sérieusement douter qu’ils puissent appartenir à un service public. L’entreprise ne put plus mener des affaires régulières normalement et les clients furent effrayés de leur rendre visite.

Les actions hideuses de la police ont causé des dommages significatifs à la réputation des affaires de l’entreprise. Pourtant leur fouille illégale n’a rien produit de ce qu’ils avaient en tête. Plus tard ils ont trompé Mme Cai la forçant à remettre les clés du camion de livraison de la compagnie d’une valeur de 100.000 yuan et ont détourné le camion en plein jour. Ils ont même émis une « Note de confiscation de matériel du Bureau de la Sécurité Publique de Dongguan » les adjoints en charge ont été identifiés comme la police de Shigu Luo Songwei, etc. Un témoin a été identifié comme Liu Jingtang. Ils ont promis que le camion serait retourné dans 2 à 3 jours. Pourtant plus de deux semaines avaient déjà passé et le camion n’avait pas encore été rendu. Après avoir appelé le poste de police de nombreuses fois, ils s’en sont tous débarrassé en disant que le propriétaire lui-même devait aller au poste de police réclamer le camion. Mme Cai demanda à la police pourquoi ils pillaient l’usine et saisissaient le camion, alors que son entreprise n’avait violé aucune loi. Le chef de brigade Huang Jingwei répliqua, « cela n’avait rien à voir avec vous ni avec votre entreprise. C’est une affaire politique. Vous devez venir ici en personne réclamer votre camion. » M. et Mme Cai a avaient toujours vécu à l’étranger et n’avaient jamais rencontré une activité de la police violant si manifestement la loi. Ils pensèrent que c’était une récurrence de la « Grande Révolution Culturelle ». Ils ne savaient plus où aller.

Le propriétaire de l’affaire n’est pas lui-même pratiquant de Falun Gong et n’a violé aucune loi. Sa femme a recouvré la santé après avoir pratiqué le Falun Gong et s’est débarrassé de tous ses maux et mauvaises habitudes antérieures. Voulaient ils qu’elle retourne à son ancienne condition avant qu’elle ne se mette à pratiquer ? Le régime de Jiang déforme les faits et trompe les gens.

Numéros de téléphone des criminels concernés :
Dongguan Public Security police:
Luo Songwei, mobile phone: 86-13902617313
Dongguan Public Security Tangxia branch head:
Zhang Zhigan, mobile : 86-13809643808
Dongwan Public Security Bureau: 86-769-2222107

Chinese version available at
http://www.minghui.org/mh/articles/2003/5/17/50561.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.